Modifié le 01 septembre 2015 à 16:32

Factchecking: le PCS vise juste sur la pauvreté en Suisse

Les candidats du PCS étaient bien informés sur les thèmes de la pauvreté et des réfugiés.
À dire vrai: la vérification des propos de Suzanne Maître et Michaël Siggen du PCS dans l'émission Face aux partis. 12h45 / 3 min. / le 29 août 2015
RTSinfo vérifie les informations données par les politiciens dans "Face aux partis". Le centre gauche PCS a été précis dans ses informations sur la pauvreté en Suisse et sur les réfugiés.

Evoquant la thématique de la pauvreté, Suzanne Maître a plaidé pour des prestations complémentaires pour les familles afin de leur éviter l'aide sociale. La députée jurassienne a spécifié que les pauvres étaient "souvent des personnes qui travaillent".

Une affirmation correcte si l'on se limite aux personne en âge de travailler. Selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique, 590'000 personnes vivent sous le seuil de la pauvreté en Suisse. Parmi elles, on dénombre cependant 206'000 retraités et 98'000 mineurs.

En se limitant aux majeurs n'ayant pas atteint la retraite, on obtient le chiffre de 286'000 personnes, dont 126'000 ont effectivement un emploi. Autrement dit, 44% des pauvres en âge de travailler sont effectivement des "working poor".

jvia/mre/tyf

Publié le 29 août 2015 à 12:28 - Modifié le 01 septembre 2015 à 16:32

Deux fois moins de requérants qu'en 1999

"En 1999, on a eu le double de demandeurs d'asile d'aujourd'hui. Il y aurait encore de la place pour les accueillir", déclarait le candidat valaisan Michael Siggen, en référence à une année marquée par la crise des Balkans, qui a constitué un "pic" dans les statistiques migratoires suisses. En effet, le nombre de demandes d'asile s'élevait à 47'513 pour l'année 1999 contre 23'765 en 2014, soit exactement le double, selon les chiffres du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Cela dit, 15'769 personnes avaient déjà demandé l'asile en Suisse à fin juillet 2015, soit une hausse de 20% par rapport à la même période l'année dernière. Or, selon les chiffres du SEM, quelque 29'000 requérants d'asile sont attendus en 2015 et 30'000 en 2016, ce qui risque de rendre la proportion caduque d'ici la fin de l'année.

Par ailleurs, cette proportion n'est pas tout à fait exacte si l'on prend en compte l'ensemble des personnes se trouvant dans la procédure d'asile en Suisse. Elles étaient 104'739 en 1999 contre 48'080 en 2014, soit moins de la moitié, mais déjà 51'000 au 31 juillet 2015.

Précis sur les déplacés syriens

"En Syrie, on voit 12 millions de personnes déplacées, 4 millions uniquement dans les pays limitrophes, et l'Europe n'en accueille que 250'000", a lancé Michael Siggen en appelant à en faire plus pour le réfugiés.

Les données du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) confirment les chiffres avancées par le candidat PCS. Le HCR comptabilise près de 8 millions de déplacés à l'intérieur des frontières syriennes, auxquels il faut effectivement additionner les plus de 4 millions accueillis dans les pays limitrophes (2 millions en Turquie, 1,1 million au Liban, 630'000 en Jordanie et 250'000 en Irak).

Concernant l'Europe, le HCR évoque 270'000 demandes d'asile déposées par des Syriens sur le vieux continent, soit tout de même 20'000 cas de plus que le nombre avancé par Michael Siggen.