Modifié

"Il n'y a pas un véritable engouement pour le transport électrique en Suisse"

L'invité de Romain Clivaz (vidéo) - Hubert Angleys, directeur financier de Leclanché [RTS]
L'invité de Romain Clivaz (vidéo) - Hubert Angleys, directeur financier de Leclanché / La Matinale / 9 min. / le 13 décembre 2018
Le spécialiste vaudois des solutions de stockage d'énergie Leclanché estime que la Suisse est "à la traîne" sur la question du transport électrique, dans le contexte du changement climatique. L'entreprise se tourne vers des pays étrangers.

"Nous ne sentons pas encore un véritable engouement pour une mutation vers le transport électrique en Suisse, qui doit être accompagné par les pouvoirs publics à travers la mise en place d'une infrastructure de recharge", déclare jeudi le directeur financier de Leclanché, Hubert Angleys, dans La Matinale de la RTS.

Le dirigeant de l'entreprise basée à Yverdon indique que le groupe a bénéficié de subventions du canton de Vaud en 2017, mais qu'elles se sont interrompues. "Un effort conjoint doit être fait entre les pouvoirs publics et les entreprises privées. Nous devons travailler main dans la main pour arriver à poursuivre, et accompagner, cette transition énergétique", assure-t-il.

Partenariats internationaux

Au vu du contexte helvétique, Leclanché est "une entreprise à vocation internationale". "Nous allons plutôt nous tourner vers les pays qui sont demandeurs, qui ont un programme d'électrification, soit de leur flotte, soit une transition énergétique vers des sources d'énergies renouvelables plus prononcée et soutenue par les pouvoirs publics", explique Hubert Angleys.

L'entreprise suisse a signé plusieurs accords de partenariats, notamment avec les bus de la ville de Bruges, en Belgique, équipés par un système de recharge par induction. "Nous avons aussi signé un accord de co-entreprise avec un partenaire indien. Il s'agit du plus gros producteur indien de batteries au plomb qui souhaitait acquérir la technologie du lithium", révèle Hubert Angleys.

Propos recueillis par Romain Clivaz

Publié Modifié

"Nous sommes en route pour doubler notre chiffre d'affaires"

Depuis sa fondation en 1909, Leclanché a connu des hauts et des bas. Si ces dernières années l'entreprise s'était enfoncée dans la crise, un renouveau semble se profiler. "Le modèle d'affaires de l'entreprise a complètement changé. Nous avons un bilan plus sain et les financements nécessaires pour assurer la pérennité de l'entreprise", explique Hubert Angleys.

"La différence fondamentale par rapport aux années précédentes, c'est que nous avons un carnet de commandes quasiment plein pour 2019 et les années à venir", poursuit le directeur financier. Le chiffre d'affaires de Leclanché doublerait même: "Nous sommes en route pour pouvoir doubler le chiffre d'affaire par rapport à 2017, sur la base des contrats qui ont été signés".