Modifié le 04 juin 2019 à 11:34

A Genève, Marthe Krummenacher mène la danse

Visuel du spectacle de danse "Ceci est une rencontre", de Marthe Krummenacher.
Théâtre: Marthe Krummenacher, "ceci est une rencontre" Vertigo / 3 min. / le 03 juin 2019
"Ceci est une rencontre" propose des duos improvisés entre danseurs et musiciens sous la conduite de Marthe Krummenacher, danseuse d’exception. A découvrir jusqu’au 8 juin à la salle de l’ADC à Genève.

"Danseuse exceptionnelle". L’auteur de ces lignes le pense, mais ce n’est pas lui qui le déclare. Le titre est on ne peut plus officiel. En 2017, la Genevoise Marthe Krummenacher a reçu un Prix suisse de la danse. Pas usurpé, ce titre. Invitez cette interprète sur un plateau, elle transcende la plus modeste des chorégraphies.

Marthe Krummenacher possède un sens du mouvement, une fluidité et une sensualité rare. Vous la croisez dans la rue, vous la prenez pour une jeune étudiante avec sa taille menue, sa casquette de baseball enfoncée sur le crâne et son vieil appareil photo en bandoulière prêt à capturer un instant de vie urbaine. Retrouvez-la sur scène, elle irradie littéralement dans des chorégraphies signées Cindy Van Acker, Perrine Valli, Pierre Pontvianne, feu Noémie Lapsezon ou encore William Forsythe.

Mouvements et musique improvisés

Depuis 2011, Marthe Krummenacher s’est lancée dans un défi très libre. Elle improvise ses mouvements sur une musique qu’elle découvre pour la première fois en live lorsqu’elle pousse la porte de sa loge. Parfois, dans un même spectacle, travaillent plusieurs musiciens et Marthe Krummenacher ne sait jamais à l’avance qui va jouer et quel type de musique sera improvisée.

Aujourd’hui, elle ouvre cette expérience à seize autres artistes. Dix danseurs et danseuses vont dialoguer avec six personnes issues du monde de la musique. Côté danse, on retrouve d’excellents interprètes et chorégraphe, la plupart issu de la danse contemporaine helvétique, notamment Sarah Ludi, Ioannis Mandafounis, Raphaelle Teicher, Pierre Pontvianne…

Côté musique, les improvisateurs viennent de plusieurs groupes genevois dont Hyperculte, l’Ironie du Son ou encore Cyril Cyril. Il ne s’agit pas de composer un grand ballet chaotique où tout se déroulerait simultanément, mais de créer des rencontres à deux, où chacun chacune propose son univers: "autant de participants, autant de vision du monde et de la danse", note Marthe Krummenacher, qui sera aussi de ce bal improvisé et donc différent chaque soir.

Thierry Sartoretti/mh

"Ceci est une rencontre", du 4 au 8 juin à l'ADC, Genève.

Publié le 04 juin 2019 à 11:25 - Modifié le 04 juin 2019 à 11:34