Modifié le 28 février 2019 à 21:20

Le produit intérieur brut suisse a progressé de 2,5% l'année dernière

Le PIB suisse a augmenté de 2,5% en 2018
Le PIB suisse a progressé de 2,5% l'an dernier Le Journal horaire / 20 sec. / le 28 février 2019
L'économie suisse a nettement accéléré en 2018, profitant d'une conjoncture mondiale globalement favorable. Le produit intérieur brut a progressé de 2,5%, après 1,6% en 2017, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à l'Economie (Seco).

Les prévisions du Seco ont été confirmées. "La croissance a été nettement supérieure à la moyenne pendant le premier semestre 2018, tandis que la conjoncture a considérablement ralenti au cours du second semestre", a-t-il indiqué jeudi.

Industrie manufacturière en pointe

L'industrie manufacturière a représenté le principal moteur de la croissance. "Le secteur a pu profiter d'une forte demande internationale de produits industriels suisses", détaille le Seco. Au seul quatrième trimestre, la croissance helvétique s'est redressée, affichant une progression de 0,2% sur un trimestre, après un repli de 0,3%.

Les piliers de la croissance économique, consommation des ménages et exportations, se sont redressés entre octobre et fin décembre. La consommation privée, bien que toujours très faible, a accéléré à +0,3% pendant le trimestre sous revue, après +0,1% au partiel précédent. Les ventes à l'étranger (sans objets de valeur) ont bondi de 5,6%, après un repli de 4,1%.

En ce qui concerne l'année en cours, le Seco s'attend à une progression de 1,5%. La prévision pour 2020 s'établit, elle, à 1,7%.

>> Les précisions de Gaspard Kühn dans le 19h30:

Gaspard Kühn à propos du PIB suisse 2018 : "C'est une très belle performance, 2,5% de croissance, c'est même la meilleure enregistrée par la Suisse depuis 2010."
19h30 - Publié le 28 février 2019

ats/cv

Publié le 28 février 2019 à 20:45 - Modifié le 28 février 2019 à 21:20

Ralentissement en vue, selon le KOF

La conjoncture suisse ne va pas évoluer favorablement ces prochains mois, estime le Centre de recherches conjoncturelles de l'EPFZ (KOF). La dégradation du climat économique, déjà perçue dans l'industrie manufacturière, atteint désormais les autres composantes du baromètre.

Pour le quatrième mois consécutif, le baromètre du KOF s'affiche en baisse à 92,4 points, soit un recul de 3,8 points par rapport au mois précédent. Les économistes tablaient sur une valeur entre 94,0 et 97,0 points.

Ce nouveau recul est imputable principalement à la construction mécanique et l'industrie électrique.