Publié le 17 octobre 2019 à 12:00

Operalab, un projet pour créer une passerelle entre formation et création

15 jeunes artistes ont été sélectionnés pour participer au projet Operalab.
Créer une passerelle entre formation et création, vocation d'Operalab Le Journal horaire / 1 min. / le 17 octobre 2019
Grâce à ce projet pilote, première structure du genre en Suisse, des jeunes diplômés vont pouvoir se professionnaliser dans les métiers de la scène en créant collectivement une production de théâtre musical.

Sélectionnez quinze jeunes artistes - chanteuses, danseurs, performeuses, designers, auteur ou compositeur - sortis récemment des Hautes écoles d'art de Suisse romande (HEM et HEAD à Genève, Manufacture à Lausanne et Institut littéraire suisse à Bienne). Mettez à leur disposition les compétences de professionnels chevronnés, un espace artistique et des appuis techniques. Pendant huit mois, offrez-leur enfin une résidence durant laquelle ils vont créer ensemble une oeuvre originale. Secouez le tout et voilà Operalab.

Rendue publique mercredi, la structure Operalab réunit six institutions culturelles: le Grand Théâtre de Genève, la Comédie de Genève, quatre HES, et un partenaire privé.

Un laboratoire d'idées

Ce nouveau laboratoire a pour ambition de faire émerger les idées de la nouvelle génération. Pour Aviel Cahn, directeur du Grand Théâtre et cheville ouvrière du projet, il n'existe pas en Suisse et probablement dans le monde un tel opéra studio interdisciplinaire. "C'est le lieu le plus important pour découvrir les nouveaux talents. Parce qu'un CV, ça ne me dit rien, une audition, ça me dit peu".

Au côté des institutions publiques figure un partenaire privé, Flux Laboratory, qui accueillera les résidents. Sa fondatrice, Cynthia Odier, explique: "On pourra leur insuffler notre expérience, c'est-à-dire toute cette tendance à être libre, à s'exprimer, à se tromper, à douter d'eux-mêmes. Et on sera là quand ils auront besoin de nous".

Les membres d'Operalab travailleront sur un mode collectif et pour un même salaire (2'500 francs par mois pour un mi-temps), quelle que soit la discipline. Au bout des huit mois de résidence, en septembre prochain, ils présenteront leur production de théâtre musical au public au nouveau Cube de la HEAD, à Genève.

Sylvie Lambelet/ld

Publié le 17 octobre 2019 à 12:00

Des donations contre des prestations en nature

L'association Operalab.ch a l'ambition de créer à un rythme biennal ce spectacle pluridisciplinaire. Son budget se monte à 650'000 francs ("Pour l'instant, nous espérons qu'il augmentera", dixit Aviel Cahn, son vice-président). Il est financé par Pro Helvetia, la Loterie Romande, et quelques donateurs privés. Les institutions fournissent des prestations en nature (coaching de quatre tuteurs permanents, appui technique, matériel, salle de spectacle), le partenaire privé met à disposition les locaux de la résidence.

Un complément à d'autres projets

L'Opéra de Lausanne, qui collabore avec la Haute Ecole de Musique (HEM) depuis une quinzaine d'années, a également un projet d'opéra studio: l'idée est de faire tourner en Suisse romande et au Tessin trois spectacles lyriques réalisés avec des chanteurs et musiciens fraîchement diplômés. Contacté, son directeur Eric Vigié ne craint pas que l'arrivée d'Operalab mette en péril son projet. Il salue cette initiative: "Plus nous révélerons des talents locaux parmi les élèves des Hautes écoles, moins nous aurons besoin de les faire venir de Paris".