Modifié

L'UE relève la garantie des dépôts bancaires

Le président de l'Eurogroupe J-Cl.Juncker voulait l'unité. [Keystone]
Le président de l'Eurogroupe J-Cl.Juncker voulait l'unité. [Keystone]
Les ministres des Finances de l'UE ont décidé mardi de relever de 20'000 à au moins 50'000 euros le montant minimum de garantie bancaire des particuliers en cas de faillite de leur banque. L'Espagne débloque 30 milliards d'euros.

"Les Etats sont d'accord pour augmenter la protection des dépôts
des particuliers à un montant d'au moins 50'000 euros, sachant que
de nombreux Etats membres sont déterminés à augmenter la couverture
au moins jusqu'à 100'000 euros", a souligné une source européenne.
Parallèlement, les bourses européennes ont retrouvé une stabilité relative mardi.

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a
pour sa part annoncé mardi la création d'un fonds spécial de 30
milliards d'euros destiné à soutenir le système financier espagnol
et à relancer le crédit aux entreprises et aux particuliers. Ce
fonds pourrait être augmenté à un maximum de 50 milliards
d'euros.

Un accord moins ambitieux

L'accord des 27 est moins ambitieux que l'objectif initial qui
était de porter le seuil minimal à 100'000 euros pour tous. Mais
plusieurs pays de l'UE, notamment de nouveaux Etats membres
d'Europe de l'Est, mais aussi le Danemark ou la Finlande ont fait
valoir qu'un tel montant aurait été trop lourd à assumer
budgétairement pour eux.

L'objectif des pays européens, avec cette première mesure concrète
commune face à la crise financière, est de rassurer les épargnants
pour éviter une crise de défiance prolongée à l'égard des banques
qui pourrait entraîner des retraits massifs des comptes.

Front commun des Européens

Les 27 veulent aussi afficher un front commun après les
politiques du chacun pour soi suivies jusqu'ici par les pays pour
sauver leurs banques ou rassurer les petits déposants.

Par ailleurs, pour tenter de rassurer les marchés financiers, les
ministres ont affirmé mardi qu'ils soutiendraient tous leurs grands
groupes financiers en cas de difficulté pour éviter un risque de
crise généralisé. Quant à la Suisse, elle étudie également
l'opportunité de relever la barre des garanties de dépôt, qui est
actuellement fixée à 30'000 francs par épargnant.

Agir de manière concertée

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires,
l'Espagnol Joaquin Almunia, a également indiqué que les débats
portaient autour d'une réduction du délai de remboursement des
déposants particuliers, en cas de faillite. Ce délai peut atteindre
aujourd'hui plusieurs mois.

Si les 27 se mettent d'accord, il s'agirait de la première mesure
commune concrète prise par l'ensemble des pays de l'UE. Jusqu'ici,
les gouvernements ont privilégié les solutions nationales, donnant
l'impression de réactions en ordre dispersé.

Quant à la Suisse, elle étudie également l'opportunité de relever la barre des
garanties de dépôt, qui est actuellement fixée à 30'000 francs par
épargnant.

Islande: une 2e banque nationalisée

Enfin, l'Etat islandais va prendre le contrôle de la deuxième
banque du pays nordique, Landsbanki, "afin d'assurer la continuité
des opérations commerciales en Islande". Cette annonce intervient
au lendemain de l'annonce par le gouvernement islandais de la mise
en place d'un arsenal législatif donnant la possibilité à l'Etat de
diriger tout le système bancaire du pays nordique. La semaine
dernière, l'Etat avait annoncé le rachat de 75% de la troisième
banque islandaise, Glitnir, pour 600 millions d'euros.

Les autorités islandaises négocient par ailleurs un prêt avec la
Russie, et la banque centrale du pays nordique a annoncé
l'instauration d'une parité fixe avec l'euro pour tenter d'enrayer
la chute de sa monnaie.

De son côté, le président russe Dmitri Medvedev a annoncé l'octroi
de crédits allant jusqu'à 950 milliards de roubles (environ 41,3
milliards de francs) aux banques du pays pour consolider leurs
fonds propres.

agences/cer/sbo

Publié Modifié

Mesures nationales

Plusieurs pays d'Europe ont annoncé le relèvement de la garantie bancaire pour leurs citoyens en cas de faillite de leur banque.

L'Espagne, l'Autriche, la Grèce et la Belgique ont annoncé un relèvement de 20'000 à 100'000 euros, dépassant ainsi les mesures prises par les 27.

Le Portugal a lui relevé cette garantie de 25'000 à 50'000 euros.

La Suède avait relevé lundi ce plafond à 500'000 couronnes (près de 79'000 euros) contre 250'000 précédemment.

La semaine dernière, la Grande-Bretagne annonçait un relèvement de 35'000 à 50'000 livres (100'000 francs), tandis que l'Irlande garantissait tous les dépôts bancaires pendant deux ans afin de garantir la stabilité financière des banques du pays.

Ces annonces interviennent alors que la Chambre de commerce britannique (BCC) a estimé que le Royaume-Uni était plongé dans une récession «qui s'aggrave», et a enjoint le gouvernement et la Banque d'Angleterre (BoE) d'agir de toute urgence pour éviter une récession «majeure».

Le moral, les bénéfices et l'activité des entrepreneurs se sont effondrés, et le chômage est promis à une forte hausse, a estimé la BCC.

10'000 milliards de dette aux Etats-Unis

Dans ce contexte de crise mondiale, le Trésor américain a fait savoir mardi que le montant de la dette publique des Etats-Unis avait franchi en septembre le cap des 10'000 milliards de dollars (plus de 11'000 milliards de francs).

Au 30 septembre, le montant de la dette publique des Etats-Unis en circulation atteignait presque 10'025 milliards de dollars, contre près de 9646 milliards de dollars fin août, indique le Trésor.

La débâcle des Bourses a entraîné une ruée des investisseurs vers les valeurs refuges comme les obligations d'Etat, faisant baisser naturellement le taux d'intérêt servi par le Trésor sur ses bons.

Le Trésor a par ailleurs lancé en septembre un programme d'emprunt spécial, distinct de son programme habituel, pour le compte de la Réserve fédérale américaine afin de lui fournir les liquidités nécessaires pour mener à bien les nombreuses mesures de soutien à l'économie américaine qu'elle a engagées.

Il a levé 345 milliards de dollars en septembre rien que pour ce programme.

Par ailleurs, la crise financière a anéanti quelque 2000 milliards de dollars épargnés par les Américains dans leurs plans de retraite au cours des 15 derniers mois, a estimé mardi le principal expert en matière budgétaire auprès du Congrès.