Modifié le 20 juin 2018 à 21:14

Live Nation, AEG, ces géants qui bousculent l'écosystème des concerts

Les leaders mondiaux de la production de concerts, Live Nation et AEG, se fraient depuis peu un chemin en Suisse et sont en passe de modifier en profondeur le modèle économique du secteur du divertissement.

Historiquement, l'écosystème de la production de concerts se compose des managers, des producteurs qui imaginent les spectacles, les décors ou les musiciens, des tourneurs qui vendent les concerts aux festivals et aux salles, et des billetteries.

Mais les géants américains du secteur que sont Live Nation et Anschutz Entertainment Group (AEG) -respectivement numéro un et numéro deux mondiaux- proposent un changement radical de modèle économique.

Ces entités prennent tout en charge, des stands de boisson aux produits dérivés, en passant par les parkings. Et leur force de frappe est immense. Les artistes qui collaborent avec ces multinationales du divertissement peuvent se voir proposer des dizaines de dates quasiment en un claquement de doigts.

Live Nation organise près de 30'000 concerts par an dans une quarantaine de pays, et dispose d'un large réseau de festivals et de salles. Jay-Z, Madonna ou encore Christophe Willem font partie des artistes sous contrat avec l'entreprise.

Son concurrent direct AEG possède quant à lui des lieux aussi imposants et mythiques que le Staples Center de Los Angeles ou l'02 Arena à Londres, et s’occupe des tournées de stars telles que Céline Dion, les Rolling Stones ou encore Katy Perry.

>> Les explications de Viviane Gabriel

Viviane Gabriel: "les organisateurs de festivals proposent un changement radical de modèle économique."
19h30 - Publié le 20 juin 2018
 

Ces géants se fraient depuis peu un chemin en Suisse. Il y a deux ans, Live Nation a créé une succursale à Zurich et y a aussi installé sa propre société de billetterie, Ticketmaster.

L’organisateur a frappé un premier grand coup en achetant l’été dernier le festival Openair de Frauenfeld et en y programmant le rappeur Eminem, qui fait partie de son écurie, pour un concert unique en Suisse. Les tickets sont partis comme des petits pains.

>> Lire: Le festival Openair Frauenfeld passe aux mains d'un géant des concerts

Quant à son rival, il s’apprête à débarquer en terres helvétiques. Le Lausanne Hockey Club (LHC) a conclu l'an passé un partenariat avec AEG pour la gestion des animations du futur Centre sportif de Malley, à Lausanne.

>> Le reportage du 19h30:

Festivals: le grand bras de fer ou comment les tornades Live Nation et AEG progressent en Suisse
19h30 - Publié le 20 juin 2018
 

A l’heure actuelle, les artistes suisses qui font affaire avec de tels géants sont rares. C'est le cas d'Aliose, un groupe suisse qui était présent aux Victoires de la musique.

En France et en Belgique, Aliose a décidé de laisser Live Nation organiser ses concerts. "Ils peuvent vraiment donner du temps, de l’énergie pour faire grandir des projets qui ne sont pas connus", explique le groupe. "Grâce à eux on a pu faire une première tournée d'une quinzaine de dates en France, en tête d’affiche. Ce serait peut-être plus compliqué pour un tourneur plus petit."

Les festivals romands peu inquiets

Le président du Paléo Daniel Rossellat n’a pas peur pour son festival mais il observe ces mouvements avec attention. Selon lui, ils n’annoncent rien de bon pour le public.

"Ils vont essayer d’aller le plus haut dans le prix des billets, des boissons, nourriture, parking, tous les revenus accessoires. Leur but est annoncé, (...) faire un maximum de profits", regrette le syndic de Nyon.

A entendre le directeur de Live Nation en Suisse, les festivals romands ont effectivement peu de souci à se faire. "Nous n’avons (...) aucun projet pour acquérir d’autres festivals en Suisse. Notre but premier ici est d’organiser et de mettre sur le marché nous-mêmes les shows et les artistes Live nation", assure Ralph Schuler.

Bouleversement attendu pour les organisateurs de concerts

En revanche, cette volonté de faire cavalier seul ne sera pas sans conséquence sur les autres acteurs de l'organisation de spectacles en Suisse.

Le directeur de Live Music Production, Michael Drieberg, a récemment organisé pour Live Nation de gros concerts en Suisse, notamment ceux de Metallica ou de Bruno Mars.

"Les organisateurs ont déjà pris le pli: à terme, ce n’est pas nous qui organiserons les tout gros concerts", prédit-il. Mais "il reste le reste. Ils ne sont pas intéressés par tout ce qui n’est pas musique".

Viviane Gabriel / ptur

Publié le 20 juin 2018 à 20:31 - Modifié le 20 juin 2018 à 21:14