Modifié le 12 juillet 2018

Le prix des grands festivals suisses a augmenté de plus d'un tiers en dix ans

Selon "Kassensturz", le prix de 3 jours à Paléo est passé de 180 à 219 francs en dix ans, soit une hausse de près de 22%.
Selon "Kassensturz", le prix de 3 jours à Paléo est passé de 180 à 219 francs en dix ans, soit une hausse de près de 22%. [Valentin Flauraud - Keystone]
Les pass 3 jours pour les principaux festivals open air de Suisse ont augmenté de 36% en moyenne au cours de la dernière décennie, montre une enquête de l'émission "Kassensturz" de SRF. En cause, notamment, des têtes d'affiche plus chères.

En 2008, un pass 3 jours pour un grand festival open air suisse coûtait en moyenne 162 francs, indique "Kassensturz". Cet été, le prix moyen s'élève à 220 francs, soit une augmentation de 35,8% en dix ans.

Paléo est le seul festival romand pris en compte dans l'enquête; le pass 3 jours n'existant plus (contrairement à ce qui avait été indiqué précédemment), Kassensturz a additionné pour 2018 le prix de base de 3 billets journaliers pour un adulte.

Le coût est passé de 180 à 219 francs en dix ans, soit une hausse de près de 22%. Il s'agit de l'augmentation la plus modérée après celle du pass pour le Greenfield (+10%). Alors que ces deux festivals étaient les plus chers de la liste en 2008, ils sont aujourd'hui dans la moyenne.

C'est le Gurten qui a connu la plus forte hausse, de 155 francs le pass en 2008 (un prix alors inférieur à la moyenne) à 270 francs cette année, soit 74% plus cher. Le pass du festival bernois est aujourd'hui le plus onéreux de Suisse.

Des augmentations significatives se constatent aussi pour d'autres festivals comme l'Open Air de Saint-Gall ou celui de Frauenfeld, pour lesquels le prix a augmenté de 50%.

Hausse des coûts d'infrastructure

Le porte-parole du Gurten Simon Haldemann a expliqué à SRF que "beaucoup de choses se sont passées dans le domaine des festivals au cours des dix dernières années". Il a notamment invoqué une augmentation des coûts d'infrastructure et des cachets en hausse pour les artistes.

Le coût pour faire venir des têtes d'affiches a doublé en dix ans, passant de 250'000 à 500'000 euros, selon Simon Haldemann. Les concerts sont aussi devenus plus élaborés, impliquant une hausse des coûts qui doit être répercutée sur les billets.

L'évolution de l'industrie musicale dans son ensemble est également mise en cause. Les revenus liés à la vente d'albums s'étant effondrés ces dernières années, les musiciens doivent désormais miser davantage sur les concerts pour gagner leur vie.

Impact sur les ventes

SRF note que l'impact de ces prix élevés commence à se faire sentir sur les ventes de billets: alors que le Gurten ou l'Open Air de Saint-Gall étaient "sold out" des mois à l'avance les années précédentes, les organisateurs n'ont cette année pas écoulé tous les billets.

Un organisateur de concerts interrogé par "Kassensturz" parle de "saturation". "Je vois une hausse des prix et une multiplication des festivals. Les deux ensemble, c'est trop."

>> Le sujet de "Kassensturz" (en allemand)

ptur

Publié le 27 juin 2018 - Modifié le 12 juillet 2018