Modifié le 11 janvier 2019 à 20:08

La communication de crise des entreprises à l'épreuve du cas Ghosn

Carlos Ghosn, PDG déchu de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors.
Quand les patrons stars dérapent: interview de Didier Heiderich Forum / 5 min. / le 11 janvier 2019
Renault ne se sépare toujours pas de Carlos Ghosn, alors que le groupe automobile français voit son titre tanguer en bourse au gré de l'enquête dont son PDG incarcéré fait l'objet au Japon. Mais l'existence de l'alliance Renault-Nissan change la donne.

Pour Didier Heiderich, consultant et spécialiste de la gestion de crise, invité de l'émission Forum de la RTS vendredi, le cas Ghosn est particulier: si Renault ne prend pas - en tout cas pas encore - ses distances avec son patron, inculpé de malversations, c'est que pour l'Etat français, principal actionnaire de la firme au losange, il est très important de respecter le principe de présomption d'innocence: il faut protéger l'alliance, vieille de 20 ans, avec Nissan et tout divorce serait très compliqué et dommageable pour le constructeur français s'il venait à perdre la face devant son partenaire japonais.

Mais la stratégie de l'entreprise n'est pas forcément tenable à long terme: les accusations portées contre Carlos Ghosn sont lourdes, a fortiori dans un contexte de crise des "gilets jaunes", abondamment relayée par les médias, ce qui contribue à mettre la pression sur les autorités.

Périlleuse fragilité

Bref, Carlos Ghosn devient de plus en plus un boulet pour Renault, et c'est le revers de la médaille de la starification des dirigeants de grandes entreprises.

Selon Daniel Heiderich, "la fragilité du dirigeant peut fragiliser la marque". On l'a vu par exemple dans le cas du charismatique patron d'Apple Steve Jobs. Sa disparition a coûté à la marque une bonne partie de son aura. Sans parler du fantasque Elon Musk. Ses étranges tweets intempestifs ont coûté cher à l'action Tesla.

Mehmet Gultas/pym

Publié le 11 janvier 2019 à 19:28 - Modifié le 11 janvier 2019 à 20:08