Modifié

"Les papillons noirs": des blessures d'enfance à la folie meurtrière

L'acteur français Niels Arestrup en mars 2022. [Joel Saget - AFP]
Niels Arestrup "Les papillons noirs" / Vertigo / 7 min. / le 7 septembre 2022
Passionnelle, sanglante et intense, la série "Les papillons noirs" est diffusée depuis le 7 septembre sur Arte. Signée Olivier Abbou et Bruno Merle, elle met en scène Niels Arestrup, Nicolas Duvauchelle, Alice Belaïdi ou encore Alizée Costes.

Tout commence par une plage blanche. Adrien, écrivain en panne d’inspiration, est engagé par un mystérieux retraité pour rédiger ses mémoires. L’homme, Albert, lui raconte son passé de jeune orphelin solitaire. Lorsqu'il rencontre Solange, fille de Boche abandonnée à elle-même, les deux enfants deviennent inséparables. Leur premier crime est un accident. Le deuxième, un calcul. Les étés meurtriers se suivent sans se ressembler, sur le rythme mélancolique d’une chanson disco des années 1970. Mais la mèche se consume…

Une relation de fascination et de rejet se noue alors entre Adrien et l’ancien serial killer. Et à mesure que le vieil homme raconte son passé de meurtrier, le roman d'Adrien s'écrit – ténébreux, romantique et fascinant – et amène l'écrivain à plonger dans ses propres zones d'ombre.

Des blessures d'enfance

L'acteur français Niels Arestrup, qui incarne Albert, revient pour la RTS sur le succès de la série: "C'est une histoire qui ne pouvait se faire que sur le temps, car il fallait qu'on voie l'enfance. Il fallait qu'on voie ces blessures-là de l'enfance. Il fallait qu'on puisse commencer à raconter une histoire de rencontre entre deux blessés de vie. Qui, à partir du moment où ils sont deux, deviennent une force, et plus uniquement des victimes. Et à partir du moment où on est deux, on peut commencer à renvoyer des choses".

>> A voir: la bande-annonce de la série "Les papillons noirs"

"Qu'on ait 5 ans, 25, 48 ou 75, il y a quelque chose qui reste et qui s'appelle les blessures de la vie, poursuit Niels Arestrup. Ces blessures, les personnages des 'Papillons noirs' en ont pris plein la gueule quand ils étaient enfants: orphelins, fille de Boche, fille de pute à Boches... ils s'en prennent plein la gueule pendant des années".

Et l'acteur d'ajouter pour conclure: "Aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait la même chose, mais ce peut être les gens qui viennent d'ailleurs, et qui s'en prennent plein la gueule aussi. Aujourd'hui encore, il y en a plein qui sont blessés, et qui sont gentils de n'être que blessés. Un jour, peut-être, ils renverront les coups, et c'est tout à fait normal. C'est un peu ce que raconte 'Les papillons noirs'".

Propos recueillis par Yacine Nemra

Adaptation web: cf

Publié Modifié