Qu'est-ce qu'une "Suisse Battle"?

Jusqu'aux élections fédérales, RTSinfo vous propose une nouvelle série: les "Suisse Battles". Le concept: découvrir les particularismes régionaux de la campagne électorale sous forme ludique.

Dans cette troisième "battle", nous avons étudié la présence sur les réseaux sociaux des 802 candidats romands déjà déclarés. Combien sont sur Facebook et Twitter? Qui a le plus d'"amis"? Quel canton est à la traîne? Quels sont les partis les plus connectés?

75% des candidats sont sur Facebook

Nous avons recensé tous les candidats déjà déclarés dans la course aux élections fédérales et avons cherché à savoir s'ils avaient une page Facebook, un compte Twitter et un site personnel.

Il en ressort que sur les 802 candidats déjà déclarés, 601 ont un profil sur Facebook, mais seulement 322 un compte Twitter. Le site personnel est encore plus rare, seuls 174 candidats en ont un.

Nous sommes ensuite allés à la rencontre de quelques candidats correspondant à des profils types: l'ultra-connecté Jean-Christophe Schwaab, l'abonné absent Denis de la Reussille, le Valaisan accro Philippe Nantermod, la Jurassienne récalcitrante Anne Seydoux,... Enfin, notre spécialiste Magali Philip a analysé ces profils.

Notes méthodologiques: ont été comptabilisés les comptes Facebook personnels, et non les pages Facebook, qui sont très rares et peu suivies chez les candidats romands. Nous avons pris en compte les candidats officiellement déclarés jusqu'au 18 août 2015.

L'ultra-connecté vs l'abonné absent

Profil #01: l'ultra-connecté

Jean-Christophe Schwaab (PS/VD)

Le conseiller national PS vaudois Jean-Christophe Schwaab est très actif sur les réseaux sociaux. Il a près de 5000 amis sur Facebook et plus de 7000 followers sur Twitter.
Le conseiller national PS vaudois Jean-Christophe Schwaab est très actif sur les réseaux sociaux. Il a près de 5000 amis sur Facebook et plus de 7000 followers sur Twitter. [ - DR]

Interview de Jean-Christophe Schwaab réalisée sur Twitter.
Interview de Jean-Christophe Schwaab réalisée sur Twitter. [ - ]

.
. [ - ]

Profil #02: l'abonné absent

Denis de la Reussille (POP/NE) 
Denis de la Reussille, maire du Locle et député POP au Grand Conseil neuchâtelois, ne possède ni de compte Facebook, ni de compte Twitter.
Denis de la Reussille, maire du Locle et député POP au Grand Conseil neuchâtelois, ne possède ni de compte Facebook, ni de compte Twitter. [Stefan Meyer - ]

 

Vous n’êtes pas du tout présent sur les réseaux sociaux. Pourquoi ?

Après 30 ans de militantisme à utiliser des moyens traditionnels de campagne, comme la distribution de tracts dans la rue ou les manifestations, ce n’est pas une évidence pour moi de m’inscrire sur des réseaux sociaux.

 

Cela ne présente aucun intérêt pour vous ?

Au contraire. C’est essentiellement pour des raisons d’organisation de temps que je n’ai pas encore franchi le pas. Je pense que c’est un aspect que nous devons améliorer au sein du POP. Pour un petit parti comme le nôtre, avec de modestes moyens, les réseaux sociaux sont aujourd’hui incontournables et offrent un lien direct entre la population et les candidats. Au sein du parti, il est prévu que nous investissions plus ces espaces avant les élections fédérales.

Denis de la Reussille, maire POP du Locle.
Denis de la Reussille, maire POP du Locle. [Sandro Campardo - ]

 

Afin de faire passer ses idées auprès d’un public différent du terrain, de toucher un public peut-être plus jeune ?

Tout à fait. Même si je pense qu’une très large majorité de la population est atteinte par des moyens classiques, ces espaces permettent d’atteindre un nouveau public, qui participe différemment à la vie politique. Nous pouvons heureusement compter sur des militants plus expérimentés sur Facebook et Twitter pour nous initier à ces nouveaux outils.

.
. [ - ]

Les champions de Facebook

Les candidats ayant le plus d'amis sur Facebook.

Notes méthodologiques: les comptes Facebook personnels ne permettent d'avoir que 5000 amis au maximum. Pour dépasser ce chiffre, il faut transformer son compte en une page. Mais peu de candidats l'ont fait. Dans ces cas, nous avons comptabilisé la page, et non le compte. Par ailleurs, les candidats qui n'ont pas rendu public le nombre de leurs amis n'apparaissent pas dans ce classement.

Les champions de Twitter

Les candidats les plus suivis sur Twitter

Le Valais en tête, le Jura à la traîne

Le Valais domine nettement le classement, avec 83% de candidats sur Facebook. Mais les autres cantons ne sont pas loin derrière. Seul le Jura est à la traîne, avec moins de la moitié de ses candidats connectés.

Le Valaisan accro vs la Jurassienne résistante

Profil #03:le Valaisan accro

Philippe Nantermod (PLR/VS)

Le PLR valaisan Philippe Nantermod utilise beaucoup les réseaux sociaux pour son action politique, tout comme la majorité des candidats de son canton.
Le PLR valaisan Philippe Nantermod utilise beaucoup les réseaux sociaux pour son action politique, tout comme la majorité des candidats de son canton. [ - DR]

Interview de Philippe Nantermod réalisée sur Facebook.
Interview de Philippe Nantermod réalisée sur Facebook. [ - ]

.
. [ - ]

Profil #04:la Jurassienne résistante

Anne Seydoux (PDC/JU)

La conseillère aux Etats PDC jurassienne Anne Seydoux n'est ni présente sur Facebook, ni sur Twitter, à l'instar de nombreux candidats jurassiens.
La conseillère aux Etats PDC jurassienne Anne Seydoux n'est ni présente sur Facebook, ni sur Twitter, à l'instar de nombreux candidats jurassiens. [Gaël Klein - ]

 

Moins de la moitié des candidats aux élections fédérales dans votre canton sont sur Facebook. Les Jurassiens boudent-ils les réseaux sociaux ?

Je ne le pense pas. Mais les Jurassiens sont des gens plutôt conviviaux, ils préfèrent se voir pour discuter. Et c’est certainement aussi une question de territoire. Le canton du Jura étant plus petit que des cantons comme le Valais ou Zurich, il est donc plus aisé de rencontrer les électeurs lors de soirées ou au marché par exemple.

Personnellement, vous n’y trouvez pas d’intérêt en tant que femme politique ?

Les réseaux sociaux ne m’ont jamais réellement inspirée. Je n’ai jamais ressenti le besoin de dévoiler ma vie privée ou publique au reste du monde. Et je trouve que ces échanges ont quelque chose d’artificiel.

N’est-ce pas un bon moyen pour mener campagne à moindres frais ?

Entre les commissions, ma vie familiale et sociale, je n’ai pas vraiment de temps à y consacrer. Et je pense qu’il faut aussi être vigilant avec ces outils, notamment face aux risques de piratage.

Pensez-vous franchir le pas un jour ?

Probablement pas ! Le PDC suggère aux candidats de s’inscrire. Mon fils me conseille de m’inscrire. Mais la mère fait de la résistance.

.
. [ - ]

Les partis jeunes cartonnent

Le classement des partis selon la présence de leurs candidats sur Facebook.

 

Sans surprise, ce sont les partis jeunes qui ont le plus de candidats présents sur Facebook, avec des scores très importants. Sur les 55 candidats Jeunes PLR déjà déclarés par exemple, seuls deux n'ont pas de compte sur le réseau social. Exception en revanche avec les Jeunes PBD, qui n'ont que 56% de candidats connectés.

Le Parti socialiste est lui bien représenté, avec 68 candidats sur Facebook sur 81 au total. Les autres grands partis "traditionnels" sont en milieu de classement, avec entre 60 et 70% de candidats connectés. La gauche de la gauche, ainsi que l'UDF et le PEV, ferment la marche.

Note méthodologique: les partis suivants ont été exclus de ce classement car ils présentent moins de six candidats: Indépendants vaudois, Jeunes MCG, CS-Pop, JPEV, POP, PCS, Politique intégrale, dans l'intelligence du coeur, PCSI.

Le détail dans les cantons

Pour chaque canton, les partis qui ont 100% de leurs candidats sur Facebook et en-dessous, les trois partis qui sont le moins connectés.

Des partis intrusifs?

Les directives des partis.
Les directives des partis. [ - ]

Vie privée ou vie publique?

Profil #05: l'intimité dévoilée

Loris Grandjean (Vert'libéraux/FR)

Les comptes Twitter et Facebook du candidat Vert'libéral fribourgeois Loris Grandjean (à droite) sont axés essentiellement sur sa vie privée et son militantisme pour la cause gay.
Les comptes Twitter et Facebook du candidat Vert'libéral fribourgeois Loris Grandjean (à droite) sont axés essentiellement sur sa vie privée et son militantisme pour la cause gay. [ - DR]

Vous utilisez vos comptes Facebook et Twitter essentiellement dans le cadre de votre vie privée. Une volonté claire?

Oui. J’estime que la manière dont je m’exprime sur les réseaux sociaux reflète avant tout un engagement privé. Pour moi, c’est une façon de militer autrement, en affirmant pleinement qui je suis.

Pourquoi n’affichez-vous pas d’emblée que vous êtes candidat aux élections fédérales, avec une photo de profil du parti par exemple?

Je mène cette campagne de manière très "terre à terre", en ayant bien conscience que je ne serai jamais élu. Mais je me suis lancé dans cette aventure avec l’envie de faire passer des messages de tolérance. En militant pour la cause gay ou l'égalité hommes/femmes, mais pas seulement. Je me bats essentiellement contre les discriminations et pour la liberté de choisir qui l'on est. 

Réfléchissez-vous à l’impact politique lorsque vous vous exprimez à titre privé?

Cela fait peu de temps que je suis engagé en politique, mais tout ce que je publie est réfléchi et j’assume les conséquences, bonnes ou mauvaises, qui pourraient en découler. Les Vert’libéraux ne sont pas un parti dogmatique, ils encouragent plutôt la liberté d’expression.

Capture d’écran du tumblr "Young & Wild" de Loris Grandjean.
Capture d’écran du tumblr "Young & Wild" de Loris Grandjean. [ - DR]

Vous avez un Tumblr, où l’on peut notamment voir des photos d’hommes dénudés. Vous assumez donc pleinement en tant que candidat?

Totalement. Le fait d’être candidat ne devrait pas changer qui je suis. J’ai toujours été quelqu’un d’un peu sombre, d’engagé, avec une fibre artistique. Je ne souhaite pas devenir une personne lisse, afin de plaire au plus grand nombre. Je veux juste être moi-même et la politique ne devrait pas changer cela.

.
. [ - ]

Profil #06: la politique avant tout

Jean-Luc Addor (UDC/VS)
Le député UDC au Grand Conseil valaisan Jean-Luc Addor évoque peu sa vie privée sur les réseaux sociaux et se présente clairement comme candidat au National.
Le député UDC au Grand Conseil valaisan Jean-Luc Addor évoque peu sa vie privée sur les réseaux sociaux et se présente clairement comme candidat au National. [ - ]

 

 

Sur les réseaux sociaux, vous mettez surtout en avant votre personnage public. Est-ce une volonté claire ?

Absolument. J’utilise les réseaux sociaux presque exclusivement comme moyen de communication politique. Ma vie privée, elle, reste privée. Je n’ai rien à cacher, mais je n’ai pas l’impression que ma vie personnelle intéresserait le public.

Scène de la vie politique publiée par Jean-Luc Addor sur sa page de campagne.
Scène de la vie politique publiée par Jean-Luc Addor sur sa page de campagne. [ - DR]

Distiller des éléments sur sa vie privée n’est pas selon vous une manière d’ "humaniser" la fonction publique ?

Oui, c’est sûr. Il m’arrive de publier des éléments plus personnels, parce que je comprends que la population ressente le besoin de connaître l’homme derrière la fonction publique. Mais j’essaie d’éviter. Ce sont d’abord les idées qui comptent dans une campagne politique.

Quelles limites vous imposez-vous ?

En tant que personnage public, je peux être exposé, alors je me dois de protéger ma famille, mon entourage. Lors de ma campagne pour le Conseil des Etats il y a 8 ans, j’avais par exemple refusé un reportage où Alain Rebetez, alors journaliste à L’Hebdo, passait la nuit chez les candidats.

Vous êtes donc particulièrement attentif à ce que vous publiez.

Tout à fait. Certains d’entre nous à l'UDC sont observés en permanence. Donc, nous devons faire plus attention que les autres partis. J’ai le sentiment qu'on nous pardonne moins volontiers, lorsqu'on exprime une opinion tranchée.

.
. [ - ]

Le sondage

>> Votez pour votre profil préféré

Quelques profils atypiques

Des chats, des selfies et un jacuzzi... Durant nos recherches, nous avons rencontré quelques profils sortant de l'ordinaire.

>> A découvrir dans notre galerie photos.

Les précédentes "Suisse Battles"

Retrouvez les précédents épisodes de notre série des "Suisse Battles".

Suisse Battle #02: l'affiche de campagne: vendre du rêve ou avoir les pieds dans l'eau?

Suisse Battle #01: en solo ou en groupe, comment réussir sa campagne?

>> A voir également, le dernier épisode du Journal de campagne d'Alain Rebetez:

Le journal de campagne: Alain Rebetez visite les coulisses de la campagne des socialistes
19h30 - Publié le 31 août 2015

Et notre dossier complet sur les élections fédérales.

Crédits

Journalistes: Cécile Rais, Mélanie Ohayon, Frédéric Boillat, Victorien Kissling.

Conception: Frédéric Boillat et Cécile Rais

Réalisation: Cécile Rais

RTSinfo - 2015