Modifié le 09 avril 2018 à 14:40

"Un si gentil garçon", une pièce sur fond de violences sexuelles

Une scène de la pièce de théâtre "Un si gentil garçon".
Théâtre: Un si gentil garçon Vertigo / 4 min. / le 06 avril 2018
Sur le mode d'un thriller psychologique haletant, "Un si gentil garçon" plonge les spectateurs dans le destin de cinq trentenaires. Une pièce qui sonne comme un concert rock, à découvrir jusqu'au 15 avril au Théâtre du Grütli, à Genève.

Deux femmes et trois hommes, dont la jeunesse a été bouleversée par des crimes sexuels perpétrés sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, ainsi se résume la pièce "Un si gentil garçon".

Pour raconter cette brûlante histoire dont l'origine se situe dans les milieux musicaux des années 90, cinq comédiens, une performeuse visuelle et trois musiciens live se partagent le plateau, faisant de ce spectacle un événement théâtral, visuel et musical.

L'histoire de destins bouleversés

Polo, bien sous tous rapports, marié, travaille dans une banque. Il est très gentil avec sa femme. L'histoire se déroule à Madrid, mais elle aurait pu se dérouler n'importe où. Un jour, il se balade dans la rue et croise un manteau rouge, porté par une femme, une vieille connaissance. Tout ce qu'il a tenté d'enfouir profondément lui revient brutalement à l'esprit. Le gentil garçon porte apparemment un très lourd secret.

Vingt ans plus tôt, dans les années 90, ce jeune homme, Polo, faisait partie d'un groupe de rock alternatif. Il y avait Chino, Nathan et sa sœur, la chanteuse, Bianca. Ensemble, ils formaient un groupe prometteur. Suite à un concert triomphal, tout dérape. Leur destin est bouleversé par des crimes sexuels, des viols, commis sous l'emprise de la drogue et de l'alcool…

Le fondement du spectacle, c'est ce trajet qu'il va faire du déni à l'aveu en passant par des tas de mensonges, en passant par des histoires rocambolesques et terrifiantes aussi.

Denis Lavalou, metteur en scène

Un thème difficile à traiter

Les crimes sexuels, un sujet délicat traité avec beaucoup de justesse. "Un si gentil garçon" est une pièce saisissante, sans voyeurisme. Glaçante sans être sordide, grâce à la qualité de jeu des acteurs et une mise en scène très inventive de Denis Lavalou et Cedric Dorier que l'on retrouve dans le rôle principal.

On n'en était pas encore dans l'état de dénonciation d'aujourd'hui. Mais en 2013-2014, en Amérique du Nord où je vis, on parlait déjà beaucoup de la culture du viol dans les universités. C'était déjà un important problème de société.

Denis Lavalou, metteur en scène

Plusieurs plateaux, de la musique live, Nirvana, les Pixies, Tricky, des titres cultes joués par trois musiciens. Derrière eux, un écran sur lequel sont projetées des images, créées en direct, qui plongent le spectateur de manière hypnotique dans l'ambiance de l'époque.

Sujet radio: Laurence Froidevaux


Adaptation web: ld

"Un si gentil garçon", à voir jusqu'au 15 avril au Théâtre du Grütli, à Genève, et le 18 avril au Théâtre du Crochetan, à Monthey.

Publié le 09 avril 2018 à 10:28 - Modifié le 09 avril 2018 à 14:40