Publié le 26 février 2020 à 09:44

En Suisse, les entreprises prennent des mesures contre le coronavirus

Le bâtiment de Nestlé à Vevey.
Les entreprises prennent des mesures pour lutter contre le coronavirus en Suisse Le Journal horaire / 1 min. / le 26 février 2020
Les entreprises n'ont pas attendu le premier cas de coronavirus en Suisse, annoncé mardi au Tessin, pour prendre des mesures. Plusieurs d'entre elles ont déjà édicté des directives pour réduire les risques de contamination.

Le groupe Swatch a notamment installé des contrôles de températures dans le canton italophone. L'entreprise vérifie l'état de santé de ses employés à l’entrée des bâtiments. Philip Morris va faire de même pour son usine à Neuchâtel dans les jours qui viennent.

>> Lire également: Le Tessin a enregistré le premier cas de coronavirus en Suisse

La plupart des multinationales ont déjà gelé les voyages dans les zones à risque, en Asie. Désormais, plusieurs d'entre elles demandent à leurs employés de ne plus se rendre en Italie du Nord.

PME moins concernées

Les personnes qui reviennent de ces destinations sont invitées à rester chez elles et à faire du télétravail pendant deux semaines. Le groupe Nestlé recommande même à ses employés de renoncer à tout voyage d'affaires hors de Suisse ces trois prochaines semaines.

Les PME semblent moins concernées pour l'instant, mais quelques petites structures, des crèches ou des écoles privées, ont aussi pris des mesures. L’une des plus grosses crèches du canton de Neuchâtel a ainsi mis en arrêt ses employés qui revenaient d'Italie.

Rémunéré en quarantaine?

Une question se pose: les employés mis en quarantaine sont-ils toujours rémunérés? Si un employé a passé ses vacances en Italie la semaine passée, alors que l'épidémie n'était pas encore déclarée, il fera du télétravail s'il le peut. Son salaire sera de toute façon payé par son employeur.

En revanche, si l’entreprise demande aujourd'hui à ses collaborateurs de ne plus se rendre en Italie, et qu'un employé ne respecte pas cette directive, il peut être mis en quarantaine à son retour et l'employeur ne sera pas tenu d'assurer le salaire, selon le Groupement des entreprises multinationales.

"L'employeur a l'obligation d'interdire de tels types de voyages. Il doit également faire en sorte que les employés qui reviennent, sans être fautifs, d'une région où l'épidémie sévit, soient protégés autant que le reste du personnel", explique Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes (FER), mardi dans Forum.

>> L'interview de Blaise Matthey, directeur général de la Fédération des entreprises romandes (FER):

Face au coronavirus, crèches et entreprises ont déjà pris des mesures en Suisse: interview de Blaise Matthey
Forum - Publié le 25 février 2020

Sandrine Hochstrasser/gma

Publié le 26 février 2020 à 09:44