Modifié

"Totem", le vertige multikulti du Cirque du Soleil

Le final du spectacle "Totem" du Cirque du Soleil. [Cirque du Soleil]
Le final du spectacle "Totem" du Cirque du Soleil. [Cirque du Soleil]
Installée à Genève jusqu’au 16 juin, la multinationale du cirque offre un époustouflant show à l’américaine. Thème de ce "Totem" signé Robert Lepage: l’humain et son histoire.

"Sur une île rappelant la forme d’une tortue géante, 'Totem' retrace le périple fascinant de l’Homme, de son état primitif d’amphibien jusqu'à son désir ultime de voler". Mazette, vous croyez entrer sous le chapiteau d’un cirque et vlan! Vous traversez l’Histoire de l’humanité sans quitter votre siège…

Le cirque, c’est du dépaysement, du rêve, admirer des êtres humains qui n’ont ni le même corps, ni le même rapport à la gravité terrestre que nous. C’est valable pour tous les cirques, du chapiteau de quartier à la multinationale du Cirque du Soleil, siège social canadien, capitaux chinois, 4000 employés à travers le Monde.

>> A voir: la bande annonce du spectacle

L'émerveillement à son paroxysme

Sous un chapiteau XXL blanc dehors, bleu dedans, à Genève, sur la Plaine de Plainpalais jusqu’au 16 juin, le Cirque du Soleil pousse cette logique de l’émerveillement à son paroxysme. Aux arts du cirque s’ajoutent les moyens et les audaces de l’opéra, de la comédie musicale, de l’Eurovision et du show façon Las Vegas, une ville où le Soleil propose d’ailleurs sept spectacles simultanés dans sept hôtels différents.

Présenté à Genève, "Totem" tourne depuis 8 ans à travers le monde. C’est rôdé, drôle, virtuose avec une chorégraphie impeccable et un décor bluffant de technologie. Les prouesses acrobatiques sont moins folles qu’au Knie, mais question rythme, musique, costumes, scénographie, lumières, personne ne bat le Soleil qui règne désormais sur la planète circassienne.

>> A voir, un entretien avec Mathieu Guerin, responsable technique au Cirque du Soleil:

Entretien avec Mathieu Guerin, responsable technique Cirque du Soleil [RTS]
Entretien avec Mathieu Guerin, responsable technique Cirque du Soleil / Couleurs locales / 2 min. / le 8 mai 2019

Réussite commerciale

Aujourd’hui même, dix autres spectacles du Soleil tournent également sur les cinq continents. Une réussite commerciale qui donne autant le tournis que les numéros de haute voltige.

 "Totem", ça sonne indien et c’est le Canadien Robert Lepage qui signe la mise en scène. Entre deux numéros de barres russes ou d’anneaux, il y a même un chanteur costumé en shaman des bois avec son tambour et son idiôme tribal.  Or l’an passé Robert Lepage s’est retrouvé au cœur d’une polémique à cause d’un spectacle à couleur indienne créé au Canada par le Théâtre du Soleil.

Des associations d’Amérindiens l’ont accusé d’appropriation culturelle. Ils reprochaient au Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine de ne pas engager le moindre artiste d’origine amérindienne alors que cette création prétendait les représenter.

Un spectacle globalisé

Un des artistes du spectacle "Totem". [Cirque du Soleil]Un des artistes du spectacle "Totem". [Cirque du Soleil]Vaste débat en terrain sensible auquel échappe "Totem". Ce spectacle est tellement "multikulti" globalisé world tutti frutti que tout le monde s’y retrouve et chacun s’y perd.

Côté décor, citons le dépliant: "le pont scorpion se transforme en tapis indien se déroulant sur la plage afin d’évoquer l’esthétique bollywoodienne". En une phrase vous avez un insecte, un lieu de rêve, les 1001 nuits et des maharadjahs.

Côté musique:  des cow-boys, des indiens, un gorille, un touriste italien exécutent un numéro de… flamenco avec des passes de tauromachie.

Côté acrobatie: une sorte de Spiderman habillé en tissu boule à facette rejoint une tribu qui semble sortie du film "Avatar" et soutient un savant qui ressemble à Louis Pasteur. La touche indienne? L’arrivée en canoë sur plateau tournant du beau couple Winnetou et Pocahonta. Ils se lancent dans un numéro époustouflant de patins à roulettes sur tambour tribal soutenus par des humanoïdes amphibiens. Abracadabrantesque, dirait un ancien président français.

Au cirque, on entre dans une dimension située au-delà du kitsch et du réel. "Avec 'Totem' je suis heureux de vous emmener de la Terre aux étoiles", écrit dans le programme Guy Laliberté, guide (sic) et fondateur du Cirque du Soleil. De fait, lors de la première, elles brillaient dans les yeux des spectateurs.

Thierry Sartoretti/mh

"Totem", Cirque du Soleil, Plaine de Plainpalais à Genève jusqu'au 16 juin

Publié Modifié