Modifié le 29 novembre 2019 à 16:25

Plus de cent emplois menacés chez la société medtech Symetis à Ecublens

L'entreprise basée à Ecublens (VD) avait été rachetée par Boston Scientific en 2017 pour 430 millions de francs.
L'entreprise basée à Ecublens (VD) avait été rachetée par Boston Scientific en 2017 pour 430 millions de francs. [Laurent Gillieron - Keystone]
Rachetée au printemps 2017 par le géant américain Boston Scientific, l'entreprise de technologie médicale Symetis, basée à Ecublens (VD), prévoit une délocalisation en Irlande d'ici deux ans, a appris lundi la RTS. 125 employés pourraient perdre leur emploi.

Fleuron de la "Health Valley", le fabricant de systèmes d’implantation de valves cardiaques confirme évaluer "le transfert des activités de R&D et de fabrication de [son] site d’Ecublens, en Suisse, vers celui de Galway, en Irlande". La raison? "Centraliser nos activités de développement produits nous permettra de simplifier notre chaîne logistique, d’autant que nous disposons actuellement de plusieurs sites concentrés sur les valves cardiaques à la suite d’acquisitions dans le domaine", explique par écrit un porte-parole de l'entreprise.

Symetis a informé son personnel mercredi dernier et a lancé une procédure de consultation qui doit durer un mois. Il demeure impossible pour l'heure de savoir si les 125 employés du site d'Ecublens ont une chance de maintenir une partie de l'activité en terres vaudoises.

Scénario surprenant

Créée en 2001, Symetis a développé un dispositif innovant d'implantation de valves aortiques transcathéters (TAVI), qui permet d'éviter des opérations à coeur ouvert. La société a lancé son premier produit en 2011, avant d'être rachetée en mars 2017 par Boston Scientific pour 430 millions de francs.

Le scénario d'une délocalisation est d'autant plus surprenant que le géant américain avait annoncé en 2018 vouloir agrandir le site de production d'Ecublens, avec l'ambition de devenir le leader mondial dans le domaine de la chirurgie cardiaque non invasive. Un marché en pleine croissance évalué à plusieurs milliards de francs.

Les sciences de la vie en forte croissance

Selon l'association BioAlps, qui représente les intérêts de plus de mille entreprises actives dans l'industrie des sciences de la vie en Suisse occidentale, cette annonce ne représente pas pour autant un coup d'arrêt au développement du secteur dans la région. "On entend toujours un arbre qui tombe mais jamais la forêt qui pousse. Les sciences de la vie rassemblent des entreprises extrêmement diversifiées, dans la technologie médicale bien sûr, mais aussi dans la pharma, la biotech, les cosmétiques ou la nutrition. La croissance du secteur devrait être de 5% dans les cinq années à venir", affirme Claude Joris, son directeur et secrétaire général.

Le syndicat UNIA a annoncé la tenue d’une assemblée du personnel ce mardi en vue d’une possible mobilisation. Contacté par la RTS, le Département vaudois de l'économie n'a quant à lui pas souhaité faire de commentaire à ce stade.

Sujet traité dans le 19h30 du 25 novembre 2019

Gabriel de Weck, collaboration Kevin Gertsch

Publié le 25 novembre 2019 à 19:46 - Modifié le 29 novembre 2019 à 16:25