Modifié le 31 août 2018 à 11:14

"Hulul", thé(âtre) aux larmes de rire pour les enfants

Un scène du spectacle "Hulul".
Théâtre: Hulul, seul à la maison Vertigo / 4 min. / le 30 août 2018
Invités au Festival de la Bâtie à Genève, le duo de choc Aurélien Patouillard et Marion Duval revisite un classique de la littérature jeunesse. Un must pour petits et grands à découvrir ce week-end au Théâtre Saint-Gervais.

La couverture du livre "Hulul" d'Arnold Lobel. La couverture du livre "Hulul" d'Arnold Lobel. [L'Ecole des Loisirs] Il est mignon tout rond Hulul. Un hibou en peignoir seul dans sa petite maison à deux étages. Créé par l'auteur américain Arnold Lobel dans les années 70, Hulul est un classique de la littérature jeunesse. Une histoire du soir par excellence ou la porte d'entrée au monde de la lecture avec ses gros caractères d'imprimerie et ses 66 pages illustrées avec douceur.

Hulul, c'est un hibou, un peu pétochard, parfois grognon, parfois émerveillé, toujours curieux. Il se pose des questions. C'est l'existentialisme pour les petits: est-ce que la Lune nous voit? Pourquoi ne peut-on pas être en même temps au premier étage et au rez-de-chaussée? Quelles sont ces bosses sous la couverture au pied de mon lit quand je suis couché?

De Hellul à Hulul

Metteur en scène, Aurélien Patouillard est tombé sur Hulul via la sociologie. Il lisait un ouvrage traitant de la décroissance écrit par le Français Jacques… Hellul. Les spectacles peuvent ainsi naître par simple association d'idées ou de sons plutôt rigolos.

On n'attendait pas forcément Aurélien Patouillard dans le répertoire du théâtre jeunesse, lui qui a monté par le passé un spectacle inspiré du sulfureux Georges Bataille ("On a promis de ne pas vous toucher") ou incarné l'assassin nazi dans le film "Un juif pour l’exemple". On attendait encore moins l'excellente et très physique comédienne Marion Duval dans le rôle du hibou casanier. La dernière fois qu'elle arpentait une scène romande dans son duo de choc "Clap Trap", Marion Duval apostrophait les spectateurs seins nus ou armée d'une tronçonneuse… La voici donc installée dans la petite maison de Hulul, devenue la maison de Marion Duval, qui au final n’incarne pas le drôle de hibou, mais suit sa propre fantaisie.

Un spectacle tout public

Les deux trublions de la scène romande ont-ils mis de l'eau dans leur pétrole? "Nous nous sommes donnés un cadre en évitant certaines attitudes, par exemple le cynisme ou les sous-entendus. L'essentiel est d'être compris, et bien sûr de faire rire", note Aurélien Patouillard. Marion Duval précise que "Hulul" est un spectacle tout public: "On ne s'adresse pas aux enfants en les prenant pour des petits. Et comme dans nos autres créations, le public peut réagir s'il le souhaite. Les enfants ne s'en privent pas!".

>> A voir, le teaser du spectacle:

 

Enfant, Aurélien Patouillard écoutait "Le thé aux larmes", magnifique histoire d'Hulul, racontée par sa maman. Et comme le livre d'Arnold Lobel est tout de même bien bref, le duo a rajouté quelques questions et péripéties dans la vie de ce personnage plein de points d’interrogation.

Thierry Sartoretti/ld

"Hulul" au Théâtre Saint-Gervais dans le cadre du festival La Bâtie, du 1er au 2 septembre.

Publié le 31 août 2018 à 10:25 - Modifié le 31 août 2018 à 11:14