Publié le 05 février 2020 à 17:03

"Œdipe Roi", la tragédie en version techno pop chantée par Sandor

Une scène du spectacle "Œdipe Roi".
Théâtre: Œdipe Roi Vertigo / 8 min. / le 03 février 2020
Sur la scène de l'Oriental de Vevey, le metteur en scène Philippe Soltermann fait dialoguer le héros tragique de Sophocle avec la chanteuse Sandor.

Pauvre Œdipe. Il a résolu l'énigme du Sphinx, délivré la population de ce monstre sanguinaire, obtenu le trône de Thèbes et épousé Jocaste, veuve du précédent roi. Il est brillant, fier, malin et pourtant il ne comprend rien. Le devin Tirésias a beau lui asséner ses quatre vérités à haute et intelligible voix, il ne l'entend pas. Pire, il s'obstine, s'enfonce dans son propre malheur avec l'énergie butée d'un autocrate. La vérité est pourtant là, elle lui crève pour ainsi dire les yeux. Il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir.

La prédiction s'accomplit

C'est le propre des oracles de s'accomplir quels que soient les stratagèmes mis en place pour les déjouer. Au contraire, notait le philosophe Clément Rosset, les stratégies d'évitement ne font que favoriser l'accomplissement de l'oracle. Et Œdipe de s'étonner pourtant lorsque la prédiction s'accomplit. Zeus lui avait annoncé qu'il tuerait son père et épouserait sa mère. Et Jocaste de s'étonner lorsque l'identité véritable d'Œdipe est révélée: ce même Dieu, par le biais de son facteur, le devin, avait prédit à son mari qu'il serait tué par son fils. Il n'y a pas d'issue alternative au destin, voici pourquoi "Œdipe Roi" de Sophocle est une tragédie et pas un simple drame. Pauvre Œdipe.

Sandor, un style techno-pop mélancolique

Sur la scène du Théâtre Oriental, Œdipe a le caractère emporté et très énergique du comédien David Casada. Pour calmer cette fougue rebelle, le metteur en scène Philippe Soltermann lui oppose la voix douce et profonde de la chanteuse romande Sandor. Elle incarne le chœur, rythme et commente l'action dans un style techno-pop mélancolique concocté avec le musicien Jérémie Duciel. Les autres personnages (incarnés par Pierre Banderet, Didier Charlet, Vincent David, Cédric Dorier, Olivier Havran, Sébastien Ribaux, Anne-Sophie Rohr Cettou, une belle distribution) ne pourront rien faire pour empêcher Œdipe de s'engouffrer tête baissée dans la mauvaise blague concoctée du côté de l'Olympe. Ainsi cet "Œdipe Roi" semble léviter vers son funeste destin, moins sanguinolent trash et plus posé que certaines versions, intemporel dans un décor sombre et un peu science-fiction avec ses bâches en plastiques noirs et ses costumes qui parfois semblent sortir du film "Matrix".

Sandor dans le spectacle "Œdipe Roi".
Sandor dans le spectacle "Œdipe Roi". [Martin Reeve - orientalvevey.ch]

Electrifier la tragédie grecque avec du rock? Il y a quelques saisons, le metteur en scène libano-canadien Wajdi Mouawad avait tenté l'expérience avec le chanteur Bertrand Cantat sur scène. Le rocker venait de sortir de prison, suite à la condamnation pour meurtre de sa compagne Marie Trintignant. La tragédie était double. Cette tentative trop intense, non maîtrisable quant à ses effets collatéraux, déclencha une tempête, soldée par une tournée avortée et un disque témoignage. La lecture de Philippe Soltermann est plus apaisée, sans provocation ou bravache, laissant la première place au texte, efficace, clair, du traducteur suisse André Bonnard. A glisser dans toutes les oreilles.

Thierry Sartoretti/mh

"Oedipe Roi", Vevey, l’Oriental, du 5 au 16 février.

Publié le 05 février 2020 à 17:03