Modifié le 24 mars 2017 à 16:39

"Amour et Psyché", un Porras sur l'Olympe

Théâtre: Omar Porras rappelle la dimension sacrée de la scène
Théâtre: Omar Porras rappelle la dimension sacrée de la scène 19h30 / 2 min. / le 18 mars 2017
Trop belle, une mortelle fâche la déesse Vénus et séduit son fils Amour, alias Cupidon. Molière a raconté ce mythe antique sur scène. Aujourd'hui, c'est au tour d'Omar Porras et son Teatro Malandro de s'emparer de l'histoire d'"Amour et Psyché" jusqu'au 9 avril au TKM.

Installé dans son propre théâtre, le TKM de Renens, le metteur en scène y présente un spectacle qui se veut une ode à la féérie et au théâtre "à l'ancienne".

Tout commence par une féroce bacchanale. Ça barde sur l'Olympe. Entre éclairs et coups de tonnerre, les spectateurs du TKM découvrent une assemblée des Dieux qui ressemble à un po wow d'Indiens dans un vieux film hollywoodien. Il y a de la terre, du feu, des boucliers menaçants, des masques primitifs.

"Amour et Psyché" d'après Molière, dans une mise en scène d'Omar Porras.
"Amour et Psyché" d'après Molière, dans une mise en scène d'Omar Porras. [Mario Del Curto - TKM]

Vénus est en pétard: au lieu de la vénérer, elle, déesse de la beauté, les mortels lui préfèrent l'une des leurs: Psyché. Cette fille de roi n'en demandait pas tant, elle qui ignore l'amour et se retrouve ainsi adulée contre son gré. Vénus charge alors son fils, Amour, alias Cupidon, de lui décocher un de ses fameux traits qui rendent nigaud. La déesse a fait son choix: l'amoureux de Psyché sera aussi laid que vil, tel sera sa punition. Découvrant Psyché, Amour en tombe cependant follement amoureux. Le drame est en place.

>> Écouter la chronique de "Vertigo" consacrée à "Amour et Psyché"

"Amour et Psyché" d'après Molière, dans une mise en scène d'Omar Porras.
Mario Del Curto - TKM
Vertigo - Publié le 17 mars 2017

Du rire au drame

Le drame, il faut le rappeler, c'est une tragédie qui finit bien. Chez Omar Porras, le rire accompagne le drame comme le mainate nettoie la carapace du rhinocéros. Sa Psyché est flanquée de deux sœurs travesties sorties tout droit de "La Cage aux folles". Son père a des allures de vieux monarque échappé d'un film de kung-fu, et le personnel de l'Olympe, faunes, zéphyrs et autres chérubins est une joyeuse sarabande qui zézaye et bafouille. Il n'y a que Psyché, alias la comédienne Jeanne Pasquier, héroïne récurrente des pièces d'Omar Porras, qui présente un semblant de sérieux et de romantisme. En effet, son prétendant Amour, incarné par le comédien Philippe Gouin, autre héros récurent du Teatro Malandro, porte la perruque et la bouche en cœur précieusement ridicule d'un courtisant de la cour du Roi Soleil. Psyché s'émerveille, pleure son malheur et le public rit de bon cœur.

"Amour et Psyché" d'après Molière, dans une mise en scène d'Omar Porras.
"Amour et Psyché" d'après Molière, dans une mise en scène d'Omar Porras. [Mario Del Curto - TKM]

On retrouve l'époque de Molière sur la scène du TKM de Renens. Avec ses machinistes déguisés en angelots qui empoignent à vue cordages, voiles, piques et souquent comme les bateliers du Styx. On y rencontre aussi Walt Disney avec sa méchante reine et des décors en cartons pâte d'un expressionnisme bigarré. On plonge également en plein romantisme lorsque la scène devient mer de brouillard d'où émerge un rocher semblable à l'île des morts. On part enfin au carnaval de Pékin lorsque surgit un dragon et qu'éclatent des pétards qui sentent bon la poudre de perlimpinpin.

Un théâtre comme une fabrique de rêve

"Amour et Psyché" est un divertissement absolu. Une ode aux souvenirs d'enfance: premiers frissons à l'écoute d'un conte cruel raconté dans la chambre sombre, yeux écarquillés à la découverte du premier film de "King Kong" ou du "Septième Voyage de Simbad"… Ou vision d'un premier spectacle de Porras, au hasard "Ay ! Quixote". Voici du grand spectacle qui sait se moquer de lui-même et n'a pas honte de plaire.

On n'y cherchera pas la métaphysique profondeur des précédents spectacles d'Omar Porras ("La Dame de la Mer", d'Ibsen, "L'Eveil du Printemps" de Wedekind), ni l'acidité de ses deux reprises récentes ("La Visite de la Vieille Dame" de Dürrenmatt et "L'Histoire du Soldat" de Stravinski & Ramuz). Nous sommes ici dans une fabrique de rêves et dans un théâtre de bateleurs d'estrade. Quel régal!

Thierry Sartoretti/ld

Publié le 20 mars 2017 à 10:14 - Modifié le 24 mars 2017 à 16:39

Psyché, une héroïne indémodable

Avant de donner son patronyme à un grand miroir, Psyché fut d'abord un "conte de bonne femme". C'est ainsi que le Romain Apulée présente cette histoire, probablement héritée des mythes grecs, qu'il insère dans ses "Métamorphoses" au IIe siècle après Jésus Christ. Pour distraire une malheureuse captive de brigands, une vieille lui raconte l'histoire d'Amour et Psyché.
Le conte original n'est pas sans cruauté: trompée par ses sœurs jalouses, Psyché, éperdument amoureuse du Dieu Amour, les punit en les incitants à sauter dans un précipice. Croyant être la captive d'un monstre, Psyché tente également d'assassiner Amour avec un rasoir avant de le brûler grièvement avec une lampe à huile. Désespérée, elle tente enfin de se noyer, sauvée de justesse par le Dieu du fleuve.
Au 17e siècle, le mythe réapparaît en France sous la plume de La Fontaine. L'auteur des célèbres fables s'inspire largement d'Apulée pour l'écriture de son livre "Les Amours de Psyché et de Cupidon". Il quitte toutefois le domaine de conte pour aborder celui de la poésie et insère son histoire dans une discussion de jeunes gens dans les jardins versaillais du Roi Soleil. Aveu de l'auteur dans sa préface: "Mon principal but est toujours de plaire! Pour en venir là, je considère le goût du siècle."
Des pans de l'histoire de Psyché se retrouvent également dans d'autres contes célèbres. Ainsi, les deux sœurs jalouses et punies apparaissent chez Cendrillon des frères Grimm. Alors que le palais merveilleux néanmoins prison et son hôte extraordinaire dont il ne faut connaître ni le vrai visage ni l'identité, se retrouvent dans le célèbre conte de la "Belle et de la bête", que Gabrielle-Suzanne Barbot de Villeneuve, publie pour la première fois en français en 1740. Des traces du mytheapparaissent également dans des contes italiens et chez le dramaturge espagnol espagnol Pedro Calderon de la Barca.
Molière est pressé par le temps lorsqu'il reçoit en 1671 la commande du Roi Soleil qui souhaite applaudir une version scénique de la célèbre histoire. La même année, Molière au fait de sa gloire présente "Le Bourgeois gentilhomme" qui est un triomphe et quelques mois plus tard "Les Fourberies de Scapin", une pièce au répertoire du Théâtre Malandro d'Omar Porras.
Le frère de Corneille, Thomas, ayant déjà écrit quelques vers sur le sujet avec le compositeur Lully en 1678, Molière imagine un "Amour et psyché" avec des parties chantées, du ballet, de la musique et des textes écrits par un véritable pool d’auteurs: Molière, Pierre Corneille, Lully et Quinault. Aujourd'hui, Broadway ou Walt Disney ne font que reprendre cette manière de fonctionner lors de la création de leurs contes et autres comédies musicales.