Modifié le 27 août 2018 à 14:00

Renaud Capuçon en concert avec un nouveau violon fabriqué en bois local

Renaud Capuçon sur le plateau de "Pardonnez-moi".
Renaud Capuçon a joué en concert avec un violon fabriqué en bois local Le 12h30 / 1 min. / le 27 août 2018
Renaud Capuçon, qui enseigne notamment au Conservatoire de Lausanne, a donné son premier concert ce week-end avec un nouveau violon, dans une abbaye en Bourgogne, l'endroit même d'où provient l'arbre qui a servi à fabriquer l'instrument.

L'événement n'est pas anodin puisque d'habitude, et cela depuis 13 ans, Renaud Capuçon joue sur un violon qui a près de 300 ans, un Guarnerius de 1737. Vendredi soir, dans l'Abbaye de Bèze, ses notes ont pris un sacré coup de jeune.

"C'est très émouvant", explique l'artiste à la RTS. "C'est comme un vin qui veut s'ouvrir. La sonorité reste encore un peu fermée, mais je trouve très beau ce parcours, avec ce bois qui a été choisi, cet arbre qui a été choisi, qui a été coupé, aimé", précise-t-il.

Pour Renaud Capuçon, il est important d'encourager la lutherie moderne, pas seulement l'ancienne, car il y a beaucoup de luthiers aujourd'hui qui font un travail remarquable. 

Le bois suisse

En Suisse, le projet Swiss Ebony propose de fabriquer des violons avec du bois local depuis plusieurs mois. Les chercheurs sont en train de trouver une solution pour remplacer le bois d'ébène, protégé, qui sert à fabriquer la partie noire d'un violon que l'on appelle la touche.

>> A écouter aussi: De l’ébène suisse au secours des musiciens dans l'émission CQFD

L'ébène a des propriétés nécessaires à la fabrication de certains instruments de musique.
frank peters - Fotolia
CQFD - Publié le 26 octobre 2017

Renaud Capuçon estime que la sonorité ne risque pas de changer et que cette proposition peut tout à fait être testée.

En attendant, le virtuose n'abandonnera pas pour autant son Guarnerius de 1737, ayant appartenu à son mentor Isaac Stern.

Pierre-Etienne Joye/mcc

Publié le 27 août 2018 à 13:19 - Modifié le 27 août 2018 à 14:00

Le luthier Christian Urbita

Le moment de la découverte de l'instrument fut également étrange pour Renaud Capuçon puisque c’était la première fois, depuis 13 ans, qu’il jouait avec un nouvel instrument.

C'est dans le parc de l'abbaye que le luthier Christian Urbita a parlé à l’érable sycomore dont est né le violon. "Un luthier un peu particulier qui en voyant l'arbre, a reconnu le jeune Renaud Capuçon qui venait chez lui à Cordes-sur-ciel dans le Tarn, où se déroule le festival 'Musique sur Ciel'", lit-on sur le site Culturebox.