Modifié le 30 octobre 2019 à 20:24

"Les yeux dans les yeux, je ne savais pas", se défend Tidjane Thiam

"Les yeux dans les yeux, je ne savais pas", se défend Tidjane Thiam
"Les yeux dans les yeux, je ne savais pas", se défend Tidjane Thiam L'actu en vidéo / 2 min. / le 30 octobre 2019
"Les yeux dans les yeux", le directeur général du Credit Suisse, Tidjane Thiam, affirme dans un entretien à la RTS qu'il ignorait la filature de son ancien directeur de la gestion de fortune Iqbal Khan.

"Je n'ai jamais donné mon autorisation pour cette surveillance, ni directement ni indirectement." Tidjane Thiam estime cependant que les personnes qui l'ont décidée l'ont fait "en pensant servir les intérêts de la banque".

Sur le différend personnel qui l'a opposé à Iqbal Kahn, Tidjane Thiam souligne "qu'il n'a eu aucune interférence dans l'affaire. Nous avons travaillé de façon efficace tant que Monsieur Khan était dans la banque et les résultats le montrent".

"Il m'est arrivé d'ordonner ce genre de choses dans des vies antérieures"

"Il m'est arrivé d'ordonner ce genre de choses dans des vies antérieures."
L'actu en vidéo - Publié le 30 octobre 2019
 

Tidjane Thiam convient que les filatures et les surveillances font partie des usages du monde financier. Lui-même avoue l'avoir fait "dans des vies antérieures, mais cela ne s'est pas su", car il s'agissait de surveillances exercées dit-il "de manière professionnelle" et non comme ici "mal exécutées" et "inappropriée".

"Des ennemis ont cherché à me nuire"

Tidjane Thiam se dit victime d'une campagne de rumeurs alimentées par des ennemis. "On a dit que je prenais sans cesse l'hélicoptère. Que j'avais converti ma femme à l'islam."

"Dire que je voulais être suisse n'en m'a valu que des ennuis", estime Tidjane Thiam.
L'actu en vidéo - Publié le 30 octobre 2019

Le directeur général de Credit Suisse estime que "le point de départ de (s)es ennuis" a été le moment où il s'est dit intéressé à devenir Suisse. "Mes ennuis ont commencé à ce moment. Le fait d'avoir dit cela ne m'a valu que des ennuis. On m'a prêté des ambitions en Suisse que je n'avais pas."

dr/ebz

Publié le 30 octobre 2019 à 10:22 - Modifié le 30 octobre 2019 à 20:24

Un troisième trimestre très positif

Credit Suisse a crû dans quasiment toutes ses lignes de métier au troisième trimestre. A l'échelle du groupe, tous les indicateurs ont dépassé les attentes, notamment le bénéfice net, doublé sur un an.

Dans le détail, le résultat de la banque universelle suisse a déçu. Entre juillet et septembre, le produit d'exploitation s'est étoffé de 9% sur un an, à 5,33 milliards de francs, indique mercredi Credit Suisse. Le géant bancaire a allégé ses charges de 1% à 4,11 milliards.

Le résultat avant impôts s'est établi à 1,14 milliard, ce qui représente un bond de 70%. Cerise sur le gâteau, le bénéfice net s'est envolé de 108% à 881 millions de francs. Tous ces résultats sont supérieurs aux attentes du consensus AWP.

A l'exception de la banque universelle suisse, toutes les divisions s'inscrivent dans la moyenne ou dans la fourchette haute de prévisions des analystes.

>> Les précisions de Sandrine Hochstrasser dans le 12h30