Modifié

La série "Dix pour cent" primée aux International Emmy Awards

Série "Dix pour Cent", saison 4. [FTV / Monvoisin & Mother Production]
La série française Dix pour Cent reçoit un Emmy pour sa 4e saison / Le 12h30 / 1 min. / le 23 novembre 2021
La saison 4 de la série française "Dix pour cent" a été primée lundi soir aux International Emmy Awards. Une consécration américaine pour ce récit plein d'humour sur les agences de stars du cinéma et qui a bénéficié de l'énorme tremplin Netflix.

"Dix pour cent" suit la destinée d'une petite agence artistique parisienne, ASK. On y découvre les aléas et difficultés de ce métier de l'ombre, au service d'acteurs et actrices.

Avec au casting, Camille Cottin, Thibault de Montalembert ou encore Grégory Monte, la série a pour particularité d'accueillir dans chaque épisode une star qui joue son propre rôle avec une bonne dose d'humour et d'autodérision.

Lancée en 2015 sur une idée de l'ancien agent Dominique Besnehard et déjà primée à de nombreuses reprises, la série française a remporté lundi soir pour sa quatrième saison le prix de la meilleure comédie par l'académie des International Emmy Awards. Laquelle récompense depuis un demi-siècle les meilleures productions de télévision en dehors des Etats-Unis.

Les auteurs et les producteurs de "Dix pour cent", rebaptisé "Call my Agent" aux Etats-Unis, étaient à New York pour l'occasion.

Un style à la fois français et anglo-saxon

Un succès qui doit beaucoup à la diffusion de la série sur Netflix. Sur le tapis rouge à New York, le producteur Michel Feller a reconnu que "la diffusion des quatre saisons sur la plateforme a permis à une production, disons locale, d'être vue dans plus de 200 territoires".

Mais le succès s'explique aussi et surtout par le style de "Dix pour cent": "On a été inspiré par une forme d'efficacité anglo-saxonne", explique à la RTS, la créatrice de la série Fanny Herrero. Quelque chose d'assez précis, ciselé et travaillé. Et des codes d'humour qui sont basés sur l'autodérision et une ironie plutôt mordante. La raison de ce succès, c'est peut-être cette greffe entre un esprit français et la manière de faire anglo-saxonne".

"Aujourd'hui il y a pratiquement vingt remakes qui ont été signés, qui sont en production ou qui ont été tournés", notamment au Canada et en Inde, a-t-elle détaillé. De son côté, Dominique Besnehard confirmait qu'une saison 5 verrait le jour, d'abord sous la forme d'un long-métrage.

aq avec agences

Publié Modifié