Modifié le 14 octobre 2015 à 14:22

Les partis sous pression pour cause de députation rétrécie à Neuchâtel

La composition actuelle de la députation neuchâteloise au Parlement fédéral.
La composition actuelle de la députation neuchâteloise au Parlement fédéral. [ - ]
A Neuchâtel, les élections fédérales sont marquées par la perte d'un siège au National, puisque la population résidente a baissé. Reste à savoir quel parti fera les frais du passage de 5 à 4 élus.

IL Y A QUATRE ANS

Le scrutin fédéral de 2011 n'avait  pas permis à la gauche de récupérer le troisième siège perdu en 2007. Les PLR Laurent Favre et Alain Ribaux, l'UDC Yvan Perrin, le socialiste Jacques-André Maire et la Verte Francine John-Calame avaient été élus.

Quatre ans plus tard, seuls Francine John-Calame et Jacques-André Maire siègent toujours à Berne. A droite, Yvan Perrin a été remplacé en cours de législature par Raymond Clottu, Alain Ribaux et Laurent Favre par Sylvie Perrinjaquet et Pierre-André Monnard.

Aux Etats, radicaux et socialistes conservaient leurs sièges. Le PLR Raphaël Comte et le PS Didier Berberat remplaçaient Didier Burkhalter et Gisèle Ory.

_______________________________________________________________________________________________________

LES PARTICULARITÉS CANTONALES

En raison d’une démographie anémique, le canton perd donc un de ses sièges fédéraux et passe de 5 à 4. Il n'est d'ailleurs pas le seul dans ce cas, puisque Berne passe de 26 à 25 députés et Soleure de 7 à 6.

Mais c'est au niveau des élus au National eux-mêmes que Neuchâtel se distingue: le seul "survivant" du scrutin de 2011 à se relancer dans la course est le socialiste Jacques-André Maire. Les autres sont arrivés en cours de législature ou alors renoncent à briguer un siège en octobre prochain.

La députation neuchâteloise est donc loin d'être la plus stable du pays.

_______________________________________________________________________________________________________

CONSEIL NATIONAL, LES ENJEUX

Eviter d'être le parti qui "perd le siège perdu" est évidemment le défi numéro pour les formations représentées à Berne. Quinze  listes, regroupant 54 candidats, ont été déposées.

La gauche espère conserver ses deux élus. Si Jacques-André Maire fait figure de solide locomotive socialiste, avec à ses côtés Baptiste Hurni, Florence Nater et Laura Perret Ducommun, la situation des Verts est plus compliquée avec le départ de Francine John-Calame. Pour tenter de garder son siège, le parti aligne Fabien Fivaz, Nicole Baur, Céline Vara et Patrick Herrmann.

A droite, le PLR lance Marlène Lanthemann, Nicolas Ruedin, Philippe Bauer et Andreas Jurt, tous nouveaux, pour remplacer Sylvie Perrinjaquet et Pierre-André Monnard, qui quittent Berne. Mais le risque de perte de l'un des deux fauteuils est renforcé par la problématique du fameux "siège en moins".

Le PLR a par ailleurs renoncé à s'allier avec l'UDC, pour qui le scrutin promet d'être également compliqué: ses candidats, le sortant Raymond Clottu et le conseiller communal chaux-de-fonnier et député Jean-Charles Legrix, ne jouissent certainement pas de l'aura d'Yvan Perrin en son temps. Marc Arlettaz et Blaise Courvoisier figurent sur la liste.

A noter aussi la candidature de dernière minute de l'avocat Freddy Rumo, ancien président de l'Association suisse de football, sous la bannière du PDC. Autre nom connu dans le canton, l'ancien conseiller d'Etat Frédéric Hainard se présente pour sa part sous la bannière du Nouveau Parti libéral. Les Vert'libéraux misent eux sur l'ancien libéral Antoine Grandjean.

Enfin, le populaire maire du Locle Denis de la Reussille (POP) pourrait aussi troubler les cartes de ce vote, notamment pour la succession de Francine John-Calame.

>> Lire aussi Plus de 50 candidats pour les quatre sièges neuchâtelois au Conseil national

_______________________________________________________________________________________________________

CONSEIL DES ÉTATS, LES ENJEUX

Moins de suspense en revanche en ce qui concerne le Conseil des Etats (18 candidats sur 11 listes). Avec une élection désormais proportionnelle, on s'achemine vers le statu quo: Raphaël Comte (PLR) et Didier Berberat (PS) devraient retrouver leurs fauteuils bernois sans problème cet automne.

Le socialiste figure sur un ticket avec Martine Docourt alors que le libéral-radical fait équipe avec Andréas Jurt

Un total de 18 candidats répartis sur 11 listes sont en course. Le popiste Denis de la Reussille brigue également un fauteuil de sénateur, tout comme le ticket UDC formé de Raymond Clottu et Blaise Courvoisier. Les Verts lancent pour leur part Fabien Fivaz et Nicole Baur.

L'ancien président de l'Association suisse de football Freddy Rumo est aussi en lice pour le PDC avec Vincent Martinez.

>> Lire aussi Dix-huit candidats neuchâtelois sur onze listes pour le Conseil des Etats

_______________________________________________________________________________________________________

LES PERSONNALITÉS À SUIVRE

On observera avec curiosité la performance de l'UDC Jean-Charles Legrix, le phénix de ce scrutin. Car il était donné pour politiquement mort après la fameuse "affaire Legrix" qui avait secoué la Ville de La Chaux-de-Fonds en 2013.

Le conseiller communal, accusé de mobbing et de harcèlement moral et sexuel, s'était vu retirer son dicastère par ses collègues, avant d'être finalement absous par une contre-enquête menée par un ancien juge fédéral. Il avait ensuite été pleinement réintégré au sein de l'exécutif. Il est difficile d'estimer comment le corps électoral a "digéré" ce feuilleton à rebondissement.

Le populaire maire du Locle Denis de la Reussille sera également très suivi cet automne. En 2011, le popiste avait obtenu 3200 voix de plus que la Verte Francine John-Calame pour le Conseil national. Et c'est seulement le pourcentage obtenu par les deux formations au système proportionnel qui avait valu à la candidate écologiste de prolonger son mandat à Berne.

Avec le départ de Francine John-Calame, Denis de la Reussille pourrait donc tirer son épingle du jeu, voire retrouver le siège perdu en 2011 par le dernier représentant d'un parti ouvrier, Josef Zisyadis dans le canton de Vaud.

Pierre-Yves Maspoli  

Publié le 29 avril 2015 à 11:26 - Modifié le 14 octobre 2015 à 14:22

Le résultat de 2011 au Conseil des Etats

1. BERBERAT Didier PS 17'648 Elu
2. COMTE Raphaël PLR 13'004 Elu
3. NATER Florence PS 10'531
4. CASTELLA Pierre PLR 10'333
5. COURVOISIER Blaise UDC 9475
6. WILLENER Walter UDC 8914
7. DE LA REUSSILLE Denis POP 8598
8. JOHN-CALAME Francine Les Verts 5378
9. FIVAZ Fabien Les Verts 4527
10. HELLE Pascal POP 3567
11. MARTINEZ Vincent PDC 1933
12. STORRER Pierre-Alain PBD 1357

Le résultat de 2011 au Conseil national

1. FAVRE Laurent PLR 13'498 Réélu - Remplacé par Pierre-André Monnard
2. PERRIN Yvan UDC 13'383 Réélu - Remplacé par Raymond Clottu
3. RIBAUX Alain PLR 11'564 Elu - Remplacé par Sylvie Perrinjaquet
4. PERRINJAQUET Sylvie PLR 10'873
5. MAIRE Jacques-André PS 10'324 Réélu
6. DE LA REUSSILLE Denis POP 10'297
7. CLOTTU Raymond UDC 8613
8. HALDIMANN Daniel UDC 8277
9. HESS Michel UDC 8185
10. MONNARD Pierre-André PLR 8105
11. WENGER Jean-Jacques PLR 8014
12. ROSSELET-CHRIST Niels Jeunes UDC 7697
13. JOHN-CALAME Francine Les Verts 7020 Réélue
14. NATER Florence PS 6606
15. HURNI Baptiste PS 5631