Modifié

Peter Brook replonge dans la "Tempête" de Shakespeare

Marie-Hélène Estienne et Peter Brook montent "Tempest Project". [Pascal Victor - DR]
Tempest Project / Vertigo / 5 min. / le 30 novembre 2021
Avec sa dramaturge Marie-Hélène Estienne, le metteur en scène britannique revisite pour la quatrième fois cette œuvre majeure de Shakespeare. Leur "Tempest Project" se joue en français au Théâtre Forum-Meyrin jusqu'à vendredi.

"Si vous voulez que soient pardonnées vos offenses, que votre indulgence me délivre". Voilà qui sonne comme un testament, voire une épitaphe. Ce sont les dernières paroles de Prospero, ce noble magicien trop longtemps reclus sur son île en compagnie de sa fille Miranda, d’Ariel, l’Esprit du vent, et de l’extraordinaire Caliban, créature mi-humaine mi-surnaturelle. Ce sont aussi et surtout les mots de William Shakespeare dans l’épilogue de son ultime pièce "La Tempête".

Quatrième revisite pour Peter Brook

Ces mots de réconciliation et de résilience, Peter Brook les fait siens avec son "Tempest Project" visible au Théâtre Forum-Meyrin de Genève jusqu’au 3 décembre.

A passé 95 ans, le célèbre metteur en scène britannique revisite pour la quatrième fois cette œuvre de son auteur préféré. Il aura monté plus d’une centaine de spectacles, joué les classiques comme les textes d’aujourd’hui, Peter Brook s’est régulièrement replongé au cœur de la "Tempête".

"Il y a chez Shakespeare ce phénomène de la résonnance", explique le metteur en scène depuis son domicile parisien où un ascenseur en révision et des jambes fragiles le condamnent provisoirement à rester cloîtré, tel un Prospero sur son île.

La magie du théâtre

"A chaque fois que je reviens vers cette œuvre, je la redécouvre dans l’instant présent, comme si c’était la première fois. Et dans notre époque actuelle, cette histoire d’amour et de pardon est plus que jamais nécessaire. Un texte écrit au 17e siècle! A chaque fois que je redécouvre ces mots incarnés à haute voix, je me dis ceci: je ne suis pas un maître qui pourrait déclarer avoir donné la version définitive d’une telle œuvre. A chaque nouvelle mise en scène, je la découvre comme si c’était la première fois, dans l’instant présent du jeu des comédiennes et des comédiens. C’est ça ma mission de metteur en scène: faire découvrir et transmettre cette œuvre au public. Et la magie du théâtre, c’est cet instant présent de la représentation. Son passé n’existe plus."

Paula Luna et Ery Nzaramba dans la pièce "Tempest Project". [Philippe Vialatte - Théâtre Forum-Meyrin]Paula Luna et Ery Nzaramba dans la pièce "Tempest Project". [Philippe Vialatte - Théâtre Forum-Meyrin]

Pour ce "Tempest Project" revisité en compagnie de sa fidèle dramaturge Marie-Hélène Estienne, Peter Brook a notamment fait appel au comédien d’origine rwandaise Ery Nzaramba pour le rôle de Prospero: "Un interprète à la sensibilité extraordinaire. Nourri de ce qu’il a traversé comme être humain et parfaitement en résonnance avec ce personnage chez qui l’amour et le pardon touchent au cœur."

Propos recueillis par Thierry Sartoretti

Adaptation web: aq

"Tempest Project", Théâtre Forum-Meyrin, jusqu'au 3 décembre 2021

Publié Modifié