Modifié

Dans "Sacha", les démons du passé rattrapent une procureure genevoise

Sophie Broustal et Roland Vouilloz dans "Sacha", une série de Léa Fazer. [Vincent Calmel/RITA/RTS - RITA/RTS]
Sophie Broustal et Roland Vouilloz dans "Sacha", une série de Léa Fazer. [Vincent Calmel/RITA/RTS - RITA/RTS]
La nouvelle série réalisée par Léa Fazer, inspirée de l'autobiographie de Nicole Castioni qui a participé au scénario, est coproduite et diffusée par la RTS. En six épisodes, "Sacha" évoque à la façon d'un thriller psychologique les thèmes de la prostitution ou des abus sexuels.

Anne Dupraz, procureure à Genève, est placée en garde à vue. Elle a tiré sur un homme mis en cause dans une enquête en cours. Elle reconnaît sa culpabilité mais refuse d’expliquer son acte. Elle finit cependant par révéler avoir eu une relation toxique vingt ans plus tôt avec sa victime désormais entre la vie et la mort, un patron de pizzeria douteux interprété par le brillant Michel Voïta.

Ainsi débute le premier épisode de "Sacha", nouvelle série haletante réalisée par la Genevoise Léa Fazer, à découvrir sur la RTS. Les cinq autres volets vont peu à peu, au fil des interrogatoires et des flash-back, percer le mystère de l'acte a priori incompréhensible d'Anne Dupraz, incarnée à l'écran par la bouleversante Sophie Broustal. Et permettre de comprendre les motivations de cette respectée quinquagénaire qui fait face aux démons de son passé douloureux.

>> A voir, le premier épisode de "Sacha":

Sacha: Épisode 1-6 [RTS]
Sacha: Épisode 1/6 / Sacha / 50 min. / le 11 novembre 2021

Prostitution, abus sexuels, sexisme et mensonge

Adaptation de l'autobiographie de Nicole Castioni, ancienne juge assesseure au Tribunal criminel de Genève et ancienne députée au Grand Conseil genevois qui a participé à l'écriture du scénario, "Sacha" évoque à la façon d'un thriller psychologique les thèmes de la prostitution, des abus sexuels, du sexisme et du mensonge à travers les ressorts d'une vaste enquête policière.

Le livre de Nicole Castioni, "Le soleil au bout de la nuit" paru en 1998 aux éditions Albin Michel, révélait qu'elle s'était retrouvée, à 20 ans, à vendre son corps rue Saint-Denis à Paris après avoir suivi un homme qui lui promettait une carrière d'actrice. Elle s’engouffre alors dans un tissu de secrets et de mensonges: cinq années de trottoir, de violence, d’intimidation. Une plongée en enfer qui cache un passé encore plus sombre...

Forte résonance sociétale

"Ma vie a été fracassée au départ et s'est reconstruite par la suite, indique à la RTS Nicole Castioni, âgée à présent de 63 ans et qui joue par ailleurs la mère d'Anne dans 'Sacha'. Mais je dirais que nous avons mis dans la série avec Léa Fazer le curseur assez bas par rapport à la vérité, à la réalité de ma vie [...]. Dans la trame générale de la fiction, on a ajouté des éléments qui n'existent pas et une dimension policière pour ne pas totalement choquer."

La meurtrière de la série est aussi une victime et l’enquête policière constitue la métaphore d'une enquête personnelle. Initiée il y a quatre ans, avant la vague #MeToo, "Sacha" devrait trouver aujourd'hui une résonance sociétale bien plus large.

>> A lire aussi, le dossier de RTS Fiction consacré à la série: "Sacha", une série de Léa Fazer

olhor

"Sacha" (Rita Productions/RTS Fiction/Arte), une série de Léa Fazer avec Sophie Broustal, Michel Voïta, Thibaut Evrard, Karine Guignard, Roland Vouilloz, Isabelle Caillat et des apparitions d'Ursula Meier et Thomas Wiesel.

A voir les jeudis dès le 11 novembre sur RTS 1 à 21h15 et dans son intégralité sur Play RTS et Play Suisse.

Publié Modifié