Publié le 22 octobre 2018 à 10:16

Le climat se réchauffe? Vive "La résistance thermale"!

"La résistance thermale", une satire écrite par l’Autrichien Ferdinand Schmalz.
"La résistance thermale", une satire écrite par l’Autrichien Ferdinand Schmalz. [Samuel Rubio - Théâtre Le Poche]
A Genève, le Théâtre de Poche présente jusqu’au 16 décembre une satire alpine venue d’Autriche. Une luxueuse station de bains est chamboulée par un maître-nageur révolutionnaire. Moite, drôle et chaud bouillant.

Bienvenue dans la station de ..., LE paradis thermal alpin. Tout est entrepris pour votre bien-être de curiste. Vous n’avez plus qu'à vous préoccuper de votre corps en toute sérénité. Bon, il y a parfois les gargouillements de ventre de votre voisine de sauna Madame Brunner. Ou ces gens qui ont le culot de débarquer l’après-midi avec leurs enfants. Dans l’ensemble tout est cependant parfait. Le monde peut s'écrouler, tant que l’eau peut s’écouler…

>> Rencontre avec Mathieu Bertholet, directeur du Théâtre de Poche à Genève:

Mathieu Bertholet.
DR
Vertigo - Publié le 17 octobre 2018

Des comédiens-curistes

Au Théâtre de Poche, le côté gradin est devenu piscine et la scène abrite une énorme montagne de linges blancs d’où émergent les comédiens-curistes tels des ours blancs sur leur rocher. On songe à une buanderie, une grotte de sudation ou à ces glaciers que l’on tente désespérément de préserver de la fonte en les couvrant de bâches. Et puis, assis sur sa haute chaise de maître-nageur, il y a Hannes.

Le maître-nageur qui sauve les âmes

Un drôle de coco, ce Hannes. Qui prend son métier de sauveteur trop à la lettre. Ce ne sont plus les noyés qui l'intéressent. Mais les corps et surtout les âmes. Hannes est un mystique, un exalté, un révolutionnaire en short de bain et sandalettes de plastique. Quand il apprend que Madame Roswitha va vendre la source à un géant du soda, Hannes bouillonne. Les curistes sont pris en otage, le drapeau rouge flotte sur les linges éponges. Hannes, c’est Hercule nettoyant les écuries d’Augias. A grand renfort d’eau soufrée et de vapeur.

Métaphore du confort alpin

Ecrite par l’Autrichien Ferdinand Schmalz, "La résistance thermale" est une farce, une satire. Imaginez les barricades aux bains de Vals! C’est aussi et bien sûr une métaphore de notre confort alpin. Le réduit national n’est plus un blockhaus, c’est un sauna! Il y a du Friederich Dürrenmatt ou du Christoph Marthaler dans cette comédie en costume de bains où Hannes recrute pour l’armée secrète P26 tout en laissant se noyer dans une tentative d’apnée la consultante envoyée par le géant du soda.

Repli ou résistance?

Reste une question au sortir de ce joyeux bain de vapeur chauffé par une excellente brochette de comédiens curistes et finement mis en scène par Jean-Daniel Piguet. Le centre thermal est-il le paradis du repli oisif et égoïste, le lieu où se retapent les maîtres du monde ou le fief de la lenteur mollement dressée contre une société qui prône vitesse et muscle ferme?

Au Théâtre de Poche cet automne, la thématique du corps plongé dans un liquide est à l’honneur avec trois pièces au programme, toutes jouées par les mêmes six comédiennes et comédiens du Poche, parfois en intégrale. À la suite de "La résistance thermale", voici bientôt "La Largeur du bassin" et "La Côte d’Azur". Avec des offres spéciales pour les spectateurs en maillot!

Thierry Sartoretti

"La résistance thermale", Théâtre Le Poche, Genève, jusqu'au 16 décembre 2018

Publié le 22 octobre 2018 à 10:16