Publié le 10 juillet 2019 à 15:51

Les livraisons de Boeing s'effondrent au premier semestre

Le retour rapide dans le ciel du Boeing 737 MAX assombri avec la découverte d'une faille "potentielle" par les Etats-Unis.
Boeing voit ses livraisons chuter à cause des accidents liés aux 737 MAX Le 12h30 / 1 min. / le 10 juillet 2019
Le nombre d'avions neufs livrés par Boeing au premier semestre 2019 s'est effondré, avec un recul de près de 37%, une conséquence de l'interdiction de vol concernant ses 737 MAX après un double accident.

Les 737 MAX sont cloués au sol depuis quatre mois suite à deux accidents qui ont fait 346 morts. Entre janvier et juin, seuls 234 avions de ligne ont été livrés. en recul de près de 37% depuis l'année dernière.

Le recul est particulièrement important , surtout parce que les 737 MAX représentent deux tiers du carnet de commande de Boeing. L'interdiction de vol de ces appareils ne leur fait pas la meilleure des publicités. Et on ne sait toujours pas s'ils obtiendront de nouveau l'autorisation de décoller.Ce qui ne devrait en tout cas pas arriver avant décembre, selon des analystes.

>> Lire aussi: Le 737 MAX de Boeing risque de passer tout l'été au hangar

Une situation qui ne peut pas durer

Face à ce marasme, Boeing continue toutefois de produire ces appareils, en espérant que tout rentre dans l'ordre rapidement. L'avionneur n'a pas tellement le choix, mais c'est un risque.

"Un constructeur d'avion a plusieurs centaines de sous-traitants qui fabriquent des sous-ensembles, des pièces détachées. S'il arrête toute cette chaîne de production, il lui faudra trois ans pour la remettre en route. Boeing a donc intérêt à produire", explique Michel Polacco, spécialiste en aéronautique. Et d'estimer que le constructeur doit avoir déjà trois cents avions stockés sur divers aérodromes.

"Ce sont des sommes de trésorerie que Boeing est obligé d'avancer. Il faut payer les sous-traitants et les clients ne paient évidemment pas la fin des avions tant qu'ils ne sont pas livrés et en état de vol", indique le spécialiste. "Pour Boeing, cette situation est absolument intenable et ne peut pas durer longtemps."

Conséquence: Airbus, son rival européen, pourrait devenir pour la première fois le plus grand constructeur aéronautique mondial, en termes de livraisons.

Cléa Favre/ebz

Publié le 10 juillet 2019 à 15:51