Publié

La série "HPI", une hilarante pochade avec la flamboyante Audrey Fleurot

Audrey Fleurot dans la série "HPI". [Philippe Le Roux - Itinéraire Productions/TF1]
HPI, Hilarante Pochade Irrésistible / Six heures - Neuf heures, le samedi / 5 min. / le 1 mai 2021
Dans la série "HPI", Morgane, 38 ans, 3 enfants, 2 ex, 5 crédits, 160 de QI et insoumise, va voir son destin de femme de ménage chamboulé lorsque ses capacités hors normes sont repérées par la police. Problème: Morgane, incarnée par Audrey Fleurot, déteste les flics!

Série française produite par TF1 et diffusée sur RTS Un, "HPI" est une comédie dont le titre acronyme signifie "haut potentiel intellectuel". L’héroïne, Morgane Alvaro incarnée avec flamboyance par Audrey Fleurot, est femme de ménage et tout le monde se demande comment il se fait qu'une personne dont le QI se monte à 160 exerce cette profession.

>> A voir, la bande-annonce de "HPI":

Si se poser cette question représente en soi une discrimination envers les femmes de ménage, la réponse est que Morgane présente une forte aversion pour la hiérarchie et l’autorité et préfère nettoyer des locaux d’entreprise, la nuit, sans personne sur le dos.

Elémentaire…

Dans les murs de la police de Dunkerque, une nuit que Morgane ripoline les vitres, elle fait tomber d’un bureau le dossier d’une enquête en cours. Elle ne peut pas s’empêcher de jeter un coup d’œil au contenu dudit dossier, photos comprises. Et la puissante machine déductive qui lui sert de cerveau se met en marche.

Morgane range les documents, repose le dossier sur le bureau et se dirige vers un grand panneau, comme il y en a dans tous les locaux de police de toutes les séries policières du monde, où elle raie le mot "suspecte" inscrit à côté de la photographie d’une femme pour le remplacer par le mot "victime".

Série HPI, saison 1. [Philippe Le Roux -  RTS / Itinéraire Productions / TF1]Série HPI, saison 1. [Philippe Le Roux - RTS / Itinéraire Productions / TF1]

La police découvre, grâce aux caméras de surveillance, qui est l’autrice du graffiti: Morgane, qui va rapidement se retrouver consultante. Puissamment allergique à toute forme d’autorité, les étincelles vont fleurir comme les narcisses sur les prairies des Avants à la mi-mai.

"HPI" se révèle d’emblée une comédie irrésistible et bienvenue dans laquelle, grâce à un équilibre savamment dosé, le drame n’est pas loin: si Morgane Alvaro a accepté cette fonction de consultante pour la police, c’est parce qu’elle demande en échange que la police retrouve le père de sa fille aînée, disparu depuis quinze ans.

Enquêtrices atypiques

Impossible de ne pas faire la comparaison avec une autre série française dont le personnage principal est aussi une femme qui, comme Morgane, donne dans le genre enquêtrice atypique: "Capitaine Marleau". D’une part parce que l’une comme l’autre de ces séries s’inscrivent dans la mouvance de la diversification des représentations féminines de la figure des enquêtrices et, d’autre part, parce que toutes les deux ont choisi le registre de la comédie.

Mais la comparaison s’arrête là. Si la capitaine Marleau n’est devenue aujourd’hui que la lourdingue caricature d’elle-même, à l’opposé de Corinne Masiero, la performance d’Audrey Fleurot, qui ne boude pas son plaisir à jouer et surjouer pour le bénéfice du nôtre, aborde avec finesse l’attitude souvent outrancière de son personnage.

Remarquable casting

Et puis, dans "HPI", la qualité de la réalisation fait vite oublier l’indigence du travail de Josée Dayan, réalisatrice en cheffe de "Capitaine Marleau". Relevons encore l’indéniable supériorité du casting: l’inspecteur Adam Karadec (Mehdi Nebbou) en partenaire carré, bougon, tellement masculin dans son attitude "le règlement c’est le règlement", la commissaire Céline Hazan (Marie Denarnaud), qui comprend l’intérêt d’engager Morgane pour ses compétences malgré l’image qu’elle renvoie et puis le plaisir de retrouver Rufus, en voisin baby-sitter dépanneur.

Hors norme

Les enquêtes policières elles-mêmes, qui servent souvent de prétextes dans ce genre de comédie, sont plutôt bien ficelées. Enfin, "HPI" ne fait pas l’économie de cibler la stigmatisation. Avec un Q.I. de 160, des shorts en jean, une veste léopard et un bébé sous le bras pour venir bosser avec la police, Morgane est plutôt hors normes et, des petits regards en coin aux commentaires les plus violents, la jeune femme traverse un quotidien qui ne la ménage pas.

Pascal Bernheim/sb

La série "HPI" est à voir sur Play RTS.

Publié

Carton plein pour "HPI"

Le public de Suisse romande a plébiscité la série "HPI: Haut Potentiel Intellectuel" pour sa deuxième semaine de diffusion sur la RTS. Elle vient de réunir 3 Romands sur 10 qui regardaient la télévision mardi soir, soit 30% de parts de marché. Une production qui cartonne aussi en France. Elle a déjà permis à TF1 de battre des records.

Un succès qui s’explique parce que la série coche trois cases importantes en période de pandémie, au-delà du suspens policier, à savoir l’humour et l’amitié. Et Audrey Fleurot qui, après avoir joué les grandes bourgeoises plutôt froides, se révèle excellente dans un rôle profondément populaire.