Modifié le 12 mai 2019 à 17:15

Les revenus toujours plus inégaux au sein des pays de l'Union européenne

Sans-abri dans une rue de Sofia, en Bulgarie.
La distribution des revenus est toujours plus inégale au sein des pays de l'UE Le 12h30 / 1 min. / le 12 mai 2019
Les inégalités de revenus ont augmenté ces dernières décennies au sein de l'UE, selon les dernières statistiques européennes. Ce sont les pays de l'ancien bloc de l'Est qui sont le plus touchés.

Cette conclusion est tirée, sur la base des données pour 2017, par l'office de statistique de l'Union européenne (Eurostat). Ce dernier mesure, pour chaque pays, les inégalités de revenus sur une échelle entre 0 et 100 (coefficient de Gini).

La Bulgarie en tête de liste

En Bulgarie, pays le plus inégalitaire, ce coefficient culmine à 40 - soit bien au-dessus de la moyenne européenne de 31. Les pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), les quatre principaux pays du Sud (Espagne, Portugal, Grèce, Italie), la Roumanie et le Royaume-Uni complètent ce top 10 des pays de l'UE.

L'Allemagne, la France et la Pologne sont, quant à elles, légèrement moins inégalitaires que la moyenne. La Slovaquie (avec un indice de 23), la Slovénie et la République tchèque sont les plus égalitaires, suivis par les pays nordiques (Suède, Danemark, Finlande), la Belgique, les Pays-Bas et l'Autriche.

Le revenu des plus riches augmente plus vite

Entre 1980 et 2017, le revenu moyen des 1% les plus riches - au sein de l'UE - a crû "deux fois plus vite" que celui des 50% les plus pauvres, selon une étude du Laboratoire sur les inégalités mondiales (WIL) publiée en avril.

L'organisme l'explique par des politiques européennes qui "peinent à promouvoir une croissance plus inclusive", car elles sont "focalisées sur la réduction des inégalités entre Etats-membres", délaissant les "inégalités à l'intérieur des pays".

La difficile transition entre socialisme et capitalisme

C'est à l'Est que les inégalités ont, en moyenne, le plus augmenté. Les écarts de revenus y ont explosé pendant la "transition du socialisme au capitalisme" dans les années 1990, les privatisations bénéficiant à une "élite restreinte", selon le WIL.

Région la plus égalitaire du continent en 1980, l'Europe de l'Est atteint aujourd'hui les niveaux d'inégalité de l'Ouest et du Sud.

agences/oang

Publié le 12 mai 2019 à 12:46 - Modifié le 12 mai 2019 à 17:15

Chiffres alarmants sur la pauvreté extrême

Un total de 6,2% de la population de l'Union européenne est touchée par la pauvreté extrême, selon d'autres chiffres publiés la semaine dernière par Eurostat et portant sur l'année 2015.

Avec 1,5% (2015), la Suisse se situe nettement en-dessous de la moyenne. Seuls la Suède et le Luxembourg comptent encore moins de nécessiteux.

La Bulgarie, là aussi, ferme la marche: un habitant sur cinq y est touché. En Roumanie et en Grèce aussi, beaucoup ne mangent pas à leur faim. Dans ces deux pays, une personne sur six remplit les critères de l'UE concernant la grande pauvreté.

Neuf indicateurs

Selon l'Office européen des statistiques, une personne est dans cette situation si au moins quatre de ces neuf indicateurs s'appliquent:

Impossibilité de régler le loyer ou les factures, de chauffer convenablement le domicile, de faire face à des dépenses imprévues, de consommer de la viande, du poisson ou un équivalent protéiné tous les deux jours, de partir en vacances hors du domicile une semaine par an, d’acheter une voiture, une machine à laver le linge, une télévision ou de payer une connexion téléphonique.