Publié le 29 octobre 2019 à 13:02

Le travail temporaire a reculé de plus de 4% ces 3 derniers trimestres

Dans le gros œuvre, la part des travailleurs temporaires est six fois plus élevée que dans la moyenne de toutes les branches.
Le travail temporaire a reculé de plus de 4% ces trois derniers trimestres Le 12h30 / 1 min. / le 29 octobre 2019
Le nombre d'heures travaillées par les intérimaires en Suisse a reculé pour le troisième trimestre consécutif. Depuis le début de l'année, le recul atteint 4,1%, après une progression de 8,4% en 2018, a relevé mardi la faîtière Swissstaffing.

Ce recul n'est pas un signe réjouissant. Quand les commandes diminuent, les entreprises se passent d'abord de leur main d'oeuvre externe, temporaire, avant de tailler dans leurs effectifs fixes.

Le travail temporaire, très volatil, est un signe avant-coureur de la santé économique du pays, comme l'explique Robin Gordon, directeur général du groupe Interiman, dans le 12h30: "On peut interpréter ce ralentissement comme un probable ralentissement conjoncturel".

Hausse du chômage

Alors que les chiffres du chômage sont toujours au beau fixe en Suisse, cet indicateur pourrait annoncer une future hausse du nombre des personnes sans emploi, mais cette hausse n'est pas pour tout de suite. "Il y a une certaine inertie, puisqu'il est probable que bon nombre de collaborateurs temporaires qui viennent de l'étranger prennent la décision de rentrer chez eux", explique encore Robin Gordon. Il s'attend donc à une hausse du taux de chômage d'ici quelques mois. Le Secrétariat d'Etat à l'économie pronostique, lui aussi, une légère détérioration de l'emploi en 2020. 

Sandrine Hochstrasser/lan

Publié le 29 octobre 2019 à 13:02

200 entreprises interrogées

Swissstaffing collecte ses données auprès de 200 entreprises de travail temporaire, représentant 42% du secteur.