Modifié le 04 octobre 2018 à 21:14

Grande difficulté financière pour l'école de danse Rudra-Béjart

Les élèves de l'école de danse Rudra-Béjart se produisent à Lausanne en 2014.
La fondation Leenaards cesse de soutenir l'école de danse Rudra Béjart Forum / 3 min. / le 04 octobre 2018
L'école de danse Rudra-Béjart à Lausanne est en grande difficulté financière. Son mécène, la fondation Leenards, a décidé de cesser tout soutien à la danse, révèle la RTS jeudi.

Le directeur de l'école, Michel Gascard, déplore ce coup du sort, mais ne baisse pas les bras pour autant: "Nous nous retrouvons dans une situation assez compliquée, mais qu'importe: la vie, c'est demain, on verra bien!"

La décision de la fondation Leenards fragilise grandement l'école-atelier Rudra-Béjart qui forme de jeunes danseurs pour le Béjart Ballet et pour d'autres compagnies internationales. Le trou est important dans le budget de l'école: 200'000 francs sur un total de 850'000 francs, soit un tiers de ses finances.

Et Rudra n'est pas la seule à faire les frais de cette décision. Le Prix de Lausanne a aussi été amputé de sa subvention.

Une "décision de politique interne"

La fondation Leenards qualifie son retrait de décision de politique interne. Contactée, elle explique qu'elle est libre d'attribuer son argent comme bon lui semble, la culture et la danse n'étant de loin pas les seuls domaines à recevoir des fonds. Leenards reçoit plus de 500 demandes chaque année. Elle en honore environ 170 pour près de 11,5 millions et demi de francs au total.

Le milieu est surpris et déçu

Reste que cette décision surprend et déçoit dans le milieu de la danse. Pour Igor Piovano, ancien danseur au Béjart Ballet, chorégraphe et directeur de l'école de danse Igokat à Lausanne: "C’est une perle dans le monde de la danse, c'est une école gratuite, unique au monde, les élèves viennent du monde entier. Et puis on n'y enseigne pas seulement la danse, il y a aussi du chant du théâtre et il y a plein de disciplines différentes. C'est une référence, pas seulement au niveau suisse, mais au niveau mondial."

L'école-atelier Rudra-Béjart a tout de même obtenu un échelonnement dégressif de sa subvention. Elle a deux à trois ans ans pour combler ces 200'000 francs, faute de quoi ce sera la clé sous la porte!

Valérie Hauert/pym

Publié le 04 octobre 2018 à 19:45 - Modifié le 04 octobre 2018 à 21:14