Publié le 01 décembre 2017

"Factory", l'usine merveilleuse de Massimo Furlan à Sierre

"Factory" de Massimo Furlan.
Théâtre: la Factory de Massimo Furlan Vertigo / 5 min. / le 30 novembre 2017
Jusqu'au 3 décembre, la zone industrielle de Sierre (VS) accueille un spectacle itinérant et nocturne du performeur Massimo Furlan. Avec musiques, trains et usines en plein travail.

"Factory", c'est un périple noctambule, un son et lumière vivant. Un rêve de gosse aussi: entrer de nuit dans une usine pleine de lumières et de bruits. Massimo Furlan est le chef d'orchestre et le guide de nuit de ce projet créé en collaboration avec un industriel, un théâtre, une école de musique et les CFF.

Furlan, c'est l'homme qui a traversé en courant le tunnel du Grand-Saint-Bernard. Celui qui a rejoué seul dans un stade la finale Allemagne-Italie de la Coupe du Monde du football 1982. Celui qui recrée le concours de l'Eurovision de 1973. Celui qui imagine sur scène le passage entre la vie et la mort. Celui qui reconstitue l'ambiance d'une course de moto des années du temps de l'intrépide Agostini. Celui qui fédère un village basque autour du thème de l'hospitalité. Celui qui fait dialoguer des philosophes morts sur un carrousel de gosse. Furlan, c'est un performeur, un créateur d'imaginaires à partager avec le public.

Voyage dans une usine éphémère

Voici sa "Factory": vous vous rendez d'abord dans un théâtre. Le TLH-Sierre se trouve en zone industrielle. Juste à côté court une voix de chemin de fer unique. Et voici que du néant arrive un train. Vous embarquez pour un voyage qui vous mène à travers les deux sites industriels de Constellium. Constellium, c'est l'ancienne Alusuisse, les usines de Chippis. 24 heures sur 24, on y fabrique des pièces pour l'industrie automobile, des composants pour l'aviation, des emballages pour le secteur agroalimentaire.

Vous allez traverser ces ateliers en plein travail. En chemin, vous assistez à des apparitions, celles des musiciens de la toute proche HEMU, la Haute école de musique. Ils accompagnent ce périple avec des compositions de circonstance, jaillies de l'obscurité par les éclairages de théâtre. Cette "Factory" est éphémère. Comme un film tourné en direct dont vous êtes le figurant-passager.

Thierry Sartoretti/ld

"Factory" au TLH-Sierre, du 1er au 3 décembre 2017.

Publié le 01 décembre 2017