Modifié le 12 juin 2019 à 13:11

Les Athénéennes mélangent avec bonheur les registres et les publics

La 9e édition des Athénéennes se déroule du 6 au 14 juin 2019.
Scènes magnétiques aux Athénéennes à Genève Magnétique / 1h23 / le 04 juin 2018
Le festival des Athénéennes à Genève propose toujours une programmation musicale de haut vol, et fait voyager chaque soir un large public au travers des styles et des genres.

Le festival des Athénéennes à Genève a placé sa 9e édition (du 6 au 14 juin) sous le thème de la spiritualité. Un mot-clé suivi d'un point d'interrogation, qui titre la vaste réflexion déployée dans l'édito de leur programme. Face à "la tentation utilitaire  qui menace la nature spirituelle de l’art", les organisateurs ont souhaité faire de leur manifestation un de ces îlots où l'art "ne se soumet pas aux exigences de rentabilité, mais revendique son inutilité" un de ces lieux où il puisse "continuer d'irriguer les corps, d'éclairer les âmes, et de nourrir les esprits."

Exigence, découverte, et mélange des genres

Au souffle puissant des intentions répond une programmation placée sous le triple signe de l'exigence, de la découverte et de l'éclectisme. Les trois co-programmateurs et fondateurs, Audrey Vigoureux, Marc Pernoud et Valentin Peiry ont en effet fait du mélange des genres leur marque de fabrique.

"Réunir chaque soir des ensembles de style différent et que le public fasse le voyage de bout en bout était un pari. Et ça marche de mieux en mieux" se réjouit Marc Perrenoud au micro de la RTS. Un métissage des genres, mais aussi des spectateurs. "Le public est vraiment mélangé et réunit des gens de tous âges, de tous milieux, qui veulent aussi découvrir des choses qu'ils ne connaissent pas" confirme Valentin Pery.

"Nous avons choisi un tarif unique par soirée, ce qui invite à rester toute la soirée, voire toute la nuit" ajoute Audrey Vigoureux. Au total, ce ne sont pas moins de 22 concerts dont sept créations et trois ciné-concerts qui se déroulent du 6 au 14 juin dans trois lieux emblématiques genevois: l’Alhambra, le Temple de la Madeleine et l’Abri.

Gérard Depardieu est revenu

Le 8 juin, Gérard Depardieu et le trio Jasmin Toccata ont fait vibrer le coeur et l'esprit des festivaliers avec les "Confessions" de Saint Augustin.  L’acteur, présent l'année passée pour son récital en hommage à Barbara est revenu cette fois pour un spectacle inédit. "Gérard Depardieu avait donné des lectures de Saint Augustin il y a une dizaine d'années à Notre Dame de Paris et au Louvre, mais c'est la première fois qu'il s'entoure des trois stars de la musique que sont le claveciniste Jean Rondeau, le luthiste et théorbiste Thomas Dunford et le percussionniste persan Keyvan Chemirani" précise Audrey Vigoureux. Une rencontre rare, entre baroque et modalité orientale, qui s'est poursuivie avec la musique traditionnelle syrienne du Sham Trio et le jazz de Red Sun.

>> A lire aussi: Gérard Depardieu: "Je chante comme Barbara aurait aimé le faire"

Le 7 juin, quatre solistes exceptionnels étaient réunis autour d'un répertoire de chambre visionnaire. Iddo Bar-Shai au piano, Tedi Papavrami au violon, Victor Julien-Laferrière au violoncelle et Isabel Villanueva à l'alto se sont pour l'occasion constitués en quatuor pour interpréter l'oeuvre pour piano et cordes en sol mineur no 1 et des oeuvres de Janacek.

>> A voir: Rencontre Musique de Chambre #1 en direct dans l'émission Magnétique

Rencontre Musique de Chambre #1 en direct dans "Magnétique" sur Espace 2
Culture - Publié le 11 juin 2019
 

Ce soir-là, la route de ces grands interprètes a croisé celle de l'Orage. La formation genevoise réunie autour du batteur Nelson Schaer et du guitariste Robin Girod a proposé ses mélodies atmosphériques, aux accents métissés et foudroyants avant que Stade et son jazz electro improvisé ne conclue la partie concertante. Car la nuit s'est poursuivie à l'Abri au son des Wunderbar.

>> A voir: L'Orage en direct dans l'émission Magnétique

LʹOrage interprète "Ultra Zouk" en direct dans "Magnétique" sur Espace 2
Culture - Publié le 11 juin 2019
 

Le voyage d'exception se poursuit tous les soirs. Mardi 11 juin, le quatuor Bela a interprété "Tetras" de Xenakis, le dernier quatuor de Beethoven, rejoint par la pianiste Audrey Vigoureux pour un quintet de Chostakovitch. Ce concert a été suivi par le trio de jazz Gauthier Toux, et son invité de marque: le saxophoniste remarquable Christophe Panzani qui a fait résonner ses sons spatialisés avec la magnifique acoustique du Temple de la Madeleine.

Propos recueillis par Benoît Perrier/Adaptation web: Manon Pulver

Les Athénéennes , 9e festival de musique classique, jazz et créations. Du 6 au 14 juin 2019

Publié le 12 juin 2019 à 09:45 - Modifié le 12 juin 2019 à 13:11