Quinze minutes

Publié le 29 octobre 2018 à 12:33 - Modifié le 03 novembre 2018 à 14:18

Interdiction de la mendicité: tendre la main à tout prix?

Après le reste de la Suisse romande à l'exception du Jura, le canton de Vaud a décidé lui aussi d’interdire la mendicité. Depuis le 1er novembre, quiconque sera surpris en flagrant délit risque une amende de 100 francs. La facture pourrait même atteindre 2000 francs pour celui qui envoie des mineurs mendier.

A Genève, cette interdiction en vigueur depuis dix ans n'a pourtant guère faire baisser la mendicité, les amendes impayées s’amoncellent et des mendiants se retrouvent en prison.

Pourquoi, alors, vouloir mettre en place un système qui semble inefficace? Et cette interdiction va-t-elle vraiment décourager ceux qui tendent la main? Que vont faire ces mendiants: partir ou rester à tout prix?

  • L'interdiction de la mendicité dans le canton de Vaud

    Le reportage du samedi 3 novembre

    Retrouvez notre reportage complet sur l'interdiction de la mendicité dans le canton de Vaud.

    Un mendiant Rom dans les rues de Genève.
    Salvatore Di Nolfi - Keystone
    Quinze minutes - Publié le 03 novembre 2018

  • Rom de Roumanie, il ne quittera pas Lausanne

    Malgré l'interdiction, Florin va rester

  • Une communauté particulièrement touchée

    Les Roms de Lausanne très exposés

    Que va faire la communauté Rom de Lausanne, particulièrement touchée par l'interdiction de la mendicité?

    Le reportage de Zoé Decker.

    La ville de Lausanne a décidé de limiter fortement la mendicité.
    Jean-Christophe Bott - Keystone
    La Matinale - Publié le 01 novembre 2018

  • Quinze minutes sur les réseaux sociaux

    Retrouvez les publications sur la page Facebook de l'émission

    Vous pouvez également suivre l'émission sur Instagram et Twitter avec le hashtag #15RTS

  • Les archives

    Les précédents reportages de Quinze minutes