Modifié le 12 juillet 2019 à 12:26

Racheté par un groupe allemand, Sion sous les étoiles brille et reste serein

"Sion sous les étoiles" entame sa sixième édition
"Sion sous les étoiles" entame sa sixième édition 19h30 / 2 min. / le 11 juillet 2019
Propriété de Live Music Production, vendue récemment au groupe DEAG, le festival Sion sous les étoiles bat des records cette année. Son fondateur Michael Drieberg parle d'une "tranquillité d'esprit" sur le plan financier.

Spécialiste romand de l'événementiel depuis de nombreuses années, Michael Drieberg a vendu récemment la majorité de sa société de production de spectacles Live Music Production au groupe allemand DEAG.

L'organisateur de concerts et spectacles, exploitant de la salle Métropole à Lausanne, est aussi le fondateur du festival Sion sous les étoiles, qui débute jeudi soir.

Un festival dans les chiffres noirs

Et la manifestation se porte mieux que jamais, avec 52'000 billets déjà vendus et quatre soirées qui affichent pratiquement complet. Elle annonce même des bénéfices pour cette année - un tour de force sur un marché saturé d’offres avec une demande en baisse.

"Cette année je sais que les festivals suisses sont assez à la peine, nous on prend notre essor. C'est plutôt de bon augure, ça veut dire qu'on a réussi à installer quelque chose de suffisamment intime pour que les gens aient envie de venir malgré la situation plutôt morose du moment", confie le directeur technique du festival Michel Mansis jeudi dans le 19h30.

>> Lire aussi: Pour la première fois depuis dix ans, le Paléo n'affiche pas complet

Des synergies à créer en Suisse

Michael Drieberg, lui, affiche une sérénité d'autant plus grande qu’il vient de vendre la majorité de son entreprise. "C'est une tranquillité d'esprit sur le plan financier", explique-t-il. "Quand on a un groupe coté en bourse, on peut se permettre de prendre plus de risques, de rater des fois. C'est quand même de gros investissements, un gros risque; c'est bien de s’appuyer sur des gens qui ont des moyens financiers", poursuit le spécialiste de l'événementiel.

Il est persuadé qu'il y a des synergies à créer puisque DEAG dirige également un festival zurichois qui a lieu juste avant Sion sous les étoiles. Pour l'an prochain, Michael Drieberg promet même une tête d'affiche qu'il n’aurait pas pu s'offrir jusqu'ici.

L'organisateur de spectacles précise avoir eu également de nombreuses discussions avec Live Nation, un des deux plus grands groupes inernationaux avec AEG. Mais le géant américain ne fait que de la musique, alors que Michael Drieberg veut pouvoir faire du théâtre, du cirque ou des spectacles de chevaux, ce qui est possible avec l'allemand DEAG. Pour rappel, Live Nation possède le festival de Frauenfeld, alors qu'AEG exploitera la Vaudoise aréna, à Malley.

>> Lire aussi: Live Nation, AEG, ces géants qui bousculent l'écosystème des concerts

"Une citadelle romande jusqu'ici imprenable"

Reste que l'entrée du géant allemand dans le microcosme des festivals romands interpelle les spécialistes du milieu musical. "On a des raisons de s'émouvoir, parce que c’est un petit cataclysme, un tremblement de terre dans cette citadelle romande qui était jusqu'ici imprenable", remarque le journaliste de la RTS Yann Zitouni, producteur de l'émission Paradiso sur La Première. "C’est le début de l'effritement d’un modèle auquel on s'était habitués."

"Avant, il y avait deux acteurs majeurs en Suisse romande, Opus One d’un côté et Live Music Production de l’autre", poursuit-il. "On s'était accommodés de cette situation, on se disait ça reste entre nous ça reste en Suisse romande. On se disait pourvu que ça dure, pour des raisons sentimentales, tout en se demandant lequel des deux allait partir en mains étrangères en premier. Aujourd'hui on a la réponse."

L’arrivée de DEAG ne devrait cependant pas menacer l’avenir du festival sédunois. Un accord sur cinq ans, signé avec la ville, promet encore de nombreuses soirées à Sion sous les étoiles. 

Claudine Gaillard Torrent/oang

Publié le 12 juillet 2019 à 11:23 - Modifié le 12 juillet 2019 à 12:26

Une quinzaine de concerts du 11 au 14 juillet

Le festival Sion sous les étoiles propose une quinzaine de concerts et mélange les genres musicaux. Le groupe danois de heavy metal Pretty Maids ainsi que les Britanniques Status Quo et leur boogie rock fouleront également la scène du festival sédunois. Côté suisse, le public retrouvera le groupe de hard rock et de heavy metal Gotthard et le groupe Krokus.

Les enfants de Kids United et les Stars 80 sont aussi de la partie le dimanche, de même que les soeurs Camille et Julie Berthollet qui apporteront une touche de musique classique, voire même de tubes pop et de musiques de film. Le DJ français Martin Solveig clôturera le festival et devrait faire danser le public avec sa pop house électro.

Bernard Lavilliers doit annuler

Bernard Lavilliers ne se produira pas vendredi soir au festival Sion sous les étoiles. Le chanteur français doit subir une intervention chirurgicale. Le groupe suisse Stevans est désormais au programme.

Jean-Baptiste Guégan, sosie vocal de Johnny Hallyday, ZAZ et Patrick Bruel seront aussi sur scène.