Modifié le 16 juillet 2019 à 22:09

Le Parti socialiste voudrait privilégier les touristes européens en Suisse

La Suisse peut-elle influer sur l'origine des touristes qu'elle accueille?
Le Parti socialiste veut privilégier les touristes européens en Suisse La Matinale / 1 min. / le 16 juillet 2019
Le PS voudrait que Suisse Tourisme soit encouragé à limiter la part d'hôtes provenant de marchés lointains, par rapport à celle des marchés locaux européens. Le sénateur Hans Stöckli l'a explicité lundi dans une interview.

Se basant sur un papier du groupe socialiste aux Chambres fédérales publié en mai dernier, le conseiller aux Etats a expliqué dans la presse alémanique que les touristes qui viennent de loin, notamment d'Asie, voyagent souvent en groupe et visitent en coup de vent les quelques lieux mythiques de Suisse.

Le PS voudrait donc que Suisse Tourisme limite la part de ce type hôtes. L'idée est de lutter contre la surchauffe de certains lieux, comme Lucerne, d'encourager un tourisme plus écologique et de faire venir des voyageurs individuels qui consomment sur place.

Difficile d'établir des quotas

Mais pour Dominique de Buman, président de la Fédération suisse de tourisme, il est très difficile d'établir des "quotas" de touristes. "D'une part parce que nous avons besoin de tous les touristes qui viennent en Suisse (...), nous avons une optimisation des infrastructures à assurer", explique-t-il mardi dans La Matinale. "Et d'autre part, nous savons que parfois les contextes politiques peuvent se modifier très rapidement dans ces pays. Or les campagnes publicitaires se font à l'avance."

Trouver un équilibre entre voyageurs

Il s'agit donc de ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier. Et l'un des objectifs de Suisse Tourisme est précisément de trouver un équilibre entre les différents voyageurs. "Il faut absolument préserver cette part de marché, voire l'accroître", souligne la porte-parole Véronique Kanel, "parce que l'on sait aussi que la Suisse est un pays très prisé par les touristes des pays lointains."

En ce qui concerne ces touristes asiatiques, qui découvrent la Suisse une première fois en groupe et en coup de vent, Suisse Tourisme espère qu'ils reviendront un jour dans d'autres coins de la Suisse, seuls cette fois et peut-être pour plus longtemps.

>> Débat dans Forum entre Hans Stöckli, conseiller aux Etats (PS/BE), et Philippe Nantermod, conseiller national (PLR/VS):

Hans Stöckli et Philippe Nantermod.
- Gaëtan Bally - Anthony Anex - Keystone
Forum - Publié le 16 juillet 2019

Camille Degott/oang

Publié le 16 juillet 2019 à 09:39 - Modifié le 16 juillet 2019 à 22:09