Modifié mardi à 21:23

Les finances publiques suisses figurent parmi les plus saines du monde

En matière de finances publiques, la Suisse fait figure d'eldorado selon le rapport de l'Administration fédérale des finances.
En matière de finances publiques, la Suisse fait figure d'eldorado selon le rapport de l'Administration fédérale des finances. 19h30 / 1 min. / mardi à 19:30
Les finances des administrations publiques suisses se portent bien, constate un dernier rapport fédéral. Si bien que les collectivités du pays cumulent les excédents d'argent depuis des années.

De 2006 à 2018, les administrations publiques suisses, c'est-à-dire les communes, les cantons, la Confédération et les assurances sociales, ont amassé des excédents pour un total de 79 milliards de francs. De quoi construire 12 fois la Transjurane, acheter 1680 tonnes d’or ou assurer le financement de l’EPFL pendant 81 ans.

La tendance est claire: "depuis 2006, le secteur des administrations publiques a affiché, chaque année, un excédent de financement ordinaire de plusieurs milliards de francs", lit-on dans la dernière statistique financière de l'Administration fédérale, publiée en octobre dernier.

La Suisse a surtout remboursé sa dette

Sur cette somme de 79 milliards, 30% a servi à rembourser des dettes, même si la Suisse est déjà l’un des pays les moins endettés d’Europe: fin 2017, la dette atteignait 29,3% du Produit Intérieur Brut (PIB). C’est moins que la Norvège et son fonds souverain, le plus grand du monde, alimenté par l’argent du pétrole.

La Suisse figure parmi les pays les moins endettés d'Europe.
La Suisse figure parmi les pays les moins endettés d'Europe. [Eurostat/Administration fédérale des finances (pour la Suisse)]

Et d’après les projections du rapport, la dette suisse va continuer à fondre de plusieurs milliards. En 2020, elle devrait s'établir à 93,7 milliards bruts, soit 25,7% du PIB.

Autre fait surprenant: avec quelque 85 milliards, les cantons dépensent plus que la Confédération, qui, elle, porte l'essentiel de la dette publique (104,4 milliards en 2017).

Neuf cantons particulièrement bien lotis

En 2017, plusieurs cantons, majoritairement alémaniques, sont assis sur un tas d’or. Schwyz, Obwald, Glaris, Zoug, Schaffhouse, Appenzell Rhodes-Intérieures et les Grisons disposent d’un patrimoine financier supérieur à leur dette.

Côté romand, c’est le cas du canton de Vaud avec 1700 francs par habitant, et du canton de Fribourg avec 2600 francs. La situation s’est également améliorée pour les moins bien lotis. La dette de Genève, canton le plus endetté de Suisse, a baissé de 1,3 milliard de francs entre 2006 et 2018.

Si la Confédération, les cantons et les assurances sociales cumulent les excédents de revenu, ce n’est pas le cas des communes. Depuis 2009, elles enregistrent un solde de financement négatif: leur déficit s’est élevé à 279 millions en 2017. Elles sont cependant mois endettées que les cantons et la Confédération.

La dette est nécessaire

Pour Nils Soguel, président du Conseil suisse de présentation des comptes publics, la dette est néanmoins nécessaire. "Les caisses de pension doivent toujours pouvoir placer leurs liquidités auprès d’emprunteurs de première qualité", détaille-t-il à la RTS. "Donc, il faut que les collectivités publiques continuent à avoir de la dette."

Il explique qu'il n’est pas normal pour les collectivités publiques de faire du bénéfice. "Les contribuables globalement parlant doivent payer autant que nécessaire pour financer les prestations qu’ils obtiennent. Pas plus, pas moins."

>> L'interview du professeur Nils Soguel:

Interview du professeur Nils Soguel
L'actu en vidéo - Publié mardi à 16:46

Le ministre vaudois des Finances Pascal Broulis nuance. "Une collectivité ne fait jamais de bénéfice, mais un résultat positif qui peut être utilisé pour investir dans le domaine des infrastructures et projets d'utilité publique", souligne-t-il dans le 19h30.

Selon le conseiller d'Etat, les excédents sont savamment exploités. "On peut dire que la Suisse et les cantons ont des perspectives de développement et de soutien, y compris dans les politiques climatiques."

>> L'interview de Pascal Broulis dans le 19h30:

Pascal Broulis "Les projets sont là, y compris en politique climatique. Quand on fait un résultat positif on investit."
19h30 - Publié mardi à 19:30

Dimitri Zufferey et Julien Chiffelle/ani

Publié mardi à 20:36 - Modifié mardi à 21:23