Modifié

Pour ou contre un 2e tube routier au Gothard, deux visions du transit alpin

Le tunnel routier actuel au Gothard a été construit en 1980. [Urs Flueeler - KEYSTONE]
Le tunnel routier actuel au Gothard a été construit en 1980. [Urs Flueeler - KEYSTONE]
Alors que le tunnel du Gothard doit être rénové, les Chambres ont opté pour la construction d'un second tube afin de mener les travaux tout en laissant les voitures circuler. Un référendum a été lancé pour dénoncer un gaspillage et le peuple va trancher le 28 février.

Soutenu par le Conseil fédéral et la majorité du Parlement, la construction d'une deuxième galerie au Gothard est estimée à 2,8 milliards de francs. Selon le gouvernement, c'est la "solution idéale" pour éviter la fermeture de cet axe majeur construit en 1980.

Le deuxième tunnel prendrait en charge le trafic des voitures pendant la durée des travaux de rénovation. Vers 2030, à la fin des travaux, les voitures pourraient circuler dans deux tunnels différents. La capacité du trafic ne serait toutefois pas augmentée, car une seule voie serait ouverte dans chaque sens.

Sécurité et cohésion nationale

Pour le comité interpartis en faveur de ce projet, il s'agit d'une question de sécurité. Avec des voies bidirectionnelles sur 17 km, "il ne correspond plus aux standards actuels", selon le conseiller national et président d'Auto secours suisse Ulrich Giezendanner (UDC/AG).

Les collisions frontales dans le tunnel du Gothard ont déjà fait 18 morts. Un deuxième tube autoroutier permettrait de séparer les voies et supprimerait ce risque, ont encore argumenté les partisans. De plus, en cas d'accidents, pompiers, policiers ou ambulanciers pourraient plus facilement accéder au tunnel grâce à la bande d'arrêt d'urgence.

Il en va aussi de la cohésion nationale, selon eux. Fermer le tunnel pendant des travaux isolerait le Tessin du reste de la Suisse, alors qu'il est utilisé quotidiennement par les habitants du canton méridional.

"Gaspillage" et projets romands freinés

Le PS, les Verts et les Vert'libéraux, ainsi que plus de 50 organisations locales et régionales, ont lancé un référendum, dénonçant une "escroquerie" et "l'aberration" d'un projet qui ne répond à aucune nécessité. Ils regrettent aussi le "gaspillage" de plusieurs milliards.

Les opposants craignent en premier lieu que dès que les quatre pistes seront opérationnelles, elles seront ouvertes au trafic, que le Tessin devienne un corridor de transit infernal à l'image du Brenner et que la pollution enfle.

"On fait croire aux Suisses que le tunnel routier existant doit être rénové de toute urgence, mais c'est faux; il peut être exploité pendant au moins vingt ans "sans problème", a aussi estimé la conseillère nationale et présidente de l'Association transports et environnement Evi Alleman (PS/BE).

L'inquiétude vient aussi de Suisse romande: une fois dépensé au Gothard, l'argent ne serait plus disponible pour la Suisse occidentale et des projets pourraient être pénalisés, comme le contournement de Morges (VD), du Locle et de La Chaux-de-Fonds (NE). Idem pour certains tronçons genevois ou des projets d'agglomération comme le métro lausannois M3. Des arguments rejetés par le Conseil fédéral.

boi avec agences

Publié Modifié

Le Gothard en bref

Le tunnel routier du Gothard a été inauguré le 5 septembre 1980 après 10 ans de travaux. Il relie Göschenen (UR) à Airolo (TI) sur 16,9 km. C'est le 4e tunnel au monde en terme de distance.

Le trafic est bidirectionnel et la vitesse est limitée à 80 km/h. Avec cinq millions d’automobiles et 900'000 camions par année, le tunnel est l'un des plus empruntés des Alpes avec d'importants bouchons lors des week-end estivaux et des jours fériés.

Après 35 ans d’activité, le Gothard nécessite d'importants travaux de rénovation sur le revêtement, la voûte intérieure, le système de ventilation et la galerie de sécurité et le système de ventilation.

La seconde galerie serait construite à 70 mètres du tunnel existant et elle aurait la même longueur.