Publié le 16 juin 2019 à 09:27

Plan d'urgence aux Philippines pour écouler des excédents de mangues

Un ouvrier cueille une mangue dans une exploitation de Tarlac City, au nord de Manille.
Un ouvrier cueille une mangue dans une exploitation de Tarlac City, au nord de Manille. La Matinale / 1 min. / le 12 juin 2019
La surproduction de mangues aux Philippines est une conséquence inattendue du réchauffement climatique. Un temps exceptionnellement chaud et sec oblige le pays à mettre en place un plan d'urgence pour écouler ses excédents.

Depuis quelques jours, à Manille, des stands de mangues à prix cassés (19 centimes contre 1,10 franc en début d'année) ont fait leur apparition dans les couloirs du métro. L'opération séduction a été lancée par les autorités philippines, qui veulent vendre près de 500 tonnes de mangues d'ici la fin du mois. Le temps presse car ce fruit exotique pourrit très vite.

Particulièrement sèche et chaude à cause du phénomène météorologique El Niño, la saison aurait créé un terrain fertile à la pousse de mangues, surtout sur l'île de Luzon, au nord de l'archipel. Une abondance qui n'arriverait que tous les trois ou quatre ans. "C'est un phénomène positif pour nous", a indiqué le ministre de l'Agriculture Emmanuel Piñol au Manila Times. "Le problème, c'est que les agriculteurs n'ont pas eu le temps de se coordonner avec notre Département."

Importateurs étrangers insuffisants

Les espoirs des autorités se tournent surtout vers l'étranger. Or, pour l'instant, seul un importateur japonais s'est engagé à acheter 100 tonnes de mangues aux Philippines. Près de 2000 tonnes sont encore à écouler.

Le Département de l'Agriculture tente désormais de convaincre Dubaï, Hong Kong ou encore la Russie de faire de la mangue philippine le fruit incontournable de ce début d'été.

Davy Bailly-Basin/ddup

Publié le 16 juin 2019 à 09:27