Modifié

La presse étrangère intriguée par le succès de l'initiative Minder

France, USA, Russie... L'initiative Minder intrigue. [AFP]
France, USA, Russie... L'initiative Minder intrigue. [AFP]
Intrigués par le succès de l'initiative Minder dans un pays où la finance est reine, de nombreux médias internationaux ont largement couvert les résultats de la votation de dimanche. Quelques citations marquantes.

France

Le site de francetvinfo [RTS]Le site de francetvinfo [RTS]

FranceTVinfo.fr: "Il ne fait pas toujours bon être patron en Suisse".

Europe1: "Ce qui affolait les milieux d'affaires et le gouvernement suisse est finalement arrivé".

RFI.fr: "C’est d’un pays pourtant réputé en bons termes avec la haute finance qu’est venu le coup".

Le Point: "La prime de départ de 72 millions de francs suisses (60 millions d'euros) [de Daniel Vasella] avait soulevé en Suisse un véritable tollé fin février. Daniel Vasella, qui a été pendant des années le patron le mieux payé de ce pays, a finalement renoncé à ce parachute en or massif".

LesEchos.fr:"Ca va le chalet ou bien?" Entre colère et désabusement, l'expression résonne souvent, dans les rues de Genève, à propos du très confortable cadeau de départ (72 millions de francs suisses, soit 57 millions d'euros) offert au président sortant de Novartis, Daniel Vasella. Une façon de dire que ce dernier a dépassé les bornes. Et que le système tout entier marche sur la tête".

Marianne: "Pourtant, il y a peu encore, nul n'aurait parié un franc suisse sur les chances de ce texte radical".

Le site de Libération [RTS]Le site de Libération [RTS]

Libération: "C’est la faillite de Swissair, la compagnie aérienne qui faisait la fierté de la Suisse, qui a scellé l'engagement politique [de Thomas Minder]. Quelques mois après la suspension des vols, les Suisses apprennent que Mario Corti avait touché une avance de 12,5 millions de francs suisses pour quitter son poste chez Nestlé et rejoindre la compagnie aérienne au bord du gouffre. Excédé, Thomas Minder part alors en campagne et propose son texte".

LeMonde: "Thomas Minder [...] est à l'origine de ce texte, intitulé en Suisse alémanique "Initiative contre les magouilleurs" ("Abzocker Initiative"). Cet inconnu du grand public est d'abord passé pour un illuminé. Mais en 2008, en pleine crise financière, il est parvenu contre vents et marées à récolter les 100'000 signatures nécessaires à la tenue d'une votation populaire".

LeNouvelObs: "Rien n'indique que forts de leur nouveau droit de veto, les actionnaires censureront les plans de rémunération de leurs dirigeants. Entre 2009 et 2012, l'opposition des actionnaires aux propositions de rémunérations des dirigeants des cent premières entreprises cotées a certes doublé, mais elle reste faible, à 14%".

Le Figaro: "La loi n'est cependant pas près de rentrer en vigueur. Pour Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse, qui soutenait le texte, sa mise en application pourrait prendre plus de deux ans".

Grande-Bretagne

Daily Mail: "Malgré les menaces des managers, la Suisse a peu de chance de connaître un exode des grandes compagnies qui ont été attirées par une fiscalité basse, un système politique stable et des lois favorables à l'économie. (...) Les compagnies vont chercher des moyens pour contourner la nouvelle loi, tout comme les banques européennes essaient de le faire en ce qui concerne les bonus en Europe."

BBC: "Le soutien au projet – imaginé par Thomas Minder, homme d'affaires devenu politicien – a été porté par une série de revers, vécus comme des débâcles, d'entreprises suisses dans lesquelles les salaires et bonus sont restés très élevés."

The Independent: "La résistance britannique à la nouvelle loi européenne sur les bonus pourrait être affaiblie par le référendum d'aujourd'hui."

Allemagne

Le site de la Süddeutsche Zeitung [RTS]Le site de la Süddeutsche Zeitung [RTS]

Süddeutsche Zeitung: "La colère devait être grande, pour que la population suive Thomas Minder [..]  Car en principe, les Suisses n'aiment pas que l'Etat s'immisce légalement dans les affaires privées."

ARD: "Un oui d'une signification historique" - "C'est une petite révolution, une vitrine pour la démocratie directe et une victoire de David contre Goliath, qui aura tout essayé pour faire chuter l'initiative de l'entrepreneur Thomas Minder."

Russie

RussiaToday: "La Suisse impose l'une des législations les plus strictes du monde sur les rémunérations des dirigeants".

Tybalt Félix et Cécile Rais

A lire: L'initiative contre les rémunérations abusives plébiscitée par les Suisses

Publié Modifié

"Vive les Suisses"

Harlem Désir, numéro un du PS français, a rendu hommage lundi aux Suisses qui ont plébiscité un contrôle des hauts salaires et une interdiction des "parachutes dorés".

"J'ai envie de dire: 'Vive les Suisses !'", s'est exclamé l'eurodéputé sur France Info.

"Quand, au Parlement européen - et la France y a participé - nous adoptons une limitation des bonus des traders, cela va dans la même direction", a poursuivi le Premier secrétaire du PS.

"Il faut lutter contre les rémunérations exorbitantes dans un temps de crise où l'on demande des sacrifices à tout le monde", a-t-il fait valoir.