Modifié

La révision de la loi sur l'asile plébiscitée à près de 80%

Les Suisses ont suivi le Conseil fédéral en acceptant la réforme de la loi sur l'asile. [Keystone]
Les Suisses ont suivi le Conseil fédéral en acceptant la réforme de la loi sur l'asile. [Keystone]
Le peuple a suivi le Conseil fédéral en entérinant dimanche à une large majorité les mesures urgentes de la loi sur l'asile en vigueur depuis fin septembre.

Rien ne changera en matière de droit d'asile. Infligeant une défaite d'une ampleur inégalée aux référendaires, le peuple a entériné dimanche a posteriori par 78,5% une révision urgente de la loi en vigueur depuis fin septembre. Tous les cantons ont soutenu le texte.

Un peu plus de 1,57 million de personnes ont glissé un "oui" dans l'urne. Le camp du "non" a réuni à peine plus de 430'000 personnes.

Revivez la journée avec notre minute par minute: Non à un Conseil fédéral élu par le peuple et oui à la loi sur l'asile

Genève et le Jura moins convaincus

Les plus convaincus ont été les citoyens d'Appenzell Rhodes-Intérieures avec 86,8% d'adhésion, les plus réticents les Genevois avec 61,3% de voix. Il n'y a pas eu de "Röstigraben" sur le verdict, mais les Romands se sont montrés un peu moins enthousiastes.

Comme à Genève, moins de 7 personnes sur dix ont dit "oui" dans le Jura (66,2%). Cette barre est franchie dans les cantons de Neuchâtel (70,1%), Vaud (70,7%) et plus nettement Fribourg (75,2%).

La vague a été plus forte dans les cantons bilingues du Valais (76,8%) et de Berne (80,5%).

Plébiscite plus marqué outre-Sarine

Outre-Sarine, les mesures urgentes ont été plébiscitées presque partout à plus de 80%.

Les cantons moins touchés par des problèmes liés à l'asile (AI, NW,SZ,OW,ZG) y ont même souscrit à plus de 85%. A Zurich, le "oui" frôle la barre de quatre électeurs sur cinq avec 79,7%.

A Bâle-Ville, la révision ne recueille "que" 71,4% de "oui".

Environ 60% des demandes d'asile seront traitées en 140 jours au lieu de 700 jours en moyenne. [Laurent Gillieron - Keystone]Environ 60% des demandes d'asile seront traitées en 140 jours au lieu de 700 jours en moyenne. [Laurent Gillieron - Keystone]Participation médiocre

Le peuple a jusqu'ici accepté largement tous les durcissements de la loi.

Les Jeunes Verts et les quelques ONG à l'origine d'un référendum mollement soutenu par un PS qui l'estimait perdu d'avance n'ont pas réussi à inverser la tendance.

A peine un peu plus de 39% des votants se sont exprimés dimanche sur les deux objets fédéraux.

A lire aussi: Les Suisses ne veulent pas d'une élection du Conseil fédéral par le peuple

ats/jgal

Publié Modifié

Réactions parti par parti

Le comité bourgeois favorable à la révision, qui réunissait le PDC, l'UDC, le PLR, le PVL, le PBD et le PEV, se réjouit de l'adoption sans équivoque de la révision.

Isabelle Moret, vice-présidente du PLR, a qualifié le verdict de dimanche "une marque de confiance des citoyens dans la révision en cours".

Pour Adèle Thorens, co-présidente des Verts, cet échec est au contraire une "grande déception, car le résultat est extrêmement sec".

Le PS, les Eglises et Amnesty International partagent cette déception et se disent préoccupées par les conséquences néfastes de certaines des mesures adoptées, comme la suppression des demandes d'asile dans les ambassades.

Le HCR regrette le "ton négatif" du débat

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) a réagi dimanche au résultat de la votation sur l'asile en exprimant son souhait que l'on mette davantage l'accent sur les besoins de protection qui concernent près de la moitié des demandeurs d'asile.

L'agence onusienne regrette aussi le ton trop souvent négatif du débat, estimant que si quelques cas font problème, la majorité des demandeurs d'asile se comportent bien.

L'accélération des procédures d'asile est néanmoins saluée, à condition que les principes d'équité soient respectés.

Les chiffres de l'asile

Actuellement, quelque 48'000 personnes sont en attente d'un droit d'asile en Suisse.

Ce nombre tient compte des 28'631 nouveaux arrivants en 2012, un chiffre record depuis 1999.

Seuls 11,7 % des requérants ont décroché l'asile en 2012, après des années d'attente.

La Suisse accueille aujourd'hui proportionnellement 4 à 5 fois plus de réfugiés que la France, l'Allemagne ou l'Italie.