Modifié le 16 octobre 2015 à 09:08

Le Jura bernois aura-t-il un élu sous la Coupole fédérale?

La composition actuelle de la députation bernoise au Parlement fédéral.
La composition actuelle de la députation bernoise au Parlement fédéral. [ - ]
Dans le canton de Berne, la minorité francophone pourrait être privée de siège au National après les élections fédérales de cet automne, avec une candidature de l'UDC Manfred Bühler qui paraît mal partie. La lutte s'annonce aussi disputée pour les deux places aux Etats.

IL Y A QUATRE ANS

En 2011, le canton de Berne avait connu une petite secousse politique avec la non-réélection de l'UDC Adrian Amstutz au Conseil des Etats, évincé par le PS Hans Stöckli. Cette victoire du maire de Bienne avait permis aux socialistes de reconquérir leur siège perdu quelques mois plus tôt lors d'une élection complémentaire organisée suite à l'élection de Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral. L'autre sénateur sortant, Werner Luginbühl - un ancien UDC passé au PBD -, avait de son côté été aisément réélu.

L'élection au Conseil national avait été marquée par le très bon score des deux derniers partis créés au niveau fédéral: le PBD et les Vert'libéraux. Pour ses premières élections fédérales, la formation créée suite à l'éviction d'Eveline Widmer-Schlumpf de l'UDC était devenue la troisième force du canton avec près de 15% des voix. Le Parti vert'libéral avait lui réussi à engranger plus de 5% des suffrages. Tous les autres grands partis - UDC, PLR et Verts en tête - avaient perdu des plumes.

_____________________________________________________________________________________

LA PARTICULARITÉ DU CANTON

Démographie cantonale oblige, la nouvelle répartition cantonale des 200 sièges de la Chambre du peuple fait perdre un fauteuil à la députation bernoise, qui passera de 26 à 25 membres lors de la prochaine législature.

Vu de Suisse romande, la représentation de la minorité francophone du canton de Berne sera l'enjeu majeur de ces élections fédérales. Il y a quatre ans, la région avait en effet perdu son unique député au Conseil national suite à la non-réélection de l'UDC Jean-Pierre Graber.

L'absence d'un élu du Jura bernois sous la Coupole était une première depuis 1848. Une situation réparée momentanément depuis janvier dernier, Jean-Pierre Graber ayant repris le siège laissé vacant par son collègue de parti Hansruedi Wandfluh, démissionnaire. Mais l'élu de La Neuveville ne se représente pas en octobre.

_____________________________________________________________________________________

CONSEIL NATIONAL, LES ENJEUX

Le Jura bernois aura-t-il un député au Parlement fédéral? Cette question dépend en partie du score de l'UDC, premier parti du canton avec 8 conseillers nationaux et 29% des voix. Il y a quatre ans, la perte de deux sièges - assortie à l'échec d'Adrian Amstutz aux Etats - avait en effet coûté son siège à Jean-Pierre Graber.

Cette année, c'est Manfred Bühler qui tentera de reconquérir le fauteuil francophone. Pour ce faire, le maire de Cortébert et député au Grand Conseil figure en tête de la liste UDC. Le parti a toutefois refusé de doubler son nom, malgré une demande en ce sens de la section du Jura bernois, ce qui réduit très fortement ses chances d'être élu, selon les observateurs. Candidate de La Neuveville, la fille du sortant Jean-Pierre Graber Anne-Caroline Graber est aussi en lice.

>> Lire: Pas de cumul sur les listes pour l'UDC du Jura bernois aux élections fédérales

Les candidats francophones des autres partis ont encore moins de chances de figurer parmi les 25 élus même si le PS présente une liste romande.

Le score du PBD sera aussi scruté de près. En 2011, le Parti bourgeois-démocratique avait réussi à engranger 14,9% des suffrages et 4 sièges. Le canton de Berne était ainsi devenu, avec les Grisons, la place forte du parti d'Eveline Widmer-Schlumpf. La formation réussira-t-elle à réitérer l'exploit, sans leur locomotive électorale Ursula Haller Vannini? De même, les Vert'libéraux, autres grands gagnants des dernières fédérales avec 5,3% des voix, auront fort à faire pour maintenir leurs deux sièges sous la Coupole.

Du côté du PS, des Verts et surtout du PLR, il s'agira de remonter la pente quatre ans après un scrutin fédéral marqué par un recul de leurs résultats. L'objectif principal des socialistes bernois est de maintenir leurs 6 fauteuils au Conseil national ainsi que leur place de deuxième parti cantonal. Pour rappel, en 2011, le PS pointait pas moins de 10 points derrière la première force du canton, l'UDC. 

Les Verts, en difficulté au niveau fédéral selon les derniers sondages, auront fort à faire pour conserver 3 élus, eux qui avaient réussi à maintenir leur députation il y a quatre ans malgré des résultats décevants. Ainsi, le passage de 26 à 25 sièges pour l'ensemble du canton risque de leur compliquer la tâche. A l'opposé, le PLR va partir à la reconquête de son électorat perdu. Il y a quatre ans, les libéraux-radicaux avaient perdu près de la moitié de leurs suffrages.

>> Lire aussi: A Berne, 567 candidats pour les 25 sièges du canton au Conseil national

>> Lire aussi: Cinq apparentements de listes dans le canton de Berne en vue des fédérales

_____________________________________________________________________________________

CONSEIL DES ÉTATS, LES ENJEUX

La course au Conseil des Etats s'annonce très disputée. Les deux sortants - le PBD Werner Luginbühl et le PS Hans Stöckli - comptent bien conserver leur fauteuil respectif. Dans ce but, la gauche va partir unie, l'ex-maire de Bienne faisant ticket commun avec la Verte Christine Häsler, députée au Grand Conseil.

La droite part, elle, en ordre dispersé. Avec la candidature du conseiller national Albert Rösti, l'UDC tentera de récupérer le siège perdu il y a quatre ans. De leur côté, les libéraux-radicaux misent sur la secrétaire générale des femmes PLR Claudine Esseiva. Les Vert'libéraux lancent quant à eux le conseiller national Jürg Grossen.

>> Lire aussi: Onze candidats bernois sont en course pour le Conseil des Etats

>> Lire aussi: Les deux sénateurs sortants se représenteront dans le canton de Berne

_____________________________________________________________________________________

LA PERSONNALITÉ À SUIVRE

Avocat, membre du Conseil du Jura bernois, député au Grand Conseil, maire de Cortébert et aujourd'hui candidat au Conseil national, Manfred Bühler semble infatigable. Sa candidature est a priori la seule chance pour le Jura bernois de décrocher un siège au niveau fédéral et focalisera ainsi l'attention des Bernois francophones.

Agé de 36 ans, Manfred Bühler espère pouvoir compter sur sa notoriété acquise dans la course à l'exécutif cantonal l'an dernier. L'UDC n'avait pas été élu, malgré un nombre de voix total supérieur au socialiste Philippe Perrenoud, en raison d'un complexe calcul donnant plus de poids aux suffrages exprimés dans le Jura bernois.

Didier Kottelat

Publié le 27 avril 2015 à 16:26 - Modifié le 16 octobre 2015 à 09:08

Le résultat de 2011 au Conseil des Etats

1. LUGINBÜHL Werner PBD 216'685 Elu
2. STÖCKLI Hans PS 166'990 Elu
3. AMSTUTZ Adrian UDC 145'787
4. ROTHENFLUH Josef Sans parti 24'707

Le résultat de 2011 au Conseil national

1. AMSTUTZ Adrian UDC 126'231 Elu
2. AEBI Andreas UDC 111'771 Elu
3. VON SIEBENTHAL Erich UDC 109'255 Elu
4. JODER Rolf UDC 108'663 Elu
5. HALLER VANNINI Ursula PBD 108'198 Elu
6. WANDFLUH Hansruedi UDC 107'472 Elu
7. GEISSBÜHLER Andrea UDC 104'695 Elu
8. GRUNDER Hans PBD 104'038 Elu
9. RÖSTI Albert UDC 99'083 Elu
10. WYSS Ursula PS 94'854 Elu
11. PIEREN Nadja UDC 92'423 Elu
12. ALLEMANN Evi PS 85'988 Elu
13. WASSERFALLEN Christian PLR 77'452 Elu
14. TEUSCHER Franziska Verts 70'424 Elu
15. VON GRAFFENRIED Alec Verts 68'346 Elu
16. MARKWALDER Christa PLR 67'701 Elu
17. GASCHE Urs PBD 66'471 Elu
18. KIENER NELLEN Margret PS 55'825 Elu
19. PARDINI Corrado PS 48'882 Elu
20. HESS Lorenz PBD 48'802 Elu
21. AEBISCHER Matthias PS 46'142 Elu
22. TSCHÄPPÄT Alexander PS 43'238 Elu
23. RYTZ Regula Verts 39'112 Elu
24. BERTSCHY Kathrin Vlib 29'995 Elu
25. STREIFF-FELLER Marianne PEV 27'076 Elu
26. GROSSEN Jürg Vlib 26'967 Elu