Modifié le 15 mai 2019 à 11:10

Des documents manuscrits de Maurice Béjart mis en vente sur Internet

Des documents manuscrits de Maurice Béjart sont mis en vente sur Internet et échappent aux archives suisses de la danse
Des documents manuscrits de Maurice Béjart sont mis en vente sur Internet et échappent aux archives suisses de la danse 19h30 / 3 min. / le 09 mai 2019
Un journal intime, plusieurs notes et un manuscrit de Maurice Béjart se retrouvent en vente sur un site spécialisé. Ces documents échappent aux archives suisses de la danse qui ne peuvent se les procurer.

Des documents patrimoniaux de Maurice Béjart, reflet de la création artistique à travers l'Histoire. Alors, quand un journal intime, des notes et un manuscrit rédigés par Maurice Béjart sont vendus plus de 30'000 euros sur un site spécialisé, c'est l'émoi dans le milieu de la danse suisse.

"Ce sont des trésors inédits de la danse et ce n'est pas souvent qu'on a de telles traces, de tels témoignages de première main", explique Beate Schlichenmaier, directrice de la Fondation SAPA qui conserve et valorise le patrimoine suisse des arts de la scène.

Mais la fondation qui s'occupe des archives suisses de la danse ignorait leur existence et elle n'a ni les fonds, ni la liberté des collectionneurs pour se les procurer.

"Pour nous, c'est presque toute la subvention annuelle de l'Etat de Vaud. Pour ces trois documents, évidemment très importants, on laisse de côté toute autre chose au niveau des arts de la scène", ajoute Beate Schlichenmaier.

Un rôle de service public

Le problème de ces documents vient aussi du manque de transparence quant à leur provenance. Un manque qui n'empêche pas la Fondation Martin Bodmer d'investir. Elle vient d'acquérir des ébauches de poèmes d'Alfred de Vigny aux enchères, à Paris.

Le marché est régulièrement alimenté par des manuscrits autographes qui ressortent des étagères d'héritiers ou de proches d'illustres personnalités.

Les institutions publiques ou privées peuvent se féliciter la plupart du temps d'avoir eu dans les générations précédentes des collectionneurs qui ont su identifier et qui ont su préserver ces documents patrimoniaux.

Nicolas Ducimetière, conservateur Fondation Bodmer

Faute d'avoir en Suisse une véritable politique de mémoire pour la préservation de ces documents patrimoniaux, les collectionneurs peuvent se targuer, en les acquérant et en les partageant, de jouer en quelque sorte, un rôle de service public.

Sujet TV: Gilles de Diesbach/Adaptation web: Lara Donnet

Publié le 10 mai 2019 à 11:06 - Modifié le 15 mai 2019 à 11:10