Modifié le 16 octobre 2015 à 14:20

Un grand coup de sac dans la représentation zurichoise à Berne

Les enjeux des élections fédérales dans les autres cantons.
Les enjeux des élections fédérales dans les autres cantons. [ - ]
Outre-Sarine, les yeux se porteront en premier lieu sur les élus zurichois lors des élections fédérales. Avec le départ de plusieurs "dinosaures", le scrutin s'annonce ouvert. Le point sur les enjeux en Suisse alémanique.

Zurich: le grand renouvellement

Felix Gutzwiller, Toni Bortoluzzi, Andreas Gross ou Jacqueline Fehr, plusieurs élus vont quitter la Coupole en octobre après plusieurs législatures, permettant un véritable renouveau de la députation du canton.

Au Conseil des Etats, les deux sortants ne se représentent pas, à savoir le PLR Felix Gutzwiller et la Vert'libérale Verena Diener. Pour leur succéder, le PLR mise sur l'ex-vice-président du parti national Ruedi Noser, qui part favori, alors que les Vert'libéraux proposent le président du parti Martin Bäumle.

Le député UDC au Grand Conseil Hans-Ueli Vogt, le conseiller national socialiste Daniel Jositsch, la conseillère national PDC Barbara Schmid-Federer, le conseiller national écologiste Bastien Girod et la conseillère nationale évangélique Maja Ingold tenteront de s'emparer d'un des fauteuils. La tenue d'un second tour est donc quasiment certaine.

>> Lire aussi: La Vert'libérale zurichoise Verena Diener ne se représente pas aux Etats

A National, la socialiste Jacqueline Fehr va quitter Berne après avoir été élue au gouvernement zurichois. Les UDC Toni Bortoluzzi et Max Binder ont aussi choisi de tirer leur révérence, contrairement à Hans Fehr, qui brigue un nouveau mandat. La sortante Natalie Rickli et Roger Köppel, patron de l'hebdomadaire "Weltwoche", se présentent aussi et le parti devrait logiquement se maintenir autour des 11 sièges.

Grand vainqueur des élections cantonales d'avril, le PLR devrait aussi confirmer son retour et pourrait remporter le siège supplémentaire attribué au canton au National pour des raisons démographiques.

A noter aussi que Tim Guldimann, actuel ambassadeur suisse en Allemagne après une carrière diplomatique qui l'a fait passer par l'Iran et l'Ukraine, pourrait devenir le premier représentant des Suisses de l'étranger à être élu au Parlement. Il se présente sur la liste du PS pour le National.

Actuellement, Zurich envoie 11 UDC, 7 PS, 4 Vert'libéraux, 4 PLR, 3 Verts, 2 PDC, 2 PBD et un PEV à la Chambre du peuple.

>> Lire aussi: L'UDC Toni Bortoluzzi va quitter le National, Hans Fehr se représente

_______________________________________________________________________________

Tessin: une lutte PLR-Lega en vue

Au Conseil national, le canton a été représenté au cours de la législature 2011-2015 par une socialiste, deux PLR, deux membres de la Lega, un UDC et deux PDC. Le PLR et la Lega ambitionnent d'obtenir un troisième siège.

Le PS mise en premier lieu sur la titulaire Marina Carrobio, alors que le PLR présente comme têtes de liste Giovanni Merlini et Ignazio Cassis, mais aussi le président cantonal Rocco Cattaneo. L’UDC et la Lega ont présenté une liste commune pour conserver leurs trois sièges au National voire en gagner un supplémentaire (avec les trois sortants de la Lega Roberta Pantani et Lorenzo Quadri et de l'UDC Pierre Rusconi) et tenter de placer un représentant aux Etats.

A la Chambre des cantons, il ne devrait pas y avoir de grosse surprise avec les deux sortants qui partent grands favoris, à savoir l'entrepreneur PDC Philippo Lombardi, qui brigue un cinquième mandat d'affilée, et le PLR Fabio Abate. Côté socialiste, c'est le médecin urgentiste de la Rega, chef de clinique à l’hôpital cantonal de Lugano et ancien député au Grand conseil, Roberto Malacrida, qui a été désigné. Le Vert Sergio Savoia, lui, brigue également un fauteuil, mais les deux partis n'ont pas réussi à s'entendre pour s'apparenter. La Lega et l'UDC misent eux sur Battista Ghiggia (Lega).

>> Lire aussi: Marée de candidats aux élections fédérales pour le Tessin

_______________________________________________________________________________

Argovie: le président du PLR sur deux fronts

Le président du PLR suisse et conseiller national Philipp Müller est à la fois candidat au National et aux Etats. A part lui, six candidats birguent le fauteuil laissé vacant par Christine Egerszegi (PLR) à la Chambre des cantons: les conseillers nationaux Ruth Humbel (PDC), Hansjörg Knecht (UDC), Beat Flach (Vert'libéraux) et Bernhard Guhl (PBD) ainsi que les députées au Grand Conseil Lilian Studer (PEV) et Irène Kälin (Verts).

Dernière candidate en lice, la sénatrice sortante Pascale Bruderer (PS) devrait elle défendre son fauteuil dès le premier tour, grâce à une popularité qui va au-delà de son parti.

>> Lire aussi: Le président du PLR Philipp Müller candidat au National et aux Etats

>> Lire aussi: Le président du PLR "regrette sincèrement" son accident de la route

Au National, tous les partis convoitent le siège supplémentaire, le 16e, attribué au canton. De loin la première force politique du canton, l'UDC se montre confiante pour défendre ses six mandats, dont ceux de Luzi Stamm et Ulrich Giezendanner.

Secoué dans l'affaire de selfies nus, Geri Müller (Verts/AG) ne va pas se représenter et le parti envoie Irène Kälin. La gauche devrait toutefois souffrir de l'apparentement général de la droite PDC-PLR-UDC.

>> Lire aussi: Trois grands apparentements formés en Argovie en vue des fédérales

_______________________________________________________________________________

Saint-Gall: embarras du choix aux Etats

Le scrutin s'annonce très serré pour le Conseil des Etats avec six candidature annoncées face aux deux sortants Karin Keller Sutter (PLR) et Paul Rechsteiner (PS), qui se représentent. Il s'agit de Thomas Ammann (PDC), Thomas Müller (UDC), Yvonne Gilli (Verts), Margrit Kessler (Vlib), Richard Ammann (PBD) et Hans Oppliger (PEV).

Au National, où St-Gall dispose de 12 représentants, les yeux sont rivés sur la Vert'libérale Margrit Kessler. Son élection il y a quatre ans, au détriment de l'UDC, avait fait sensation dans le canton. Son maintient n'est toutefois pas assuré. De son côté, l'UDC ne devrait pas avoir de mal à défendre ses quatre sièges, avec le président du parti suisse Toni Brunner comme tête de liste.

Le PDC doit lui se passer de sa locomotive Lucrezia Meier-Schatz, qui se retire, alors que les deux sortants socialistes et la sortante des Verts Yvonne Gilli se représentent sur des listes apparentées.

_______________________________________________________________________________

Grisons: la fille de Blocher en lice

Magdalena Martullo-Blocher, directrice d'EMS-Chemie et fille de Christoph Blocher, et le sortant Heinz Brand mèneront les listes des candidats au National pour l'UDC grisonne pour tenter de gagner un 2e siège. Mais si la première bénéfice de l'aura de son nom, elle a le désavantage d'être domiciliée dans le canton de Zurich et d'avoir déclaré qu'elle y resterait même si elle était élue.

Face à eux, Martin Candinas (PDC), Josias Gasser (Vert'libéraux) et Silva Semadeni (PS) se représentent, alors que le PBD, fief d'Eveline Widmer-Schlumpf, devra se battre pour conserver son fauteuil avec le départ de son sortant Hansjörg Gassler. Il mise pour cela sur Duri Campbell, peu connu hors des Grisons. Le PLR espère lui reconquérir le siège perdu en 2011 avec Peter Michel, ancien maire de Davos.

Sauf imprévu, l'élection au Conseil des Etats est elle jouée. Les deux sortants Martin Schmid (PLR) et Stefan Engler (PDC) devraient être réélus.

>> Lire aussi:  Vert'libéraux et socialistes s'allient sans enthousiasme dans les Grisons

_______________________________________________________________________________

Lucerne: le siège de sénateur PLR en danger

Si le sénateur PDC Konrad Graber semble assuré de conserver son siège, la lutte pour la succession de son collègue PLR Georges Theiler est très ouverte. Le PS, qui a perdu en mai son siège au gouvernement cantonal, espère conquérir un siège avec sa conseillère nationale Prisca Birrer-Heimo, présidente de la fondation alémanique pour la défense des consommateurs. La conseillère nationale UDC Yvette Estermann, bien connue à Berne, est aussi en course. Le jeune PLR Damian Müller, 30 ans, aura donc fort à faire avec ces deux candidats de renom.

Au Conseil national, les deux sièges écologistes, un Vert et un Vert'libéral, sont menacés, suite à la défaite des deux partis au élections cantonales. Il y a quatre ans, l'UDC avait cédé un siège au PVL. Ce mandat pourrait bien faire le voyage inverse ou être attribué au PLR. A la Chambre du peuple, la répartition actuelle des dix sièges lucernois est la suivante: 3 PDC, 2 UDC, 2 PLR, 1 PS, 1 Vert, 1 PVL.

>> Lire aussi: Le siège PLR aux Etats est en grand danger à Lucerne

_______________________________________________________________________________

Bâle-Ville: vers un 4e mandat pour Anita Fetz

Aux Etats, la socialiste Anita Fetz est presque certaine d'être réélue une 4e fois et de conserver l'unique siège du canton, en mains du PS depuis 1967, au vu de l'incapacité de la droite de faire alliance.

Au National, où la représentation se compose de 2 PS, 1 UDC, 1 PDC et 1 radical, le libéral Christoph Eymann entend bouleverser la donne après avoir déjà siégé à Berne de 1991 à 2001. Faute d'alliance, l'UDC part seul au combat pour défendre le siège du sortant Sebastian Frehner.

Le PDC, les Vert'libéraux, les Evangéliques et le PBD ont renouvelé leur alliance de 2011 qui avait permis de faire élire il y a quatre ans Markus Lehmann (PDC) et d'éjecter les Verts. Le camp rose-vert a l'intention de reprendre ce siège avec la jeune Mirjam Ballmer (Verts) et les deux sortants socialistes Silvia Schenker et Beat Jans.

>> Lire aussi A Bâle-Ville, plus de 120 candidats se disputent cinq sièges au National

_______________________________________________________________________________

Bâle-Campagne: dissensions écologistes

Après sa victoire lors des élections cantonales en février, la droite veut confirmer. Le PLR, avec le soutien de l'UDC, va tenter de ravir le seul fauteuil au Conseil des Etats, celui du socialiste Claude Janiak, qui se représente. Même s'il est favori, le sortant aura la tâche plus difficile face au député PLR Christoph Buser, député qui dirige la Chambre de commerce et qui est soutenu par l'UDC.

Christoph Buser figure aussi sur la liste PLR pour le Conseil National pour viser un 2e siège, celui de la Verte Maya Graf, car son parti est rongé par des querelles internes et a essuyé un revers lors des dernières cantonales. Les Verts comptent sur un apparentement avec les socialistes afin de sauver leur siège.

Le PS ne devrait pas avoir de mal à défendre ses deux sièges. Idem pour l'UDC qui a le vent en poupe depuis les cantonales. Même avec une vacance, ses deux mandats ne sont pas en danger. Le PDC devrait aussi garder son fauteuil.

>> Lire aussi: Dissensions et dissidence au sein des écologistes à Bâle-Campagne

_______________________________________________________________________________

Soleure: la perte d'un siège qui inquiète

Les sept conseillers nationaux soleurois sortants se représentent, mais au moins l'un d'eux est sûr de ne pas voir son mandat renouvelé, car le canton a perdu un siège pour la prochaine législature.

Avec ses 24 ans sous la Coupole, l'UDC Roland Borer est le plus ancien des conseillers nationaux. Son collègue Walter Wobmann est lui connu comme le père de l'initiative anti-minarets. Ils devraient sauf surprise être reconduits.

Le PLR Kurt Fluri, maire de Soleure et le PDC Stefan Müller-Altermatt semblent aussi bien partis. L'autre PDC Urs Schäfli et les socialistes Philipp Hadorn et Bea Heim, très discrets, paraissent plus menacés. Et les apparentements pourraient jouer un grand rôle.

Les deux sénateurs sortants se représentent eux aussi. Pirmin Bischof (PDC) et Roberto Zanetti (PS) auront du pain sur la planche pour défendre leurs fauteuils, face notamment à la PLR Marianne Meister et à l'UDC Walter Wobmann.

>> Lire aussi: Record de candidats pour les fédérales dans le canton de Soleure

_______________________________________________________________________________

Schaffhouse: Thomas Minder se représente

Il y a quatre ans, après des décennies de présence, le PLR avait vu son siège aux Etats ravi par le sans parti Thomas Minder, le père de l'initiative contre les salaires abusifs approuvée en 2013. Celui-ci se représente face à un PLR qui espère reconquérir son siège avec le ministre Reto Dubath.

Peu contesté, l'autre conseiller aux Etats sortant, l'UDC Hannes Germann, est presque assuré d'être réélu au premier tour. Les chances du député socilaliste Walter Vogelsanger sont en revanche minces.

Au Conseil national, Thomas Hurter (UDC) et Martina Munz (PS) ont toutes les chances d'être réélus.

_______________________________________________________________________________

Thurgovie: le PLR pour réparer son erreur

En 2011, faute d'apparentement, le PLR avait perdu son siège au National au profit des Vert'libéraux, qui étaient apparentés au PBD, au PEV et à l'UDF. Pas question de refaire la même erreur cette année et le PLR s'est apparenté avec le PDC, le PBD et le PEV pour soutenir son poulain Kaspar Schläpfer, conseiller d'Etat de longue date.

Première force du canton avec trois des six sièges à la Chambre du peuple, l'UDC devra cette fois faire campagne sans sa locomotive Peter Spuhler, qui s'est retiré de la politique pour se consacrer à son entreprise Stadler Rail. Elle pourra toutefois compter sur l'agriculteur Hansjörg Walter, ancien candidat au Conseil fédéral.

Le PDC, représenté par Christian Lohr, devrait défendre son siège sans problème grâce aux apparentements. Il en va de même pour le PS qui a apparenté sa liste avec celle des Verts.

La course au Conseil des Etats s'annonce sans surprise. Les deux sortants, Roland Eberle (UDC) et Brigitte Häberli (PDC) devraient être réélus. Ils n'ont qu'un adversaire: le Vert'libéral Klemenz Somm.

_______________________________________________________________________________

Appenzell Rhodes-Extérieures: qui pour battre le PLR?

Appenzell Rhodes-Extérieures dispose d'un siège au National et d'un siège aux Etats et ils sont les deux occupés par le PLR. Aux Etats, Hans Altherr a annoncé son départ et son collègue Andrea Caroni, actuellement au National, brigue sa place.

Markus Bänziger vise lui la Chambre basse et part favori face à l'UDC David Zuberbühler et au PS Jens Weber.

>> Lire aussi: Le PLR appenzellois affine sa stratégie pour garder son monopole à Berne

_______________________________________________________________________________

Appenzell Rhodes-Intérieures: sénateur déjà élu

Le conseiller aux Etats PDC Ivo Bischofberger est le premier à avoir été reconduit pour une législature. Dans le demi-canton, c'est en effet la Landsgemeinde qui choisit son sénateur.

>> Lire aussi: L'Appenzellois Ivo Bischofberger réélu aux Etats par la Landsgemeinde

Dans son solide fief, le PDC ne devrait pas avoir de mal à conserver l'unique siège à la Chambre du peuple. Le sortant Daniel Fässler, également ministre cantonal de l'économie, se représente. La gauche lance Martin Pfister face à lui.

_______________________________________________________________________________

Glaris: le président du PBD en danger

Sans rivaux, les deux conseillers aux Etats sortants devraient repartir pour un tour. Il s'agit de l'UDC Werner Hösli, qui a remplacé le défunt This Jenny l'an passé. Il pourrait toutefois perdre des voix après avoir été condamné dans l'affaire de la débâcle de la banque cantonale. Egalement entré à la Chambre des cantons en cours de législature, suite au décès de Pankraz Freitag, le libéral-radical Thomas Hefti devrait lui aussi être réélu sans problème.

Promis un temps à une élection tacite, le président du PBD Martin Landolt pourrait perdre l'unique siège de Glaris au National. Un candidat socialiste, Jacques Marti, le fils de l'ancien Monsieur Prix et ancien conseiller national Werner Marti, le menace et il pourrait bénéficier du soutien de l'UDC, qui entend affaiblir le PBD et donc Eveline Widmer-Schlumpf.

>> Lire aussi Le président du PBD pourrait perdre son siège glaronais au National

_______________________________________________________________________________

Schwyz: une femme ambitieuse

Après avoir perdu son siège au Conseil des Etats il y a quatre ans en faveur d'un second UDC, le PDC schwyzois veut le récupérer en présentant deux candidats. Pour affronter les deux sortants Alex Kuprecht et Peter Föhn, les démocrates-chrétiens ont lancé l'avocat et député au Grand Conseil Bruno Beeler et Marco Casanova, le fils de l'ancien vice-chancelier de la Confédération Achille Casanova.

Une entrepreneuse entend devenir la première femme à représenter le canton aux Etats: Nathalie Henseler, conseillère en communication sans parti. La Jeunesse socialiste a lancé son président Elias Studer, soutenu par le PS.

Au National, les quatre parlementaires sortants se représentent et devraient être réélus: Primin Schwander (UDC), Alois Gmür (PDC), Petra Gössi (PLR) et Andy Tschümperlin (PS).

_______________________________________________________________________________

Zoug: monopole de droite

Aucune surprise n'est attendue dans l'élection au Conseil des Etats avec la réélection en vue du PLR Joachim Eder et l'élection probable du ministre PDC Peter Hegglin à la place de son collègue Peter Bieri. Face à eux se lancent l'UDC Manuel Brandenburg et la PS Barbara Gysel (PS).

Au National, les trois sortants, Bruno Pezzatti (PLR), Thomas Aeschi (UDC) et Gerhard Pfister (PDC), se représentent. La gauche veut récupérer le siège perdu en 2011 avec un apparentement général face à une alliance PLR-PDC et l'UDC qui fait cavalier seul.

_______________________________________________________________________________

Uri: le PLR mise tout sur les Etats

Pendant une centaine d'années, le PLR et le PDC s'étaient mis d'accord: au PDC les deux fauteuils de sénateurs, au PLR celui au National. L'élection aux Etats du Vert'libéral Markus Stalder en 2011 a changé la donne. Son retrait après une législature offre une opportunité au PLR qui présente le ministre Josef Dittli. Le second siège à la Chambre des cantons restera sans doute en mains démocrates-chrétiennes grâce au sortant Isidor Baumann.

Le PLR a lui d'ores et déjà décidé d'abandonner l'unique siège que le canton détient au Conseil national, suite à l'annonce du retrait de l'ancienne cheffe du groupe parlementaire Gabi Huber. Frieda Steffen (PDC) et Beat Arnold (UDC) sont dans la course.

_______________________________________________________________________________

Obwald: le PDC pour revenir à Berne

La succession du sénateur PLR Hans Hess constitue le principal enjeu avec son collègue André Windlin en favori. Principale force politique du canton, le PDC vise un retour à Berne avec un novice en politique, l'expert fiscal Erich Ettlin.

Au National, les chances de réélection du chrétien-social Karl Vogler sont bonnes.

_______________________________________________________________________________

Nidwald: le siège PDC menacé

Au National, le journaliste de la Weltwoche Peter Keller (UDC) devrait être réélu, alors qu'aux Etats, le PLR pourrait bien ravir le fauteuil détenu jusque-là par Paul Niederberger (PDC) qui se retire. Le ministre libéral-radical Hans Wicki sera opposé à la députée PDC Therese Rotzer-Mathyer.

Frédéric Boillat avec ats

Publié le 27 avril 2015 à 10:10 - Modifié le 16 octobre 2015 à 14:20