Publié

"Les Bovary" s’invitent à la Comédie de Genève

Pièce "Les Bovary" de la compagnie «Les Fondateurs». [DR]
A la Comédie, "Les Bovary" régalent! / Vertigo / 6 min. / le 3 mai 2022
Une pièce de théâtre remet "Madame Bovary", chef-d’œuvre de Gustave Flaubert édité en 1875, au goût du jour. Dans une adaptation de la compagnie Les Fondateurs, "Les Bovary" est à savourer à la Comédie de Genève jusqu’au 7 mai.

En 2019, la compagnie Les Fondateurs offrait à la scène romande deux pièces de Molière: "Tartuffe" et "Don Juan". Deux créations où la scénographie du spectacle était la ligne dramaturgique des interprètes.

Ainsi, on pouvait voir les acteurs en plus de jouer les Tartuffe, les Don Elvire et Don Juan, s’armer d’une visseuse, assembler des planches en bois, construire une chaise ou un morceau du décor par exemple. Les comédiens et comédiennes fondateurs (c’est le cas de le dire!) nous offrait, à vue, la création de la scénographie.

La cuisine comme lieu de l'imaginaire

Dans "Les Bovary", à voir actuellement à la Comédie de Genève, c’est différent. La première scène s’ouvre sur Aline Papin, David Gobet et Aurélie Pitrat - trois acteurs et actrices absolument géniaux - qui sont dans une cuisine déjà tout équipée: il y a un sol avec des tomettes colorées, une table en formica, un robinet où l'on entend le clap-clap de l’eau dans l’évier; ce qui permettra d’ailleurs à David Gobet de laver la vaisselle durant le spectacle! Ils mangent du gâteau, préparent des pâtisseries, et imaginent le décor d’une adaptation de "Madame Bovary".

Pour Zoé Cadotsh, plasticienne et scénographe, la cuisine est le lieu de l’imaginaire: "Ca fait référence à ce qu’on a pu vivre nous, dans des cuisines, pendant des années à imaginer des spectacles autour d’un verre de vin à la fin d’une soirée".

Le lyrique et le trivial

Dans cette mise en abyme délicieuse et habile, les co-directeurs de la compagnie, Zoé Cadotsch et Julien Basler, signent une pièce où l’on pleure et où l’on rit, une pièce où il est question de nourriture mais aussi de sentiments amoureux.

On passe du sublime au grotesque sans crier gare, la ligne ténue entre les deux vient du roman même de Flaubert selon Julien Basler, metteur en scène: "C’était le projet de Flaubert en écrivant 'Madame Bovary' de faire rejoindre le trivial et le lyrique. Ce projet est abouti étant donné que c’est un chef-d’œuvre. Nous, on voulait transposer cette dualité à la scène, mettre en avant l’idée que des choses quotidiennes peuvent devenir poétiques."

Parler d'Emma et de Charles Bovary

C’est Laurent Nicolas, créateur sonore du spectacle qui a eu l’idée du titre "Les Bovary" parce que, pour Zoé Cadotsh et Julien Basler, il était essentiel que le titre du spectacle évoque les deux personnages Emma et Charles: "Quand on invite un soir à la maison, on parle par exemple des Michel, des Nicolas, on trouvait bien de pouvoir répondre à la question 'qui vient manger ce soir?' Ce sont Les Bovary!"

Leyla Hasan Schlonsky/aq

"Les Bovary", Comédie de Genève jusqu'au 7 mai 2022.

Publié