Modifié le 26 novembre 2018 à 14:05

"Hébron, c'est l'enfer!", voyage au coeur d'une plaie au Théâtre de Vidy

Visuel pour la pièce "H2" à Vidy-Lausanne.
Théâtre: H2 Hébron Vertigo / 6 min. / le 19 novembre 2018
Créé par la Winter Family, un duo franco-israélien, le spectacle "H2 Hébron" est une visite guidée au cœur d'une poudrière: Palestiniens, colons juifs hassidiques, militaires israéliens et militants de tous bords se toisent et s'affrontent.

Le spectacle "H2 Hébron" est conçu comme une visite. Avec une guide et ses commentaires. On doit cette performance singulière à la Winter Family. Ce duo franco-israélien, Ruth Rosenthal et Xavier Klaine, est à la fois un groupe de musique et une compagnie de théâtre.

La Winter Family, duo franco-israélien, Ruth Rosenthal et Xavier Klaine.
La Winter Family, duo franco-israélien, Ruth Rosenthal et Xavier Klaine. [Shlomi Yosef - DR]

Hébron, la principale ville de Cisjordanie avec Gaza, est divisée en deux secteurs. H1, c'est les Palestiniens. Plus de 200'000 habitants. Une population gérée par l'Autorité palestinienne, où le Hamas, mouvement islamiste, est toutefois plus influent.

Une poudrière

H2, c'est la Veille-Ville, le secteur de l'ancien marché et de l'ancien ghetto juif. Dans ce mouchoir de poche vivent 20'000 Palestiniens, 600 colons ultra religieux, des centaines de conscrits de l'armée israélienne chargés de les protéger, des activistes politiques ou religieux de toutes obédiences, des observateurs internationaux, des touristes venus voir la guerre, des pèlerins qui se rendent au Tombeau des Patriarches, lieu saint, vénéré par les juifs et les musulmans… Abraham, Isaac, Jacob et leurs épouses s'y trouveraient. Pour faire court, Hébron, c'est une poudrière.

En 2011, le duo Winter Family a déjà consacré un spectacle choc sur la société israélienne. Il s'appelle "Jérusalem Plomb Durci", du nom d'une campagne militaire de Tsahal, l'armée israélienne. Ruth Rosenthal et Xavier Klaine décrivait alors l'Etat d'Israël comme une "dictature émotionnelle" réglée par d'innombrables et d'immuables commémorations et autres manifestations de patriotisme.

Un spectacle puissant

"H2 Hébron", leur nouvelle création, est plus distanciée. Elle ne prend pas parti pour ou contre et pourtant c'est tout aussi puissant. Comment fonctionne ce spectacle? Deux gradins de spectateurs se font face. Entre eux: une grande table vide. Notre guide nous accueille dans un tonnerre de grenades assourdissante.

Durant un peu plus d'une heure, Ruth Rosenthal va placer sur ce plateau des petites maquettes réalisées avec une imprimante 3D: maisons, casernes, lieu saint, check points, barrières, tours d'observation… chaque emplacement a son histoire, ses habitants. Nous remontons la rue Shuadana et la zone H2 d'Hébron se construit devant nous. Ruth Rosenthal parle non-stop, comme souvent les guides touristiques.

Un visuel du spectacle "H2-Hébron".
Un visuel du spectacle "H2-Hébron". [Centre de culture abc - DR]

On tend l'oreille, stupéfait: à chaque phrase, avec le même ton pressé, elle incarne une autre personne, un autre témoignage: colon juif, palestinienne, militante sioniste, militante pour la paix, enfant, parent, commerçante, militaire, observatrice internationale… Les voix proviennent de quatre haut-parleurs différents selon l'origine. Ça tourne en continu, c'est étourdissant. Nous voici plongé au cœur du maelstrom, le cerveau en éveil pour tenter de comprendre qui est qui. Nous ne sommes plus au théâtre, mais en plein Hébron, la cité millénaire et convoitée.

Thierry Sartoretti/ld

"H2 Hébron", au Théâtre Vidy-Lausanne du 21 au 30 novembre. Spectacle en français sauf, le 27 novembre où il sera joué en anglais. Le 24 novembre, la Winter Family donne également un concert. Dernier album paru: "South from here"

Publié le 21 novembre 2018 à 10:16 - Modifié le 26 novembre 2018 à 14:05

Hébron, si proche, si lointaine

Hébron se situe à peine à 30 kilomètres de Jérusalem d'où Ruth Rosenthal est originaire. Ce n'est pas bien loin non plus de Tel-Aviv où travaille régulièrement le duo. Et pourtant c'est un autre Monde. Celui des territoires occupés, la Cisjordanie, ou la Judée Samarie, selon que l'on préfère la géographie biblique aux cartes routières. La majorité des Israéliens ne connait d'Hébron que les nouvelles télévisées, toujours mauvaises, toujours violentes.

Dans cette ville chaque camp revendique telle maison ou tel lieu au nom de l'Histoire. Avec un grand H. L'archéologie est devenue un instrument politique pour justifier la présence des colons. Remonter l'histoire d'Hébron, c'est aussi citer des massacres qui sont autant de raisons de revanches et de vengeances. Durant des centaines d'années, les communautés palestiniennes et juives séfarades y vivaient en paix. En 1929, alors que la région était sous contrôle britannique, une fatwa provoqua le massacre et l'exil de la communauté juive d'Hébron.

En 1967, à la faveur de l'occupation de la Cisjordanie par l'armée israélienne, des colons sont revenus à Hébron. Une communauté hassidique qui tente depuis, par tous les moyens, de gagner de nouveaux territoires au détriment des Palestiniens. En 1994, ce fut le massacre de 29 musulmans au tombeau des Patriarches par l'extrémiste juif Baruch Goldstein. Hébron connait depuis cette situation d'état de guerre permanente.