Publié

"Y a pas de mal", drôle de théâtre sur la masturbation

Amélie Vidon et Alenka Chenuz dans le spectacle "Y a pas de mal". [Charles Mouron - DR]
"Y a pas de mal " / Vertigo / 5 min. / le 31 août 2021
Avec leur spectacle "Y a pas de mal", les comédiennes Amélie Vidon et Alenka Chenuz abordent avec humour et finesse l’auto-érotisme. Un délice à découvrir à l’Usine à Gaz de Nyon ce samedi soir, puis au Festival de la Bâtie à Genève et au Spot de Sion.

Ça débute par des regards appuyés, des sourires prêts à éclater de rire. Un malicieux jeu de chatte et de souris avant d’aborder LE sujet: la masturbation. On peut lui préférer le mot auto-érotisme: plus doux, plus sensuel, moins mécanique aussi. Face à nous sur la scène, deux jeunes comédiennes portent la parole de six personnes interviewées des heures durant sur ce délicat et concernant sujet. Quatre cents pages de notes sur l’onanisme pratiqué par tous les genres, du féminin au masculin et au-delà, au singulier comme au pluriel, sont devenues les 45 minutes délicieuses de "Y a pas de mal".

Y'a pas de mal à se faire du bien, dirait l’adage. Ce spectacle aborde l’auto-érotisme en toute simplicité, avec humour, finesse. La seule provocation de "Y a pas de mal", qu’on ne lui reprochera d’ailleurs pas, c’est d’avoir choisi ce sujet dont on ne parle que rarement sur un plateau de théâtre.

A la manière des ethnologues

Amélie Vidon et Alenka Chenuz sont deux jeunes comédiennes vaudoises issues de l’école de théâtre des Teintureries. En matière de sujets tabous ou, disons, en marge, se sont des récidivistes. Durant leurs études, un premier travail abordait les pertes blanches. Curieuses, soucieuses de parler de ce dont on ne parle jamais, les deux complices de la compagnie Alors voilà ont fait leur une méthode qui ne déplairait pas aux ethnologues, sociologues et journalistes: recueillir la parole et la transmettre.


>> A voir, la bande-annonce du spectacle:

Décalage souvent cocasse et absurde


On est ici toutefois au théâtre. Cette parole transcrite à l’hésitation près s’accompagne d’un jeu. Elle s'incarne dans des corps. Et c’est tout l'art du duo d’offrir à ces propos sur l'auto-érotisme un décalage souvent cocasse et parfois absurde. De quoi dissiper tout malaise dans le public et provoquer un rire complice. Oui, nous le savons toutes et tous. Ce thème nous concerne, et chacun chacune en connaît un rayon personnel sur la question.

"Y a pas de mal" n’est pas démonstratif ou pédagogique. Ni même militant. Il évite d’être scabreux, ce qui est un exploit. Ce spectacle est tout simplement joyeux. Car il est ici d’abord et avant question de plaisir. Et de jeu. Un mot que l’on prendra dans tous les sens du terme.

Thierry Sartoretti/pr

"Y a pas de mal" est à voir à l'Usine à Gaz (Nyon), le 4 septembre 2021, au Festival de la Bâtie (Genève) du 10 au 13 septembre 2021 et au Spot (Sion), du 7 au 9 octobre 2021.

Publié