Publié le 30 octobre 2019 à 11:45

"Hercule à la plage", pas de repos pour les héros

Le spectacle Hercule à la plage.
Spectacle: Hercule à la Plage Vertigo / 4 min. / le 29 octobre 2019
A Genève, le Théâtre Amstramgram présente jusqu’au 17 novembre, un spectacle de théâtre formidable. On y parle d’amour, d’amitié, de mensonge, de mythes, du temps qui passe et de la mémoire qui joue des tours.

Elle a tout pour elle, India. C’est le soleil du préau, la première de la classe, la plus balaise en sport… et bien sûr, elle est belle et rebelle. Pas étonnant qu’ils en soient dingues, les trois garçons. Ils ne la lâchent jamais, lui font des déclarations, rivalisent d’audace pour lui plaire. Quand India déménage, c’est la fin du rêve.

Elle est tout de même un peu chipie, India. Pour départager ses prétendants, elle distribue des points d’amour. Melvil, Charles et Angelo doivent reprendre les douze travaux d’Hercule. Devenir des héros en hommage au premier superhéros de l’Histoire. Mission pas simple quand bien même on peut contourner les consignes antiques: trucider un lion de Némée en peluche ou encore passer une voiture sale au Kärcher en la rebaptisant écurie d’Augias…

Hélène et ses garçons

L'actrice Hélène Hudovernik dans la pièce "Hercule à la plage" au Théâtre Amstramgram. L'actrice Hélène Hudovernik dans la pièce "Hercule à la plage" au Théâtre Amstramgram. [Ariane Catton Balabeau - Théâtre Amstramgram] "Hercule à la plage", c’est l’histoire d’un amour à quatre, d’un bonheur adolescent, incarné par d’excellents comédiens au jeu très physique, Raphaël Archinard, Julien George, Hélène Hudovernik et Miami Themo. Sur scène, c’est donc Hélène et ses garçons. Ils et elle se poursuivent dans un labyrinthe de tubes, à la fois colonnes grecques, épaisse forêt et plage au bord de la falaise. Il y a de la place pour l’imaginaire des spectateurs dans cette scénographie et c’est tant mieux.

Rêve éveillé ou prodige?

"Hercule à la plage" bouscule les temporalités. Les quatre loustics ont parfois neuf ans, une autre fois 15, l’âge de leur séparation, et parfois la trentaine, l’âge de leurs retrouvailles. Des retrouvailles bien mystérieuses: sommes-nous, spectateurs, face à un rêve éveillé ou face à un prodige digne du "Songe d’une nuit d’été" où tout peut arriver à la faveur de l’obscurité? Dans cette histoire, le noir a en effet beaucoup de place. Pour la plus grande joie des enfants qui adorent plonger dans la nuit la plus totale et y entendre des sons mystérieux ou percevoir des choses vagues qui se déplacent dans les airs tels des spectres.

La mémoire qu'on s'invente

Texte à double, voire triple fond, signé par un Fabrice Melquiot en verve, magnifiquement mis en scène par Mariama Sylla (à qui on doit par le passé un hommage-manifeste tonique adressé au cinéaste Godard créé et interprété par de très jeunes acteurs, la pièce "Jean-Luc"), "Hercule à la plage" parle de mémoire. Celle qui nous reste et celle qu’on s’est construite. Car India n’a peut-être pas tout à fait vécu cette enfance de rêve…

"Hercule à la plage" parle d’amitié et de solitude. Il y est aussi question de superhéros, pas toujours efficaces lorsqu’on est au fond du trou, seule dans un préau à regarder les autres de loin, rongée par la timidité et le manque de confiance.

La pièce a été créée au Festival d’Avignon. Un pari risqué et réussi. La voici en tournée dans son théâtre d’affinité avant de courir à nouveau les routes de France et de filer à Paris au Théâtre de la Ville. On peut l’apprécier dès 9 ans. Il n’y a pas de limite d’âge supérieure.

Thierry Sartoretti/mcm

"Hercule à la plage", mise en scène de Mariama Sylla, au théâtre Amstragram, à Genève, jusqu'au 17 novembre.

"Hercule à la plage", Fabrice Melquiot, est aussi un livre tête-bêche, publié aux éditions de La Joie de lire

Publié le 30 octobre 2019 à 11:45