Publié le 05 novembre 2015 à 10:01

Des bulletins arrivés trop tard privent de vote des Suisses de l'étranger

Matériel de vote du canton de Vaud pour les élections fédérales 2015.
Le matériel de vote arrive souvent trop tard chez les Suisses de l'étranger Le Journal du matin / 4 min. / le 05 novembre 2015
A l'heure où les citoyens sont appelés à voter pour le second tour au Conseil des Etats, certains Suisses de l'étranger se voient privés de leur droit, en raison de la réception tardive de leur bulletin.

De nombreux électeurs helvétiques, habitant à l'étranger, n'ont d'ailleurs pas pu participer aux élections fédérales du 18 octobre dernier. C'est le cas de Nathalie Gendre, une Fribourgeoise résidant à Bogota, en Colombie, dont l'enveloppe est arrivée un jour après les élections: "J'aurais dû la recevoir au moins 10 jours avant, afin de pouvoir la renvoyer dans les temps", a-t-elle dit jeudi sur les ondes de la RTS.

La chancelière de l'Etat de Fribourg, Danièle Gagnaux, se dit consciente de ce problème: "Ce n'est pas la seule personne à avoir subi ces inconvénients". Comment explique-t-elle ces retards? "Ce sont les différents délais imposés par la loi, pour le dépôt des candidatures, pour les vérifications, puis pour l'impression et l'envoi (...) On n'arrive pas à faire mieux".

"Mission impossible"

Selon Danièle Gagnaux, ce phénomène se reflète dans le taux de participation: "Lors des élections du 18 octobre, il était de 25% pour les Suisses de l'étranger et de 47% pour les Suisses de l'intérieur". A Fribourg, comme dans d’autres cantons, le vote électronique était testé depuis 2010. Ce système a été disqualifié pour les élections de cette année.

Cela donne à Danièle Gagnaux un moyen de comparer la participation: "Lors des dernières votations, les taux de participation entre ces des groupes d'électeurs étaient similaires, ce qui montre qu'il y a eu un problème". Et d'ajouter: "Pour les citoyens qui habitent au-delà de l'Union européenne, c'est quasi mission impossible".

A noter que, mis à par Genève, Neuchâtel, Bâle-Ville et Lucerne qui disposent d'un système de vote électronique, tous les cantons connaissent les mêmes difficultés (lire encadré ci-dessous).

Muriel Ballaman/hend

Publié le 05 novembre 2015 à 10:01

Le vote électronique, une opération complexe

Si le vote électronique semble être la réponse évidente pour les Suisses de l'étranger, le système est plus compliqué qu'il en a l'air, notamment en raison de la double opération d'identifier la personne, puis d'anonymiser son vote: "On fait souvent la comparaison avec le online banking, mais c'est beaucoup plus complexe techniquement", selon Uwe Serdült, politologue au Centre de la démocratie d'Aarau. Ce dernier estime que le e-voting généralisé, cela ne sera pas en fonction avant 2030.

"Aucune chance pour l'élection des Etats"

Qu'en sera-t-il pour le second tour au Conseil des Etats? "Il n'y a pratiquement aucune chance pour la majorité des Suisses de l'étranger de voter. Je crains que le taux de participation soit encore pire qu'au premier tour", rapport Danièle Gagnaux, chancelière de l'Etat de Fribourg.

Notons que tous les cantons n'autorisent pas leurs citoyens de l'étranger à participer au scrutin pour l'élection au Conseil des Etats. C'est le cas notamment du Valais et de Vaud en Romandie.