Modifié

La FINMA ouvre l'ère des crypto-banques

Le bitcoin est l'une des cryptomonnaies les plus connues. [ulchik74 - fotolia]
La FINMA ouvre l’ère des crypto-banques en Suisse pour la première fois / La Matinale / 1 min. / le 27 août 2019
L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) a octroyé une licence bancaire à deux entreprises issues de la technologie blockchain. C'est une première en Suisse.

Seba et Sygnum. Ces deux entreprises suisses, spécialisées dans les devises et les actifs numériques, sont désormais officiellement des banques. Cette décision est fondatrice. Elle signifie que la FINMA reconnaît la solidité des technologies qui se cachent derrière les monnaies virtuelles. Un domaine où la Suisse souhaite se positionner comme leader au niveau mondial.

Concrètement, une entreprise issue des technologies de la finance devient une banque traditionnelle. Elle peut gérer des avoirs au-delà de 100 millions, conserver des porte-monnaies virtuels et effectuer des opérations en cryptomonnaie.

La Libra lancée à Genève l'année prochaine

Cette annonce survient après 2 ans d'attente et alors qu'une délégation de parlementaires américains était ce week-end à Berne. Ils ont notamment rencontré la FINMA. Une question était au coeur des discussions: comment réglementer la future monnaie de Facebook, la Libra? Cette monnaie virtuelle, basée à Genève, doit être lancée l'année prochaine et sera encadrée par les autorités suisses.

Dans un communiqué, la délégation américaine présente les discussions comme utiles pour comprendre l'état, la complexité et l'ampleur des plans de Facebook. Elle affirme également rester préoccupée par le projet Libra, notamment sur la question du risque de blanchiment d'argent.

La FINMA est donc attendue au tournant. En surveillant, désormais, deux entreprises actives dans les technologies financières, et en rappelant son attachement à la lutte contre le blanchiment, elle pose le premier jalon vers ce que pourrait être une surveillance de la Libra.

Pascal Wassmer

Publié Modifié

Telekom Austria lance le paiement en cryptomonnaie

Le principal opérateur autrichien de téléphonie mobile, A1 Telekom (filiale du groupe Telekom Austria), proposera d'ici la fin du mois d'août à ses clients de régler leurs achats en cryptomonnaie, se présentant comme un "pionnier" européen dans ce domaine.

"Il s'agit encore d'un essai, mais s'il s'avère concluant, ce que nous croyons, nous élargirons notre offre", a indiqué Jochen Schützenauer, l'un des porte-parole du groupe, fournisseur historique d'accès internet et de téléphonie en Autriche.

Pour l'instant, seule une poignée des magasins de A1 sont équipés pour tester la demande, alors que de plus en plus de touristes asiatiques ou américains plébiscitent les devises dématérialisées, encore peu connues du grand public en Europe.

Alors qu'il existe plus de 2000 cryptomonnaies sur le marché, A1 compte accepter uniquement les plus répandues d'entre elles, comme le Bitcoin, Litecoin ou Dash.
AFP