Modifié

Sommet et contre-sommet autour des matières premières à Lausanne

Le huitième sommet international de négoce des matières premières se déroule du 25 au 27 mars 2019, à Lausanne. [Financial Times Live]
Le 8e sommet sur les matières premières s’ouvre à Lausanne; son contre-sommet aussi / La Matinale / 1 min. / le 25 mars 2019
Le 8e sommet international de négoce de matières premières s'ouvre cette année dans le contexte des discussions autour de l'initiative "pour des multinationales responsables". Le collectif "Stop-spéculation" a aussi tenu un contre-sommet.

Durant trois jours – et pour la huitième fois – le "FT Commodities Global Summit" rassemble négociants, financiers et entreprises du secteur, dans un palace lausannois. C'est également dans la capitale vaudoise que le collectif Stop-spéculation a tenu son traditionnel contre-sommet intitulé "Non au sommet des pilleurs et pollueurs".

"Pour des multinationales responsables"

Les voix critiques appellent la Suisse à prendre davantage position, dans un contexte particulier cette année: celui des discussions autour de l'initiative "pour des multinationales responsables". Le Conseil des Etats a récemment balayé le contre-proje. La population devrait se prononcer sur cette initiative l'année prochaine.

En 2018, à Lausanne, des manifestants protestent contre le Sommet international de négoce de matières premières. [Ashley Moponda - Stop-spéculation.ch]En 2018, à Lausanne, des manifestants protestent contre le Sommet international de négoce de matières premières. [Ashley Moponda - Stop-spéculation.ch]Les ONG attendent un message clair de la part de la Suisse: "En tant que première place de négoce au niveau international, la Suisse se doit de prendre ses responsabilités et les mesures qui s'imposent", souligne Marc Ummel, responsable de la politique de développement dans le secteur des matières premières chez Swissaid.

Le discours d'Ueli Maurer attendu

Une intervention est notamment attendue mardi, celle d'Ueli Maurer, président de la Confédération: "Nous, ce qu'on attend de lui, c'est qu'il fasse un discours dans lequel il demande aux entreprises plus de transparence, qu'il leur fasse prendre conscience des dégâts qui sont causés par ces entreprises sur les pays en voie de développement", ajoute Marc Ummel. "Maintenant, je ne suis pas sûr qu'il va le faire. Quand on regarde le dernier rapport du Conseil fédéral sur les matières premières, il y a plus de mesures qui sont prises pour renforcer la compétitivité de la Suisse, plutôt que de prendre des vraies mesures pour combattre les violations des droits humains par nos entreprises. Donc on peut se poser des questions sur quel est le message que veut faire passer la Suisse."

Un point en particulier: l'or. La Suisse importe plus de la moitié de l'or commercialisé dans le monde. Et selon les ONG, les mesures proposées par le gouvernement restent insuffisantes.

Sujet radio: Romain Bardet

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié Modifié